Actualités

Alé di partou…

Dans le Sud…

Témoignages.re / 13 mars 2010

Mardi soir à la Ravine des Cabris, et à Anse les Bas (Petite-Île), hier soir à Terre-Sainte, chaque jour à La Rivière ou à Saint-Louis… Quotidiennement, les candidats et les orateurs de l’Alliance vont à la rencontre de la population. Et dans la journée, ce sont des prises de paroles ou des réunions d’information chez des particuliers.

Chaque soir les discours deviennent plus pointus, s’enflamment, expliquent… Hier soir à Terre-Sainte, on a constaté une plus grande affluence que d’habitude. Jasmine Carapapoullé a d’abord expliqué l’importance des quatre grands rendez-vous qui attendent la région dans les quatre ans à venir et qui conditionneront aussi l’emploi : l’octroi de mer, la renégociation de l’accord sucrier, le Programme opérationnel européen et le contrat État-Région.
Alix Hoarau, a regretté l’attitude des socialistes qui, après avoir critiqué la route des Tamarins, parlent aujourd’hui d’un très vague projet alternatif au Tram-train. « Non, a-t-il notamment dit, nous et les autres ce n’est pas la même chose. L’Alliance, elle, a un vrai projet ».
Gélita Hoarau, qui intervient régulièrement à la tribune du Sénat, pour dénoncer la situation sociale à La Réunion, a souligné que l’on devait à la fois réaliser les grands travaux et prendre en compte l’urgence sociale. En effet, La Réunion compte 52 % de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté et il ne peut y avoir de développement durable, sans que soient réglés les problèmes sociaux.
Laurita Alendroit, à la Ravine des Cabris comme à Terre-Sainte où elle parlait dans sa "cour", a mis l’accent sur la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise (MCUR), « inn urgense, in lobligasyon pou bann marmay i lèv ». Elle a souligné comment notre histoire avait été cachée, comment notre langue avait été bafouée, comment notre maloya avait été interdit. Aujourd’hui, grâce à l’action de Paul Vergès et de la Région, les choses avancent et le maloya est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité. La MCUR est, pour elle, un outil pour que les Réunionnaises et les Réunionnais soient acteurs pour le développement du pays, pour l’emploi, pour le logement… « I fo nou lèv la tét. I fo nou lé fyèr ét Rényonè. Nou la bezoin i respèk anou ».
Claude Hoarau a clôturé le meeting en rappelant l’action de Paul Vergès au service de La Réunion depuis des décennies. De la lutte contre la fermeture de Quartier Français à la lutte pour l’égalité sociale, en passant par celle du partage du produit de la canne. Et aujourd’hui, c’est la lutte pour la responsabilité, pour la dignité. Avec le Tram-train, la vie sera changée, des emplois seront créés. Mais le programme de l’Alliance c’est aussi la nouvelle route littorale, la formation professionnelle, la politique d’excellence, le co-développement. « C’est l’avenir de La Réunion. Dimanche allez voter pour cela. Parce que, nou fé sak nou di ».

Correspondant


Kanalreunion.com