Actualités

Alerter le ministre de la situation à La Réunion

Conférence de presse du Parti communiste réunionnais

Céline Tabou / 10 avril 2013

A deux jours de la visite, annoncée dans la presse, de Victorin Lurel, ministre des Outre-mer, le Parti communiste réunionnais a tenu une conférence de presse afin de poser les défis majeurs pour La Réunion. Fabrice Hoarau, Faiza Ibrahim et Yvan Dejean ont également mis en exergue les propositions du parti pour faire face à la crise structurelle que connait La Réunion depuis plusieurs décennies.

JPEG - 33.4 ko


Hier à Saint-Denis, Fabrice Hoarau, Yvan Dejean et Faiza Ibrahim ont rappelé les principales propositions du PCR.
(photo C.T.)

« A quelques jours de la visite de Victorin Lurel à La Réunion, beaucoup de dossiers l’attendent, l’emploi, le logement, la gouvernance », a introduit Faiza Ibrahim. Cette dernière a rappelé les précédentes conférences de presse et meetings organisés afin « d’alerter l’opinion de la récurrence de ces problèmes et du fait que la politique menée par le gouvernement s’aggrave, surtout à La Réunion ». « Nous avons souvent présenté nos propositions qui sont aujourd’hui reprises par d’autres que nous aujourd’hui », a-t-elle indiqué.

L’unanimité sur les propositions du PCR

Sur la question de l’emploi, pour répondre à l’urgence sociale, le chômage record, notamment chez les jeunes, Faiza Ibrahim propose de regrouper « les emplois aidés, les emplois verts, les contrats d’avenir » afin de les « structurer pour pérenniser l’emploi, soit au SMIC ou en temps partis, dans deux grands services », dans l’aide à la personne et l’environnement. « Ces mesures peuvent apporter des solutions pour développer La Réunion au cours des décennies à venir », a-t-elle indiqué.

Citant le mouvement de Jean-Hugues Ratenon, Rézistans, et le mouvement lancé par Réyoné Soubat Kont Profitèr (RSKP), l’Union de la Jeunesse Résistante Réunionnaise (UJ2R), Faiza Ibrahim a mis en évidence les propositions reprises par ces deux organisations. Parmi lesquelles la préférence régionale et la fin du clientélisme par les collectivités à travers les dispositifs gouvernementaux en matière d’emploi.
Faiza Ibrahim a également salué la démarche de la députée socialiste Ericka Bareigts, qui « parle de priorité à l’embauche des Réunionnais, on souhaite qu’elle soutienne le moratoire que nous proposons ».

Face à la hausse démographique et aux défis climatiques, le PCR a lancé un certain nombre de propositions sur la nécessité d’arrêter de construire sur le littoral, de l’autonomie énergétique, d’une meilleure politique des déplacements, « ce sont des solutions à étudier aujourd’hui, nous demandons à Victorin Lurel d’y répondre », a indiqué la jeune femme.
Cette dernière a également posé le problème du pouvoir d’achat, qui est l’une des inquiétudes principales des Réunionnais. « Le parti a lancé l’Appel de l’Ermitage pour l’abolition de l’extrême pauvreté à La Réunion et une lettre à François Hollande, qui s’est engagé à signer les Objectifs du Millénaire », a rappelé Faiza Ibrahim, « Rézistans va dans le même sens que nous ».

Améliorer le cadre de vie des Réunionnais

De son côté, Fabrice Hoarau a évoqué le problème du logement qui est dans une « situation catastrophique, qui ne s’arrange pas ». Ce dernier a expliqué qu’il faudrait 9.000 logements construits par an, pendant les vingt années à venir, afin de pallier aux demandes et « faire que chaque foyer réunionnais ait une maison ». Parmi ces 9.000 logements, « il faudrait 6.000 logements sociaux. On en est bien loin ». Aujourd’hui, 25.000 demandes sont en attente et « 30.000 familles vivent dans des conditions insalubres ». C’est pour cette raison qu’il « faut agir rapidement » et demander au gouvernement, lors de la visite de Victorin Lurel, qu’une table ronde soit organisée en présence de tous les acteurs du secteur. « Ce n’est pas l’argent qui manque aujourd’hui. L’Etat doit prendre ses responsabilités. Il y a beaucoup de projets et de surfaces inutilisés », a indiqué Fabrice Hoarau.

L’harmonisation des revenus

En ce qui concerne la problématique des revenus, Fabrice Hoarau a rappelé « le problème d’harmonisation des revenus à La Réunion. Nous avons toujours dit qu’il y a deux problèmes : les prix et les revenus ». Ce dernier a évoqué l’appel en 1999 du PCR à créer un Observatoire des prix, mais « l’appellation était un Observatoire des prix et des revenus », a-t-il indiqué. Dans un contexte de crise, « le problème refait surface » et « les inégalités resurgissent, il ne faut pas faire la politique de l’autruche. Il faut au contraire débattre des problèmes en toute clarté et mettre de côté toutes les considérations politiciennes, car il s’agit de l’avenir de La Réunion », a expliqué Fabrice Hoarau.

Évoquant l’émission télévisée du 26 mars 2013 sur la sur-rémunération, Fabrice Hoarau a évoqué la « manière désinvolte » avec laquelle le sujet avait été traité, indiquant qu’une telle émission n’était pas anodine en cette période de crise. Il a également rappelé les déclarations de Jean-Pierre Philibert, Président de la FEDOM, qui souhaite la suppression de la sur-rémunération, « dans tous les cas, il faut débattre », a-t-il expliqué.

Céline Tabou

JPEG - 68.5 ko


Pour l’emploi, et pour répondre à l’urgence sociale, le PCR propose de regrouper
« les emplois aidés, les emplois verts, les contrats d’avenir… dans deux grands services », celui de l’aide à la personne et celui de l’environnement.
(photo Toniox)

JPEG - 60.6 ko


Le problème du pouvoir d’achat, qui est l’une des inquiétudes principales des Réunionnais, a été posé lors de cette conférence. Le PCR a lancé l’Appel de l’Ermitage pour l’abolition de l’extrême pauvreté à La Réunion et envoyé une lettre à François Hollande, qui s’est engagé à signer les Objectifs du Millénaire.
(photo Toniox)

JPEG - 37.3 ko


Pour le problème du logement, le PCR estime que pour pallier aux demandes, il faudrait 9.000 logements construits par an, dont 6.000 logements sociaux, pendant les 20 années à venir.
(photo MM)

Quelle mode de gouvernance ?

Yvan Dejean a rappelé l’approfondissement par le gouvernement de l’acte III de la décentralisation. « Le projet devait être présenté, mais une nouvelle copie » a été décidée avec trois points essentiels : la définition d’une métropole, la compétences des collectivités et la répartition des moyens. « Le PCR a dit qu’un tel projet de loi ne pouvait pas s’appliquer à La Réunion de manière mécanique », a expliqué Yvan Dejean, qui a rappelé que le sénateur

Paul Vergès avait décidé de ne pas prendre part au vote de ce projet de loi.

« Pour nous, on voit que Nassimah Dindar a fait savoir au gouvernement que la réforme ne pouvait pas être appliquée dans une région monodépartementale et qu’elle demande un acte IV de la décentralisation spécifique à La Réunion et aux Outre-mer », a salué Yvan Dejean. « C’est exactement ce que nous avons souhaité, on se réjouit de la proposition de Nassimah Dindar qui épouse totalement notre point de vue », a-t-il précisé.

Prenant appuis sur les déclarations d’économistes, intellectuels, élus, observateurs, « nous sommes arrivés au bout d’un système, le moment est venu de mettre sur la table nos propositions, afin de lancer le débat ». Indiquant les propos de Monseigneur Aubry sur la fin d’un modèle, Yvan Dejean a salué les déclarations d’Ericka Bareigts sur la suppression de l’alinéa 3 de l’article 73 de la Constitution. « On félicite la députée » qui prend part de notre point de vue sur la gouvernance. Pour Yvan Dejan, l’essentiel porte sur les compétences qui seront attribuées aux collectivités, « cela appelle au débat », a-t-il précisé. Ce dernier a souhaité « une assemblée pour un territoire. Nous rebondissons sur la proposition de Nassimah Dindar pour une année de réflexion », afin d’être clairs et de faire des propositions pour La Réunion. Faiza Ibrahim a précisé que s’il s’agissait de trois mois et non d’un an pour faire des propositions. Toutefois, « le PCR est prêt à se battre et attend ce débat. Il fera entendre sa voix, dans chaque hémicycle », a conclu Yvan Deajean.

Un financement est possible

Fabrice Hoarau a évoqué les solutions pour financer les mesures proposées par le Parti communiste réunionnais. Il s’agit de la création d’un Fonds Réunionnais de Développement, abondant la taxation de la plus-value foncière, le prélèvement sur les recettes de la Française des Jeux et du PMU réalisés à La Réunion, la mise en place d’une « contribution » verte régionalisée et la régionalisation de la fiscalité d’une partie des bénéfices réalisés à La Réunion par les groupes nationaux dont le siège n’est pas dans l’île.

Concernant la taxation des recettes des jeux, Fabrice Hoarau a précisé que les 316 millions d’euros (selon le chiffre de 2012) peuvent alimenter le fonds réunionnais. De plus, « l’épargne rémunérée et récupérable au bout d’un certain temps » peuvent abonder le fonds. « Les hauts revenus peuvent participer au développement de La Réunion par cette épargne », il s’agit là selon Fabrice Hoarau de « solidarité », permettant le développement durable de l’île.

Sous le signe de l’expérimentation, « il y a de l’argent qui circule, il y a donc matière à pouvoir avoir un fonds » pour mettre en place un développement durable pour La Réunion. « Je crois aujourd’hui que nous sommes arrivés à un tournant. La crise de démocratie profile, si on ne travaille pour mettre en place des pistes réelles de développement, il y aura des problèmes croissants », a prévenu Fabrice Hoarau.

La Liste Lurel «  mérite d’exister  »

Fabrice Hoarau a expliqué que la liste de Victorin Lurel, ministre des Outre-mer, « métrite d’exister. Il y a des possibilités de faire des économies dans des domaines. C’est globalement intéressant, mais cette règle ne règle aucun problème ». Ce dernier a ajouté que la liste « créée un apartheid entre ceux qui ont de l’argent et ceux qui n’en ont pas ». C’est pour cette raison, que « si limite sur les prix, il faut agir sur les revenus pour améliorer le coût de la vie et permettre aux gens de vivre mieux ».

En ce qui concerne le mouvement PLR

A la question concernant l’assemblée générale du « Parti Pour La Réunion » (PLR), Yvan Dejean a repris les propos de Fabrice Hoarau, diffusé quelques jours plutôt. « Elle avait annoncé un congrès en avril qui présenterait le projet ou programme du parti, mais au lieu de cela on a eu une assemblée générale, sans projet, ni programme. Le projet est renvoyé au mois de juin, lors du Congrès », a-t-il expliqué. Autre point évoqué, « le projet ou programme sera à 80% celui du Parti communiste réunionnais ». De plus, il s’agit là d’un « rassemblement des traites de Saint-André à Saint Paul, en passant par Sainte-Suzanne et Cilaos », a ajouté Yvan Dejean. « A partir de là, les choses sont claires », a-t-il conclu. De son côté, Fabrice Hoarau a réaffirmé que « les propositions sont reprises » de celles du PCR.


Kanalreunion.com