Actualités

Alliance des Réunionnais : « Tous touchés, tous s’unir »

Tous concernés par l’aggravation de la situation, un appel de l’Alliance

Témoignages.re / 27 août 2010

Quatre mois décisifs vont concerner La Réunion, entre l’examen du projet de loi sur les retraites et le débat sur le Budget. Les projets du gouvernement vont encore amplifier une crise qui s’est déjà fortement aggravée. L’Alliance lance un appel à l’union la plus large pour résister à une crise d’une rare violence, et pour être capable de proposer un modèle de développement qui pourra sortir le pays de l’impasse.

La réforme des retraites, le débat sur le budget, les échéances du régime provisoire de l’octroi de mer et du règlement sucrier : autant de rendez-vous essentiels qui approchent. Concernant les retraites et le budget, tout se jouera dans les quatre mois à venir.
Pour la question des retraites, l’application de la réforme prévue par le gouvernement serait désastreuse pour notre pays, elle condamnerait en effet une grande partie des travailleurs au minimum vieillesse, et obligerait ceux qui auraient un travail durable à cotiser jusqu’à 70 ans pour espérer obtenir une retraite complète.
Pour le budget, le gouvernement veut limiter au maximum les dépenses. Ce qui veut dire que les collectivités devront faire face à des dépenses constantes ou aggravées d’une part, et à des recettes amoindries d’autre part. Outre les restrictions budgétaires imposées par le gouvernement, les collectivités réunionnaises sont confrontées à une baisse des recettes tirées de l’octroi de mer, du fait de la crise qui réduit la consommation. Et dans notre île, cette crise n’est pas prête de s’arrêter, d’autant plus que le modèle d’intégration et d’assimilation, dont la dernière étape a été lancée en 1946, arrive au bout de ses limites.

Dans l’impasse

La situation a en effet considérablement changé depuis l’abolition du statut colonial, avec la croissance démographique de La Réunion et du monde, le réchauffement climatique, la mondialisation et la révolution technologique. Les effets simultanés de ces différents phénomènes sont une première dans l’Histoire de l’humanité. Ils poussent le modèle d’intégration dans ses dernières limites.
Il est d’ailleurs révélateur de constater que l’aggravation de la crise touche maintenant les secteurs qui caractérisent ce modèle de développement basé sur l’intégration et l’assimilation. C’est en effet ce qui ressort de la brutale chute d’activité dans la grande distribution, l’automobile, le BTP et l’agriculture.
L’an dernier, l’économie de La Réunion est entrée en récession.
Cette croissance négative a eu des répercussions à tous les niveaux. Ce ne sont plus seulement les petites entreprises qui subissent les effets du ralentissement économique, les travailleurs des grands groupes sont également massivement concernés. D’ailleurs, au cours des derniers mois, la procédure de sauvegarde sous laquelle est placée le Groupe Caillé, ainsi que la vente par les industriels réunionnais des dernières usines sucrières à des planteurs de betteraves de France illustrent la dépossession de notre pays du capital qui y a été accumulé pendant des années.

« Pas d’autre moyen que s’unir »

Sur cette base, il est essentiel de refonder la cohésion sociale. « Plus personne n’est à l’abri », affirme Paul Vergès, il n’y a « pas d’autre moyen que s’unir » quelles que soient les classes sociales. Le président de l’Alliance appelle à « faire ensemble la réflexion pour un nouveau modèle de développement ».
Un point de vue partagé par Michel Lagourgue, président du Modem Réunion, qui voit dans cet appel une nouvelle justification de la décision de son mouvement politique de rejoindre l’Alliance. Rappelant que lors de crises majeures dans notre Histoire, les chemins de l’union ont déjà réussi à être trouvés, Michel Lagourgue souligne que « s’unir », est une nécessité absolue.
Maya Césari constate que la pauvreté est à la porte de chacun d’entre nous. Plus de la moitié de la population a des revenus tellement faibles qu’elle est couverte par la CMU, l’exclusion progresse. Elle note une même insouciance que celle qui prévalait sur le plan sanitaire avant que la crise du chikungunya ne provoque une catastrophe dans notre pays.
L’évolution prévisible touchera tout le monde. La priorité est donc d’abord de résister pour ensuite être capable de changer de modèle. « Tous touchés, tous unis », conclut Paul Vergès en rappelant que l’Alliance sera présente au grand rendez-vous de dimanche à Saint-André à l’appel de l’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté et à l’invitation de l’Alliance de la jeunesse pour l’emploi et la formation à La Réunion.

Manuel Marchal


Minimum vieillesse ou retraite à 70 ans ?

Paul Vergès note que dans le contexte réunionnais, la situation actuelle fait que les seuls qui sont sûr d’avoir une retraite décente sont les agents du secteur public d’État. Plus de 30% des retraités réunionnais n’ont d’ores et déjà que le minimum vieillesse comme revenu. Mais la réforme prévue par le gouvernement va aggraver cette situation. La pénurie d’emploi est telle qu’il sera en effet de plus en plus difficile de réunir le nombre minimal d’annuités pour avoir droit à une retraite décente. Car nombreuses sont les carrières interrompues par des périodes de chômage. Plus de 135.000 Réunionnais sont déjà inscrits à Pôle emploi, comment pourront-ils cotiser au moins 41 ans et demi ? Quant aux jeunes qui poursuivent des études, leur entrée dans la vie active est de plus en plus tardive. Cela signifie qu’avec la réforme projetée par le gouvernement, ils devront travailler jusqu’à 70 ans pour avoir droit à une retraite entière. Le minimum vieillesse ou la retraite à 70 ans, voilà ce que donnerait la réforme des retraites si elle était appliquée en l’état à La Réunion.


3.000 millions enlevés en pleine crise

Paul Vergès rappelle que « contrairement à la totalité des Régions », La Réunion avait un trésor, le Protocole de Matignon et ses 3 milliards d’investissements. Mais en pleine crise, ces 3.000 millions ont été enlevés du pays d’une pichenette. « Comment cela peut se faire ? Comment s’y attaquer parce qu’initié par un autre groupe, et signé par Dominique de Villepin qui n’est plus en odeur de sainteté », déplore le président de l’Alliance.
La conséquence, c’est une hausse du chômage, et la Région n’est malheureusement plus l’outil stratégique sur lequel pouvait s’appuyer le développement du pays quand 68% du budget était consacré à l’investissement. La nouvelle politique de la collectivité, c’est la distribution de services qui ne créent pas d’investissements, et qui ne permettront pas à l’UMP d’éviter la défaite lors des prochaines échéances électorales.


L’absence remarquée d’Antenne Réunion

Pas trace d’un journaliste d’Antenne Réunion hier lors de la conférence de presse de l’Alliance. Cette absence correspond-elle à un choix éditorial dicté par la volonté de ne pas déplaire à ses "partenaires" ?


Kanalreunion.com