Actualités

Ambiance chaleureuse et déterminée pour une assemblée qui se transforme en meeting !

Saint-André : en avant pour le rassemblement

Témoignages.re / 15 avril 2013

En organisant au pied levé une assemblée générale de la section destinée à faire le point de la situation au lendemain de l’annonce de l’inégibilité pour un an du maire de Saint-André, les responsables Saint-Andréens n’imaginaient pas que l’écho de cette nouvelle aurait provoqué une telle affluence chez notre camarade Marcel Ponapin, d’autant plus que de nombreuses personnes, surtout dans le quartier de l’Étang, étaient retenues par des cérémonies et festivités liées à la célébration du jour de l’An Tamoul. C’est donc très rapidement, en constatant que la cour de Marcel Ponapin se révélait trop petite avec, outre la présence des militants de Saint-André, l’arrivée de délégations fraternelles de plusieurs autres sections de l’île, que la décision fut prise de transformer en meeting ce qui avait été initialement prévu comme une assemblée de section plus traditionnelle.



JPEG - 94.1 ko

Jacky The Seng : « Alors que les autres ne pensent qu’aux élections de 2014, seul le PCR avance des propositions ». (photos A.D.)

Premier orateur à prendre la parole, le secrétaire de la section Saint-Andréenne, Jacky The Seng, rappelle le contexte général de crise économique et sociale dans laquelle se débat La Réunion, sans que jusqu’à présent rien ne change véritablement. « Alors que les autres ne pensent qu’aux élections de 2014, seul le PCR avance des propositions », insiste-t-il ; à travers l’action du sénateur Paul Vergès, c’est aussi une réponse aux revendications des salariés qui a été apportée avec la prolongation de la prime COSPAR jusqu’au 31 décembre. Dans ce contexte, l’affaire Éric Fruteau apparaît comme une véritable infamie. « Le donneur de leçons de morale et d’honnêteté a été pris la main dans le sac, en utilisant l’argent public pour financer sa campagne ! », dénonce-t-il encore. Quelle leçon pour celui qui a trahi, après s’en être bien servi, le Parti Communiste Réunionnais !

Avec Maurice Gironcel, c’est la solidarité des autres sections de l’île qui s’exprime. Chaleureusement applaudi, le maire de Ste-Suzanne souligne combien la solidarité des deux sections voisines de St-André et Ste-Suzanne s’est manifestée pendant des dizaines d’années, depuis nos regrettés camarades Luçet Langenier et Ary Payet. Aussi dit-il « comment Éric Fruteau a-t-il pu ainsi trahir cette solidarité lors des dernières élections municipales de février 2012, en soutenant en mi souk, en se cachant, tellement il avait honte, son compère Alamélou ».  Même brève, l’intervention de Maurice Gironcel, appelé à Ste –Suzanne pour la célébration du Nouvel An Tamoul, est allé droit au cœur des Saint-Andréens, tout comme la présence de plusieurs camarades de Ste-Suzanne et celle des délégations des autres régions de l’île.

C’est enfin au secrétaire général du Parti, Élie Hoarau, de prendre la parole. Se plaçant d’emblée dans une large perspective, notre camarade rappelle à grands traits tout ce que notre Parti a apporté au peuple réunionnais, à travers les batailles menées depuis la fin de la 2e guerre mondiale avec le Dr Vergès, puis après la fondation du PCR en 1959. « Toutes nos batailles, souligne-t-il, celle pour faire reconnaître l’authenticité, l’originalité, la diversité du peuple réunionnais, pour la reconnaissance et le respect de sa culture ; pour imposer le respect des libertés fondamentales et traduire dans les faits l’égalité, ont eu pour champ, sinon unique, mais toujours permanent, le territoire de la commune, et pour acteur, le peuple de St-André, avec le PCR ! ». Le fruit de ces batailles a indiscutablement permis la conquête de la mairie en 2008 et cela, Éric Fruteau a finalement osé le minimiser et même le nier, attribuant à sa seule personne et à son premier cercle de courtisans le mérite de la victoire. Élie Hoarau se livre ensuite à un courageux retour sur les erreurs commises alors : malgré les avertissements de plusieurs camarades mettant en garde contre la dérive opportuniste et hostile à la direction du Parti, d’Éric Fruteau, ce dernier a pu contribuer à se servir du PCR, jusqu’à l’éclatement public de sa trahison en 2012 à laquelle il est resté incapable d’apporter la moindre explication ou justification. Aujourd’hui, grâce à la juste décision du Conseil constitutionnel, l’épisode du traitre Éric Fruteau est terminé, mais le PCR, lui, existe toujours. « C’est, indique-t-il, la tâche de notre prochain 8e congrès, organiser et impulser toutes luttes de notre Parti, y compris celle qui aura lieu en 2014 à St-André. Le PCR sera plus que jamais présent. Beaucoup de Réunionnais et de St-Andréens nous font confiance. Il nous faut travailler avec ardeur pour réaliser le rassemblement indispensable, ramener tous ceux qui, à un moment ou un autre, ont pu être troublés par l’épisode Éric Fruteau. La victoire est à ce prix, rassembler partout et toujours », conclut -il sous un tonnerre d’applaudissements.

Jean Paul Ciret

JPEG - 51 ko

Maurice Gironcel a insisté sur la solidarité des sections de St-André et Ste-Suzanne. Elle s’est manifestée pendant des dizaines d’années, depuis nos regrettés camarades Luçet Langenier et Ary Payet.

JPEG - 74.9 ko

Élie Hoarau : « la tache de notre prochain 8e congrès, organiser et impulser toutes luttes de notre Parti, y compris celle qui aura lieu en 2014 à St-André. Le PCR sera plus que jamais présent. Beaucoup de Réunionnais et de St-Andréens nous font confiance ».

JPEG - 97.7 ko

Des militants toujours mobilisés.

JPEG - 97.7 ko

Fidèles à leur parti.

Extraits discours

Maurice Gironcel : "Bon dieu i puni pa galé"

• Sollicité par la section de Saint André pour s’exprimer devant les militants et adhérents de la section de Saint André, mais également de toute l’île, Maurice Gironcel a salué la solidarité et la participation de toutes les sections. « Les valeurs et principes du parti ont été respectés. On a été de tous les combats avec Saint André, au nom du PCR, et c’est dans le respect des valeurs, engagements et de la parole donnée, que nous avons mené la lutte ». Ce dernier a affirmé qu’il « faut être prêt pour le combat qui est inévitable. Camarades, on lutte chaque jour pour permettre à La Réunion d’avancer et comme l’a dit Jacky The Seng, le seul parti politique de La Réunion, c’est le Parti Communiste Réunionnais ».

Maurice Gironcel a clairement affirmé que le PCR "pose les problèmes de La Réunion et donne des propositions face à la crise. On ne dépend pas de Paris et le PCR n’est pas un appendice de Paris, mais un parti qui fait des propositions pour La Réunion". Ce dernier a appelé à la « mobilisation autour d’un projet réunionnais, car il faut penser en réunionnais pour La Réunion », a-t-il indiqué. « Seul ceux qui mènent le combat sont gagnant, ceux qui ne le mènent, ne gagnent pas », a-t-il déclaré. Pour conclure, Maurice Gironcel a indiqué qu’ « il y a un jour qui s’appelle demain, ce jour est arrivé aujourd’hui à Saint André. Continuons le travail avec honnêteté respect, solidarité avec le PCR pour La Réunion ».
Élie Hoarau : « Si on trahit le parti, on trahit le peuple »

• Lors de cette réunion exceptionnelle, organisée par la section PCR de Saint André, le secrétaire général Élie Hoarau a rappelé que dans deux mois et demi, « nous allons faire notre 8e Congrès, ce sera l’occasion de dire ce que les communistes ont fait pour La Réunion, depuis 54 ans. Quand on parle avec des gens dans la rue, quel que soit l’opinion, tous reconnaissent que sans le Parti Communiste Réunionnais, on n’aurait pas un pays comme aujourd’hui ». Ce dernier a rappelé les fondements du PCR qui « a été le premier à dire qu’il existe un peuple réunionnais, à reconnaître nos ancêtres, à défendre la culture et l’identité réunionnaise ». Mais aussi le droit de culte, à l’heure de la réunion exceptionnelle, une procession tamoule s’est déroulée tout à côté, durant laquelle danse et chant ont béni les participants.

« En ce Nouvel An tamoul, jamais il n’avait été possible de voir une telle cérémonie à La Réunion », auparavant, les expressions religieuses étaient interdites. « Le parti a mené des luttes pour l’égalité, la liberté de l’expression, le droit de vote », a-t-il indiqué. « Au moment du Congrès, il y aura un bilan de tous les combats menés ». D’ailleurs, « beaucoup de combats ont été menés à Saint-André, ce qui veut dire que cette ville est un symbole de la lutte des Réunionnais », a scandé Élie Hoarau. Ce dernier a ajouté que « Saint-André est un symbole de la lutte », qui a vu défiler des personnalités du PCR, dont Raymond Vergès, Paul Vergès, Laurent Vergès, Pierre Vergès, Adrien Minienpoullé ou encore Claude Hoarau. « On a vu comment la lutte a été menée, c’est la fierté de Saint-André », a indiqué le secrétaire général du PCR.

Rappelé l’élection municipale de 2008, Élie Hoarau a affirmé que « la victoire de 2008 a été la conséquence de toutes ces batailles. On ne veut pas nier tout ce que les autres ont apporté, leurs compétences, leurs fougues, mais la victoire ne leur revient pas seule ». « Cette victoire de 2008 est le résultat de la bataille des militants faite d’année en année. C’est la réalité », a affirmé Élie Hoarau. Mais « cette bataille de 2008 a été possible, car tout le parti était derrière, tous les camarades ont apporté leurs expériences et militantismes ». Rappelant que la campagne avait été faite sous l’étiquette PCR, Élie Hoarau a pointé du doigt le revirement réalisé en cours de mandat. En effet, du jour au lendemain, « la population apprend que le maire n’est plus au PCR mais dans un autre parti qui va combattre le PCR », sans donner d’explication a-t-il expliqué à la centaine de personnes présentes ce jour.

En dépit des appels lancés, «  c’est le PCR qui l’a mis en place, aujourd’hui il trahit le PCR. Est-ce qu’une personne peut dire ce qu’il nous reproche ? Jusqu’aujourd’hui, on ne sait pas ». « C’est quoi cette trahison, alors que les camarades ont mené la bataille ».

Élie Hoarau a réitéré son message : « Le Congrès va tirer les leçons des erreurs et des expériences passées ». « Il faut un PCR à La Réunion, car la population a besoin d’un parti fort » et force de proposition. « On a des projets et des propositions, qui répondent aux besoins des jeunes, des planteurs, des petites entreprises... Quand on ira aux portes à portes, on pourra apporter la réponse. Et quand le peuple s’emparera de nos idées et de nos propositions, ce sera une force, qui va apporter le changement ».

« Si on trahit le parti, on est capable de trahir le peuple réunionnais demain », a affirmé Élie Hoarau. Ce dernier a appelé au rassemblement, à se donner la main parce que « Saint-André doit revenir au peuple de Saint-André ». Pour conclure, le secrétaire général du PCR a salué la présence des sections de l’île, notamment de Sainte-Suzanne. « On sera ensemble dans le combat, et ensemble au moment de la victoire. Aller en confiance dans la bataille », a affirmé Élie Hoarau.
Précision

Dans notre édition de samedi, il était écrit par erreur que le maire de Saint-André était déchu de tous ses mandats à la suite de la décision du Conseil constitutionnel le rendant inéligible à partir du 12 avril 2013.

En réalité, cet arrêt l’empêche de concourir à toutes les élections à venir pendant un an à compter de la date de la publication de l’arrêt du Conseil constitutionnel. Il conserve les mandats acquis lors d’élections antérieures. Éric Fruteau reste donc maire et conseiller général, mais il ne pourra pas être dans le prochain Conseil municipal de Saint-André, et il ne sera donc plus maire à compter du premier Conseil municipal suivant les élections de mars prochain.


Kanalreunion.com