Actualités

Appel à créer les conditions de la liberté d’expression

64 ans après l’abolition du statut colonial

Témoignages.re / 24 février 2010

Paul Vergès a réagi lors d’une conférence de presse organisée dans les locaux de l’Alliance, mardi 22 février, suite à la manifestation devant les locaux d’Antenne Réunion, lundi soir. Cette manifestation a été orchestrée par Eric Magamootoo, tête de liste de "Le changement", pour empêcher un débat entre Paul Vergès de la liste de "L’Alliance" et de Jean-Paul Virapoullé, "La Réunion nout’ fierté".

Lundi soir, à quelques dizaines de minutes du débat entre Paul Vergès et Jean-Paul Virapoullé dans le cadre des élections régionales du 14 mars prochain, Eric Magamootoo et plusieurs autres têtes de liste ont fait pression pour annuler cette émission. Eric Magamootoo et ses amis disaient que les "petites" listes, comme ils s’appellent eux-mêmes, ne sont pas traitées équitablement.

Le traitement inéquitable des listes des candidats aux élections régionales

Paul Vergès a fait part hier de son point de vue sur cet événement à la presse. Il rappelle tout d’abord un préalable à sa participation au débat de lundi. « J’ai demandé à Antenne Réunion si les règles du CSA avaient été appliquées, ils m’ont répondu que oui », a indiqué Paul Vergès. A partir de là, les accusations lancées par Eric Magamootoo peuvent paraître douteuses. Paul Vergès a souhaité éclaircir la situation, en rappelant que l’application des consignes du CSA ne règlent pas tous les problèmes.
« La Réunion est l’une des régions qui comptent le plus grand nombre de listes, hormis l’Île-de-France », a tenu à préciser Paul Vergès. Parmi ces 12 listes, il y a autant de candidats qui ont également droit à un temps de parole équitable. Le problème posé par Paul Vergès est de savoir comment parvenir à faire parler la totalité de ces candidats durant ces élections régionales, tout en tenant compte des contraintes de temps. « Cette notion de traitement équitable des listes des candidats aux élections régionales, ou autres, doit évoluer selon un certain nombre de critères », notamment le nombre de participants à une élection.

Paul Vergès, cible principale d’Eric Magamootoo

Dans son message adressé au président du CSA, M. Boyon, Eric Magamootoo énumère les jours au cours desquels Paul Vergès est invité à débattre face à ses adversaires politiques : Jean-Paul Virapoullé (lundi), Michel Vergoz (mercredi) et Didier Robert (vendredi). Mais cette énumération est biaisée, car « où sont passés le mardi et le jeudi ? », constate Paul Vergès.
En effet, Eric Magamootoo a pointé du doigt les interventions de Paul Vergès sans prendre en compte les débats télévisés entre les autres candidats. De plus, il n’a pas fait mention des médias radios : Radio-Réunion, KOI, Free Dom, Nostalgie Réunion, qui sont assujettis aux mêmes règles que la télévision. Cependant, ce qui est flagrant, c’est la mise en cause de M. Vergès, de sa liste, l’Alliance, et de personne d’autre par Eric Magamootoo.
Ce dernier écrit que l’Alliance « apparaît comme la principale détentrice de la parole démocratique ». Eric Magamootoo n’attaque pas les autres candidats, notamment Didier Robert, Michel Vergoz et Jean-Paul Virapoullé, que l’on peut très souvent voir à la télévision, mais le candidat Vergès. « Cette manigance politicienne est démasquée », Eric Magamootoo se “disqualifie” dans la course aux Régionales. Ses mensonges devraient le desservir, car les électeurs ne sont pas dupes face à ce procédé. « On n’engage pas un débat avec des malhonnêtes », a complété Paul Vergès.
Cet épisode de la campagne donne un coup de projecteur sur les séquelles de l’époque durant laquelle les Réunionnais ne pouvaient pas s’exprimer à la télévision. La liberté d’expression et la démocratie sont des notions encore jeunes à La Réunion. Et dans les compétences qui composent la liste de l’Alliance, il est un point commun : le respect des principes qui fondent la démocratie. La liberté d’expression en fait partie.

C.T.


Eric Magamootoo discrédité

Ce que Eric Magamootoo oublie de dire en toute connaissance de cause, c’est que le mardi et le jeudi, deux autres débats mettant aux prises Michel Vergoz, Jean-Paul Virapoullé et Didier Robert étaient organisés par Antenne Réunion. La chaine avait également prévu un débat entre Jean-Paul Virapoullé et Didier Robert, mais ce dernier en a refusé la tenue. Nul doute que le président du CSA ne manquera pas de s’interroger, tout comme Paul Vergès : « Comment un candidat, responsable de chambre consulaire, peut-il étaler par écrit une telle malhonnêteté ? ».

Voici la lettre adressée par Eric Magamootoo au CSA.

« URGENT :
A l’attention de M. Michel BOYON, Président Du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur d’interpeler le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel en sa qualité d’autorité régulatrice de l’expression équitable des partis, des candidats aux élections régionales sur la situation à nos yeux inacceptable et illicite découlant du fait que la Société Antenne Réunion a décidé de programmer, à l’occasion des élections prochaines concernant la région Ile de la Réunion
Trois débats télévisés mettant en scène M. Paul VERGES :

- lundi 22 février :
M. Paul VERGES de la liste Alliance et M. Jean-Paul VIRAPOULLE de la liste “La Réunion nout fierté”,

- Mercredi 24 février :
M. Paul VERGES de la liste Alliance et M. Michel VERGOZ de la liste “Pour une Réunion plus juste avec l’Union Socialiste”,

- Vendredi 26 février :
M. Paul VERGES de la liste Alliance et M. Didier ROBERT de la liste “La Réunion en Confiance”
Une telle manière de procéder est clairement discriminatoire à l’égard des autres listes des candidats et cause gravement un déséquilibre au profit de la liste “Alliance” qui apparaît comme la principale détentrice de la parole démocratique.
Le débat est ainsi vicié et l’incidence de ce procédé sur le scrutin à venir est évident.
En conséquence, nous vous demandons d’intervenir d’urgence pour empêcher une telle atteinte à l’équilibre du débat démocratique. (…) »


Paul Vergès censuré pendant des années à la télévision

Lors de la conférence de presse d’hier, Paul Vergès a rappelé que pendant des années, il avait été censuré à la télévision. Il a fallu une élection présidentielle en 1969, pour qu’enfin les portes de l’audiovisuel lui soient ouvertes. Paul Vergès avait fait 20.000 kilomètres pour apparaître dans un film de 20 minutes tourné pour la candidature de Jacques Duclos. Et encore, ceux qui ont vécu cette époque se souvienne qu’entre Paris et La Réunion, les bandes s’étaient perdues.


Kanalreunion.com