Actualités

Appel à l’esprit de responsabilité de tous les Réunionnais

2015-2016, date aussi importante que 1945-1946 qui a vu l’abolition du régime colonial, souligne Paul Vergès

Manuel Marchal / 23 septembre 2015

Ce 22 septembre lors d’une conférence de presse, le sénateur de La Réunion a expliqué pourquoi notre pays vivra un rendez-vous aussi important que celui de l’abolition du régime colonial en 1946. Face aux échéances inévitables liées au changement climatique, à la croissance de la population, à la mondialisation et à l’évolution institutionnelle, Paul Vergès constate le silence des propositions lors de cette campagne électorale. D’où le lancement d’un Comité de parrainage qui est appelé à être un acteur de ses 20 prochaines années, tout en étant un lieu de rassemblement de toutes les bonnes volontés, au-delà des étiquettes politiques, avec une préoccupation : le développement de La Réunion. Paul Vergès donne rendez-vous le 27 septembre à Sainte-Suzanne.

JPEG - 61.2 ko
Paul Vergès a rappelé l’importance des rendez-vous à venir lors du prochain mandat du Conseil régional.

Paul Vergès a tenu ce 22 septembre une conférence de presse. Au cours de son exposé, il a rappelé l’environnement particulier des prochaines élections régionales. « Dans moins de 70 jours, nous allons voter. Dans le contexte le plus important dans l’histoire des 70 ans de La Réunion. Jamais un rendez-vous n’a été aussi important que les 6 ans qui viennent », a-t-il expliqué.

Face à cette échéance, le sénateur a constaté la publication d’un certain nombre d’éléments de programme qu’il n’a « jamais vu aussi coupés de la réalité alors que la situation n’a jamais été aussi claire ».

Changement climatique, hausse du niveau de la mer, croissance démographique, confrontation des productions réunionnaises au marché mondial, émergences de nouvelles grandes puissances dans notre voisinage immédiat sont autant de questions qui ne sont pas abordées dans cette campagne des régionales, alors que la Région a des compétences dans tous les domaines qui touchent à ces évolutions.

Décalage des promesses et de la réalité

C’est la première fois que l’on a une feuille de route aussi claire. « On a les rendez-vous dans les 6 ans » sur tous ces problèmes. L’environnement de La Réunion et notre île en seront bouleversés. D’où un décalage entre cette situation à anticiper et des propositions comme celle du « maintien du nombre de chômeurs à 100.000 », a-t-il dit, soulignant que « les textes sur l’égalité réelle seront déposés au début de l’année prochaine, dans 3 mois ». Ils fixeront un cap pour les 20 années à venir. Le sénateur annonce que deux projets sont dans les tuyaux : celui sur l’égalité réelle, et un autre texte visant à lutter contre les inégalités sociales outre-mer. C’est l’occasion de rappeler l’inégalité institutionnalisée par l’État quand il a choisi de ne verser la sur-rémunération qu’aux seuls fonctionnaires.

Ce sujet est d’ailleurs revenu récemment sur le devant de l’actualité avec le rapport de la Cour des Comptes qui préconise à nouveau une réforme de la sur-rémunération. Quant à Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, ses déclarations ont été encore plus loin, allant jusqu’à remettre en cause la justification du statut des fonctionnaires.

L’appel à propositions pour l’avenir

Pour Paul Vergès, le projet présidentiel annonce « la fin de l’intégration de 1946. Ce système qui a fait La Réunion d’aujourd’hui ». Le sénateur y voit « une tentative du gouvernement d’intégrer La Réunion dans son environnement régional ».

« C’est pourquoi 2015-2016 est aussi important que 1945-1946 », les années qui ont vu La Réunion sortir du statut colonial. Paul Vergès a rappelé la rupture historique qu’a été 1945-1946. Jusqu’alors, toutes les décisions stratégiques relatives à La Réunion étaient prises en France. Cela a d’abord été l’introduction de l’esclavage et l’application du Code noir de Colbert, l’abolition de l’esclavage en 1794 décidé à Paris mais pas respectée ici, son rétablissement en 1801, et l’abolition définitive en 1848.
La seule date où les habitants de La Réunion et des Antilles ont obtenu l’application d’une décision qui vient d’eux, c’est 1946, abolition du statut colonial, née d’une initiative des populations concernées et de leurs représentants.

Pour l’égalité réelle, François Hollande lance un appel à propositions. Les responsables politiques réunionnais n’auraient-ils rien à proposer ? Quel recul par rapport à Césaire et Raymond Vergès ! Mais aujourd’hui, les candidats ne disent rien à ce sujet alors que François Hollande attend des propositions et que le statut de La Réunion pourrait changer.

Le sénateur conclut sur ce point en soulignant que « des candidats vont demander aux Réunionnais d’être les complices de leur abdication historique ». D’où un appel à se ressaisir.

Un Comité de parrainage lancé pour 20 ans

« Nous allons ouvrir la campagne électorale le 27 septembre », a poursuivi Paul Vergès. Ce sera à Sainte-Suzanne, lors du premier meeting unitaire de l’Union des forces de progrès. Cette liste d’union va annoncer que son programme s’inspire des discussions entre les deux partis, PCR et Progrès, qui prennent en considération les changements à venir.
« La jeunesse qui se lève sera concernée » par tous ces enjeux, a déclaré Paul Vergès. Elle verra Madagascar avec 55 millions d’habitants, ainsi que les bouleversements provoqués par la montée du niveau de la mer.

Le 27 septembre, deux groupes vont s’exprimer : les candidats et le comité de parrainage. Paul Vergès et Jean-Claude Fruteau assument la responsabilité du Comité de parrainage qui n’est pas un comité de soutien électoral à une liste : « en fonction du programme, nous dirons si nous sommes d’accord ».

Cette instance est faite pour durer, aussi longtemps que la transition prévue pour aller vers le développement de La Réunion, soit un engagement de 20 ans. Cette durée est l’aspect nouveau. « Nous voulons affronter tous les rendez-vous et pas seulement électoraux. Nous voulons être au centre du changement institutionnel », a ajouté Paul Vergès.

« Le Comité de parrainage est un appel à l’esprit de responsabilité de tous les Réunionnais », a conclu Paul Vergès, « il s’agit de votre sort. Le Comité de parrainage donnera la parole à tous les Réunionnais, au-delà des options politiques immédiates ».
Rendez-vous est donc donné dimanche prochain à Sainte-Suzanne, pour l’entrée en campagne.


Kanalreunion.com