Actualités

Arnaud Rangama et Annie Maratcha candidats du PCR à Saint-Louis

Elections départementales

Manuel Marchal / 21 janvier 2015

La lutte contre la précarité et la bataille des planteurs seront dans les thèmes de la campagne des départementales à Saint-Louis, avec Arnaud Rangama et Annie Maratcha, candidats proposés par la direction de la section PCR de Saint-Louis.

JPEG - 64.2 ko
Alix Rousseau, secrétaire de section, Annie Maratcha et Arnaud Rangama, candidats titulaires, et Stéphane Tanzy-Peryassamy, suppléant, avec des militants communistes de Saint-Louis.

Des petites affiches « le 24 janvier, un petit bulletin rouge pour Arnaud et Annie » décorent la permanence de la cour Pattiama à Saint-Louis. Dimanche, les communistes de Saint-Louis sont appelés aux urnes pour valider la décision de la direction de la section pour la liste des candidats aux prochaines élections départementales. Cette liste a été présentée hier à la presse à Saint-Louis.
Arnaud Rangama et Annie Maratcha comme titulaires, Stéphane Tanzy-Peryassamy, et Francine Philéas comme suppléants ont été désigné par le bureau de section pour les élections départementales de mars prochain. Autour d’eux, Alix Rousseau, secrétaire de section, Fabrice Hoarau, secrétaire général du PCR, et Claude Hoarau, ancien maire de Saint-Louis. Cette désignation fera l’objet d’une validation dimanche.
Alix Rousseau, secrétaire de section, revient tout d’abord sur le rajeunissement total de la section de Saint-Louis, avec la responsabilité de mener vers de nouvelles luttes et victoires.
Les candidats étaient conseillers municipaux ou adjoints dans l’ancienne majorité. La section de Saint-Louis regrette que Jean Piot ait refusé de faire liste commune.
Arnaud Rangama est ancien adjoint délégué à la lutte contre la précarité. Il explique que ces élections ont plus d’importance que l’on croit. Le Conseil général continuera de fonctionner. Il est important que les élus appréhendent les questions de la nouvelle assemblée.
Au sujet du programme, Arnaud Rangama rappelle que le 22 février le PCR présentera son projet qui s’article autour de urgence sociale et développement durable. Cela passe par la lutte contre les inégalités sociales, la misère, la grande pauvreté.
Pour faire avancer les projets, il faut donc des élus au Conseil général.

JPEG - 60.3 ko
Claude Hoarau a rappelé le mode de désignation des candidats.

Où sont les promesses ?

Ces élections arrivent un an après les municipales. « Des promesses ont été faites il y a un an », rappelle Arnaud Rangama. C’est donc l’heure d’un premier bilan : les impôts vont augmenter, où est la cantine gratuite et les effets scolaires gratuits dans les écoles primaires, quelle chasse au gaspillage, où sont les 2000 emplois pour les jeunes ? La section de Saint-Louis pointe aussi la suppression du service d’aide aux personnes âgées qui employait 50 personnes, l’extension du périmètre des zones à stationnement payant, l’éclairage public sacrifié.
« Les Saint-Louisiens en colère. Ils ont un maire pour lequel ils n’ont pas voté. Ils ont une opposition qui n’existe pas. Car l’opposition a voté 9 mesures d’Hamilcaro, dont la réorganisation des services », précise le candidat communiste.
Annie Maratcha portera la voix des planteurs lors de cette élection. Elle rappelle que le Conseil général a la compétence de l’agriculture. Ancienne adjointe de Saint-Louis, Annie Maratcha est agricultrice installée sur 10 hectares. Militante syndicale dans la CGPER, elle est aussi élue à la Chambre d’agriculture.

Le PCR avec les planteurs

Annie Maratcha évoque la crise actuelle, et les incertitudes qui pèsent sur l’avenir de la filière canne : « il n’y a que le PCR qui en parle ».
A Saint-Louis, c’est le problème de l’irrigation qui n’avance pas dans les hauts de Saint-Louis. Au nom de la Chambre, elle siège dans des commissions aux côtés de conseillers généraux. Elle constate que ces élus ne sont pas des agriculteurs. Il est donc essentiel que les intérêts des agriculteurs puissent être représenté par une personne de la profession, souligne-t-elle. Son emploi du temps des deux prochains mois est déjà établi : dans les champs jusqu’à 9 heures puis rencontre de la population.
Claude Hoarau revient sur l’importance du vote de dimanche. « La validation permettra de montrer que nous avons le soutien de la plus large majorité des militants du parti », précise-t-il. Il estime que le nombre de participants sera supérieur à celui de la désignation de 2013 pour les municipales et fixe comme objectif le nombre de 1.200. Le vote par correspondance a déjà commencé. Dimanche, les militants sont donc invités à s’exprimer à la permanence de la cour Pattiama.
Conclusion par Arnaud Rangama : 79 annonçait 83, 2004 annonçait 2008 et 2015 annonce 2020.


Kanalreunion.com