Actualités

Attentats : la crise au cœur du système des pays occidentaux

Le système produit aussi des terroristes

Manuel Marchal / 17 novembre 2015

Depuis que des éléments de l’enquête sur les attentats de Paris sont diffusés dans les médias, plusieurs informations donnent des précisions sur les auteurs des attaques. Comme lors du mitraillage de Charlie Hebdo, de jeunes Français sont désignés comme terroristes. D’autres personnes originaires de Belgique sont impliquées. La crise est au cœur des pays occidentaux, avec un système qui a malheureusement produit des terroristes.

JPEG - 96.5 ko

En 2012, des soldats avaient été tués par un terroriste dans la région de Toulouse. Puis ce dernier visait ensuite une école faisant plusieurs victimes. Il a perdu la vie au cours de l’assaut de l’appartement dans lequel il s’était retranché. L’opinion apprenait alors avec stupeur que le terroriste était un Français, né 24 ans plus tôt à Toulouse.
Le 7 janvier dernier, plusieurs attaques meurtrières ensanglantaient Paris. 11 personnes étaient assassinées dans les locaux de Charlie Hebdo, ainsi qu’un policier lors de la fuite des assaillants. Le 8 janvier, une policière était tuée à Montrouge par un autre terroriste. Le lendemain, ce dernier organisait une prise d’otages dans un supermarché de la Porte de Vincennes, abattant quatre personnes. Les trois assaillants avaient ensuite été tués lors de différents assauts menés par la police. Ils étaient aussi de jeunes Français qui avaient donc grandi en France et qui avait décidé de prendre les armes contre d’autres Français.

Des jeunes devenus terroristes

Vendredi 13 novembre dernier, des kamikazes ont tenté d’entrer dans le Stade de France où se déroulait un match de football avec le président dans les tribunes aux côtés de dizaines de milliers de spectateurs. Trois d’entre eux ont actionné leur ceinture d’explosif dans les environs du stade, se suicidant et tuant une personne.
Au même moment, d’autres attaques ont visé des personnes paisiblement attablées à la terrasse de bars et de restaurants. Les mitraillages ont fait des dizaines de victimes.
Pendant ce temps, d’autres terroristes attaquaient la salle de spectacle du Bataclan, et prenaient les spectateurs en otage. Un assaut a été lancé pour les délivrer. Plusieurs preneurs d’otage ont alors fait sauter les charges explosives qu’ils portaient sur eux. Tous sont morts, alors que plus de 80 personnes ont perdu la vie dans cette soirée tragique au Bataclan.

Comme à Toulouse en 2012, comme à Paris en janvier dernier, les attaques de vendredi dernier ont impliqué des Français. Selon les éléments émanant de l’enquête diffusés par les médias, le plus âgé des kamikazes avait une trentaine d’années. De jeunes Français ont donc choisi de se faire sauter au milieu d’autres jeunes Français avec comme but d’en tuer le plus grand nombre possible.

L’enquête s’est dirigée vers la Belgique, à la recherche de complices présumés. Ce pays vit aussi le même drame que la France, c’est ce qu’a rappelé cette année l’affrontement meurtrier entre des policiers et des jihadistes à Verviers.

Pourquoi ?

En France, les terroristes sont allés dans la même école de la République que leurs victimes. Ils ont grandi dans le même pays, régi par les mêmes lois, dans une République qui prône les mêmes valeurs pour tous. C’est une grave crise.

Elle est au cœur des pays occidentaux. Car ce sont des personnes qui ont grandi dans ces pays qui sont devenues des assassins prêts à se suicider dans le but de faire le plus grand nombre de victimes. Le système produit malheureusement des comportements aussi extrêmes, à l’opposé des valeurs républicaines. C’est pourquoi il sera bien difficile de régler cette question avec seulement des mesures liées à l’immédiat, prises dans un contexte de forte émotion.
Comment faire l’économie d’un débat sur les responsabilités du système en place dans cette tragédie ? La Réunion est concernée, car c’est ce même système qui s’applique ici.


Kanalreunion.com