Actualités

Au coeur des inégalités, le non-respect du droit à un travail

La ministre de la Justice demain à La Réunion

Manuel Marchal / 14 octobre 2014

Christiane Taubira a commencé hier à Mayotte sa tournée dans notre région. Après deux jours à Mayotte, elle sera demain dans notre île. La Garde des Sceaux arrive dans un pays bloqué. Les pauvres et les jeunes sont les plus grandes victimes des inégalités.

JPEG - 28.9 ko
Jeudi dernier à Saint-Paul, des milliers de Réunionnais sont venus alors que seulement 350 places étaient proposées.

Plus de 60 ans après l’abolition du statut colonial, l’examen du niveau des inégalités et leur comparaison avec la France est un indicateur du résultat du système mis en place au lendemain de la loi du 19 mars 1946.

A ce sujet, le Sénat a récemment publié un rapport affirmant que de fortes inégalités sont entretenues par des compléments de rémunération dans la fonction publique.
Les rapporteurs soulignaient qu’« avant redistribution (versement des prestations sociales et paiement des impôts directs), 10% de la population réunionnaise ne déclarait disposer d’aucune ressource financière pour vivre ; après redistribution, cette même population disposait d’un revenu inférieur à 390 euros par mois ».

Le département le plus inégalitaire

S’appuyant sur des données de l’INSEE, le rapport du Sénat rappelait que « La Réunion serait, selon une récente étude Compas, le département français le plus exposé aux inégalités de revenus. L’indice de Giniy atteint 0,53, soit un niveau plus élevé que celui de Paris, qui constitue le département le plus inégalitaire de l’hexagone. Le DOM affichait par ailleurs un rapport inter-décile de 5 en 2013 contre 5,4 en 2008 et 4,4 en 2000, alors que ce rapport est de 3,6 dans l’hexagone en 2010. En 2008, les 20% les plus pauvres se partageaient 7% du total des revenus disponibles tandis que les 20% les plus aisées en captaient près de 47% ».
Ces inégalités sont une conséquence du chômage massif subi par une grande partie de la population depuis plusieurs générations. Elles rappellent le problème numéro un à La Réunion : l’emploi.

Plus de 170.000 demandeurs d’emploi

Plus de 170.000 compatriotes étaient inscrits à Pôle emploi en août dernier. Chaque carrefour ou journée de l’emploi voit déferler des milliers de Réunionnais. Même si le nombre d’offres est bien insuffisant, tous ont l’espoir d’accéder enfin à un travail.
Aucune politique publique n’a jamais réussi à remettre en cause cette pénurie. Le manque d’emploi est sans doute la menace la plus grave pesant sur la cohésion de notre société. Il touche notamment les jeunes, à plus de 50%. Avec l’application à La Réunion du nouveau régime des retraites, c’est la certitude pour les jeunes d’être condamné au revenu minimum pour une grande partie de leur vie, c’est-à-dire pendant la période d’activité et après leur départ à la retraite. En effet, avec un niveau de chômage aussi important, comment peuvent-ils espérer avoir cotisé le nombre d’années suffisant pour avoir droit à une retraite décente ?
Au coeur des inégalités, le non-respect du droit à un travail fragilise notre société.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Nous devons lutter de toutes nos forces pour combattre les inégalités et en particulier faire respecter le droit au travail.

    Mais comment se fait-il et face à la situation très morose de l’emploi à la Réunion, d’après certaines informations, 17 000 contrats sont en attentes injustement ? Cela est tout simplement inadmissible et à mon avis ce n’est pas
    le ministre du travail qui tient les registres.
    Que font-ils pour aider celles et ceux qui quotidiennement luttent pour changer leur vie ?

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com