Actualités

Aux Réunionnais d’être acteurs de leur développement

Le Conseil interministériel sur l’Outre-mer trace un cadre

Manuel Marchal / 7 novembre 2009

Hier a eu lieu à l’Élysée le premier Conseil interministériel sur l’Outre-mer. Dans un discours prononcé à l’issue de cette réunion, le président de la République a donné les principales orientations retenues pour sortir de l’impasse. Les mesures évoquées par Nicolas Sarkozy à la sortie du Conseil interministériel sur l’Outre-mer rejoignent l’esprit de ce qui peut constituer une alternative à la crise de confiance. Voici quelques uns des points abordés hier par le chef de l’État.

Présidé par Nicolas Sarkozy, le premier Conseil interministériel sur l’Outre-mer s’est tenu hier à l’Élysée. Il a débouché sur l’annonce de plusieurs mesures qui viennent à la rencontre des préoccupations du Parti communiste réunionnais et des forces vives du pays. Ces propositions figurent dans des documents stratégiques qui ont été élaborés au cours de ces trente dernières années.
En 2007, lorsqu’il était candidat à la présidentielle, Nicolas Sakozy avait donné son accord aux propositions présentées par l’Alliance. Les mesures évoquées à la sortie du Conseil interministériel sur l’Outre-mer rejoignent l’esprit de ce qui peut constituer une alternative à la crise de confiance.
Voici quelques uns des points abordés hier par le chef de l’État.

L’emploi pour les Réunionnais
Plusieurs fois évoquée et formulée dans "le Nouveau contrat social" du PCR, le recours à l’expérimentation dans le recrutement dans la fonction publique d’État a été annoncée hier.
Nicolas Sarkozy annonce la constitution d’un « vivier de talents ultra-marins », qui seront proposés en cas de poste vacant dans l’administration Outre-mer, et ce pour deux ans. « Un bilan » sera alors fait. Toutes les nomination à des postes de chef de service d’Outre-mer seront contresignés par la ministre. « Connaître le territoire n’est pas forcément preuve d’incompétence », précise le président de la République qui propose un « assouplissement considérable » des règles pour le recrutement et les mutations dans les catégories B et C.

Prix : faire la transparence totale
Le président de la République rappelle le constat de la vie chère, et annonce deux mesures issues du Conseil interministériel.
La première concerne la création d’un GIR de la concurrence, charger de faire la vérité sur les prix.
La seconde consiste à redonner à l’Observatoire des prix et des revenus sa raison d’être. Créé par un amendement déposé par Élie Hoarau, l’Observatoire des prix et des revenus a été totalement dévoyé.
Le président de la République annonce donc que l’Observatoire des prix et des revenus sera désormais présidé par une personne indépendante, ce qui de fait signifie que l’OPR ne sera plus présidé par le préfet. L’Observatoire des prix et des revenus pourra également saisir directement l’Autorité de la concurrence.

Énergies : développer la géothermie
Le discours du président de la République insiste beaucoup sur le développement de la géothermie, qui pourrait couvrir une grande partie de la consommation énergétique de l’Outre-mer.
Tout comme les Antilles, La Réunion est construite autour de volcans. Et qui plus est, à la différence de celui de la Guadeloupe ou de la Martinique, celui de La Réunion est actif, comme vient encore de le montrer l’éruption d’hier.
Dès 2010, une mission du BRGM sera chargée de cartographier toutes les ressources disponibles outre-mer.
Dans ce domaine, le président de la République tend la main à ceux qui ont des projets, en affirmant que l’État accompagnera.

Intégration régionale : « établir des rapports de confiance »
Afin de faciliter l’intégration des collectivités d’Outre-mer dans leur environnement régional, le président de la République propose tout d’abord un assouplissement dans la délivrance des visas pour les ressortissants souhaitant se rendre Outre-mer.
Il constate que les relations rénovéesdeeee entre la France et l’Outre-mer doit se traduire dans la politique régionale. « Nous devons établir des rapports de confiance ». Cela passe par donner la possibilité aux collectivités régionales de négocier au nom de la République des accords internationaux, et aussi de représenter la République en siégeant en son nom dans des organisations internationales.

Création d’un CHU à La Réunion
Lorsqu’il y a plusieurs années, Paul Vergès avait proposé la création à La Réunion d’un centre hospitalier universitaire, plusieurs avaient fait part de leur scepticisme, Jean-Paul Virapoullé allant même jusqu’à dire que ce projet était impossible.
Pourtant hier, le président de la République annonce soutenir la création d’un UFR médecine à La Réunion, première étape vers un CHU. Former des médecins à La Réunion serait un moyen de faire rayonner la francophonie dans la région, affirme le chef de l’État.
Ce projet s’inscrit dans le cadre de créer dans chaque bassin géographique des outre-mers une université à rayonnement régional, dotée de moyens leur permettant d’être des pôles d’excellence dans leur environnement.

Reconnaissance des organisations réunionnaises
Pas de développement endogène sans climat social apaisé. Mais pas d’apaisement si la représentativité n’est pas reconnue.
Afin de remédier à cette injustice, le Conseil interministériel a débouché sur une demande de reconnaissance de la représentativité des syndicats qui ne sont pas des fédérations d’une centrale française.
Cette mesure va au-devant des préoccupations de tous ceux qui, comme le Parti communiste réunionnais, pensent que c’est à partir d’un projet réunionnais que l’on peut apporter une solution aux défis spécifiques à notre pays.

Un plan contre l’illettrisme
Parmi les mesures arrêtées hier, la scolarisation obligatoire dès trois ans de tous les jeunes qui ne vivent pas dans un milieu francophone, c’est-à-dire l’écrasante majorité à La Réunion.
Un plan contre l’illettrisme sera mis en place, et il pourra s’appuyer sur un sous-préfet délégué à la cohésion sociale et à la jeunesse.

M.M.


Kanalreunion.com