Actualités

Baisse de 75 % des contrats aidés attribués à La Réunion

Des milliers de familles pauvres visées par une décision du gouvernement

Témoignages.re / 2 août 2017

Depuis plusieurs semaines, c’était l’incertitude au sujet du quota de contrats aidés attribués par le gouvernement à La Réunion pour le second semestre 2017. La décision vient de tomber : une diminution d’environ 75 %. Les Réunionnais les plus pauvres sont les premiers concernés. Aux conséquences sociales s’ajouteront une perte pour l’économie réunionnaise et une dégradation des services publics accentuée par la baisse des dotations aux collectivités de 13 milliards annoncée par le gouvernement.

JPEG - 73.2 ko
La diminution du nombre de contrats aidés signifie qu’il sera plus difficile d’échapper au chômage. (Photo C.F.)

Le gouvernement a décidé de baisser d’environ 75 % le quota de contrats aidés attribués à La Réunion pour le second semestre 2015. Cette nouvelle a été annoncée hier. Elle touche les Réunionnais les plus pauvres, pour qui un contrat aidé est souvent la seule solution pour échapper temporairement au chômage. Elle aura des effets sur les collectivités qui emploient des milliers de personnes avec ce type de contrats.

Stéphane Fouassin, président de l’Association des maires de La Réunion et maire de Salazie estime que les répercussions seront énormes. Il dénonce « un hold-up sur les contrats aidés » et souligne que sa commune aura des difficultés à assurer la rentrée scolaire. Le plus grave est à venir quand les contrats signés en début d’année arriveront à échéance en février prochain. Dans ces conditions, la rentrée de janvier est compromise.

Catastrophe sociale et économique

Le président de l’AMDR s’insurge contre le fait que l’ « on supprime 75 % des contrats aidés, alors que le taux de chômage est proche de 50 % dans les Hauts, et de 25 % dans les bas ». Rappelons que face à la crise structurelle de l’économie réunionnaise, les collectivités jouent un rôle d’amortisseur social. Les contrats aidés sont un moyen provisoire d’atténuer la misère, tout en permettant le fonctionnement de services publics tels que les écoles. « Cela va pénaliser les familles les plus pauvres », ajoute le maire de Salazie. Ces travailleurs ont un rôle désormais indispensable dans ces services rendus à la population. Avec une telle baisse de leurs effectifs, « comment assurer la sécurité dans les écoles, dans les bus scolaires ? », interroge Stéphane Fouassin. Car en face de ces suppressions de poste inévitables, le gouvernement ne propose aucune alternative.

Il constate également que cette décision aura des effets négatifs sur l’économie réunionnaise. Chaque contrat non-renouvelé se traduit par un salaire en moins. « C’est de l’argent qui manquera à La Réunion ».

« Des choix difficiles »

Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne et secrétaire général du Parti communiste réunionnais abonde dans ce sens. Il considère que la décision du gouvernement aura des conséquences catastrophiques. « Diminuer le quota de contrats aidés de 75 %, cela montre que l’on ne prend pas conscience des problèmes qui existe à La Réunion », précise-t-il. Comme toutes les autres responsables de collectivités, il devra faire face aux conséquences d’une décision du gouvernement qui cible une fois de plus les plus pauvres.

Stéphane Fouassin annonce que l’Association des maires de La Réunion se concertera pour décider d’actions à mener pour protester contre la baisse des contrats-aidés et la diminution annoncée des dotations de l’État versées aux collectivités. En effet, les responsables de collectivités seront confrontés à « des choix difficiles » en raison d’un budget toujours plus contraint. « Le rôle d’amortisseur social joué par les collectivités est remis en cause, et les investissements diminueront avec des conséquences pour l’économie réunionnaise », conclut Stéphane Fouassin.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Il fallait s’y attendre, La réunion est un des département les plus consommateurs des contrats aidés. Il y’a des économies à faire pour redresser le déficit du pays, c’est normal que l’on recadre les choses. Sans compter tous les abus sur ce type de contrat

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Il est vrai que ces contrats aidés sont une aubaine électorale pour les élus locaux . Néanmoins cette diminution ,énorme, aura des conséquences graves à plusieurs niveaux. Social ( moins de revenus pour de nombreuses personnes . on parle de 5 000 suppressions) économique ( moins d’argent à La Réunion donc baisse de la consommation), services rendus à la population ( cantines scolaires, garderies, emplois verts ...).
    Cette décision montre l’ignorance totale ( pour ne pas dire plus) de la situation de La Réunion, de la part du Président de la république, du premier ministre et des ministres et secrétaires d’état chargés des finances.
    Pendant ce temps l’ISF va rapporter moins..
    certains députés et sénateurs se mobilisent il faut qu’ils insistent et montre un front commun. l’intergroupe Outre mer doit réagir vigoureusement..

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Pour moi, une remarque préalable s’impose : les contributeurs au débat devraient signer de leur vrai nom ; c’est une condition essentielle - sans doute pas la seule - du débat démocratique.
    Cela dit, il me semble bon de rappeler qu’ une revendication déjà ancienne du PCR consistait à déconnecter l’ attribution des contrats aidés de l’ intervention des élus : est-ce encore un voeu pieux , ou bien est-ce que Pôle Emploi joue dans ce domaine,le rôle qui lui serait normalement dévolu ? Cela permettrait d’ éviter les diversions bien faciles du style de celles de "Catounette", qui oublie trop facilement de s’ interroger sur la diminution très sensible de l’ ISF, sur l’ absence de politique déterminée contre la fraude fiscale, l’ évasion fiscale mais aussi de réfléchir sur la légitimité de l’ optimisation fiscale ; de la même façon, l’ existence de scandaleux paradis fiscaux au sein même de L’ Union Européenne ne semble pas l’ inquiéter plus que cela ! Quand est-ce que les citoyens feront l’ effort de regarder les vrais problèmes en face ?
    Jean-Paul CIRET

    Article
    Un message, un commentaire ?