Actualités

Bientôt une législative partielle à La Réunion

Didier Robert annonce qu’il démissionne de l’Assemblée nationale

Geoffroy Géraud-Legros . Manuel Marchal / 27 mars 2010

Sur Télé-Réunion hier soir, Didier Robert a dit de quel mandat il démissionnera pour respecter la loi sur le cumul. Le nouveau président de la Région a dit qu’il quittera son mandat de député pour garder son ancrage au Tampon. Une élection législative partielle devra donc se tenir à La Réunion.

L’élection de Didier Robert hier à la présidence de la Région conduit automatiquement à sa démission de sa fonction de maire. Cela l’amène donc à choisir entre deux mandats, conseiller municipal et député, pour respecter la loi sur le cumul des mandats.
Invité de Télé Réunion hier, Didier Robert a annoncé qu’il va démissionner de son mandat de député, et donc rester conseiller municipal du Tampon. Cela souligne donc que sa priorité est de garder un ancrage local dans sa commune.
Cette décision doit donc entraîner son remplacement à l’Assemblée nationale. Une élection législative partielle devra donc se dérouler dans l’actuelle 3ème circonscription, qui va de Saint-Leu au Tampon en passant par Saint-Louis, Cilaos, l’Entre-Deux, les Avirons et l’Etang Salé.

M.M.


Commission permanente du conseil régional

Président
Didier Robert

Vice-Présidents
1- Jean-Louis Lagourgue
2- Nadia Ramassamy
3- David Lorion
4- Virginie K’Bidi
5- Frédéric Cadet
6- Valérie Bénard
7- Jean-François Sita
8- Yolaine Costes
9- Serge Camatchy
10- Huguette Vidot
11- Dominique Fournel
12- Fabienne Couapel
13- Yoland Velleyen

Membres
Marie André Faveur
Raymond Tong Yette
Catherine Gaud
Philippe Jean-Pierre
Maya Cesari
Michel Lagourgue
Aline Murin-Hoarau
André Thien-Thien-Ah-Koon
Monique Orphé
Michel Vergoz
Christine Soupramanien

(Source Imaz Press Réunion)


Déjà un chantier supprimé

Dès son accession à la présidence de la Région, Didier Robert a tenu à annoncer la suppression de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise (MCUR). L’édification d’un lieu de mémoire, l’investissement de millions d’euros accordés par l’Europe, les emplois que devaient créer la construction de ce grand ensemble sont ainsi sacrifiés d’un seul coup sur l’autel d’une idéologie de destruction. Didier Robert n’en est pas à son coup d’essai dans la démolition : on se souvient que dès son entrée en fonction en tant que maire, il avait supprimé tout aussi brutalement la rocade du Tampon. Ainsi, il jetait à la poubelle les 110 millions d’euros investis par la Région et plongeait dans le chômage de nombreux travailleurs et des petites entreprises du BTP. Une attitude que l’on retrouve ailleurs dans l’éventail politique, avec la destruction du pôle Océan et du Zénith par Gilbert Annette immédiatement après son élection. À chaque fois, ce sont les travailleurs et les entrepreneurs du BTP qui ont fait les frais de ces décisions irresponsables. Quelle distance, entre ces politiciens du premier monde, et les hommes et les femmes qui luttent chaque jour pour trouver un emploi !

G.G-L {}


Les socialistes s’en lavent les mains…

À l’étonnement général, les conseillers régionaux socialistes et la conseillère MRC n’ont pas présenté de candidats lors de l’élection à la présidence de la Région. Le décompte des votes a fait apparaître qu’ils n’avaient pas non plus soutenu la candidate de l’Alliance, Maya Césari. La contribution des élus PS-MRC à ce premier face-à-face entre la majorité et l’opposition se limite donc à 6 enveloppes vides. Les électeurs socialistes s’attendaient-ils à pareille attitude ?

G.G-L


Première utilisation des fonds publics par Didier Robert : un cocktail pour 1000 personnes

50.000 euros : c’est le coût avancé par RFO de la « petite » fête donnée par Didier Robert à l’occasion de sa prise de pouvoir. Trois orchestres, des écrans géants, samoussas, petits fours, cocktails, caris… Pour la première fois, l’élection d’un candidat à la présidence de la Région a donne lieu à une fête. Celle-ci restera dans les mémoires comme le tout premier acte d’utilisation des fonds publics par le nouveau président de Région. Cette cérémonie pharaonique n’a pas entraîné de commentaires de la part de Mme Couapel-Sauret, qui aime à se présenter comme chasseresse de « gaspi », ni d’Antoine Franco, qui se donne volontiers le même rôle. Ni l’un ni l’autre n’ont dédaigné le buffet….

G.G-L


Kanalreunion.com