Actualités

Bilan de Didier Robert : 44765 demandeurs d’emploi en plus

Une catastrophe sociale

Témoignages.re / 10 septembre 2015

En pleine tourmente à la suite de l’accélération des événements autour de l’enquête sur les marchés de la nouvelle route du littoral de La Réunion, Didier Robert a tenu mardi une conférence de presse pour lancer sa campagne électorale pour les élections régionales. Il a attaqué ceux qu’ils estiment être ses principaux adversaires, en particulier l’union PCR-Progrès, et a présenté ce qu’il estime être son bilan. La réalité est loin de sa communication. Le mandat de Didier Robert n’a duré que 5 ans, mais le nombre de demandeurs d’emplois a augmenté de plus de 44.000 personnes. C’est un bien triste record qui montre l’ampleur du travail qui attend l’union qui remplacera la majorité sortante.

JPEG - 39.8 ko

44765 demandeurs d’emploi supplémentaires en 5 ans, c’est le triste bilan de Didier Robert à la tête de la Région Réunion. Jamais un mandat de président de cette collectivité n’avait été placé sous le signe d’une telle catastrophe sociale. L’augmentation sous les 5 années de mandat de Didier Robert correspond au nombre de chômeurs que comptait La Réunion au début des années 1980, au moment où François Mitterrand est devenu président de la République.

L’équivalent de 35 années de crise en 5 ans

La crise à La Réunion n’était alors pas une nouveauté. Les gouvernements qui se succédaient depuis 1946, date de l’abolition du statut colonial n’avaient pas soutenu une politique de développement. Plus grave encore, l’inévitable croissance démographique était renvoyée sur le dos des Réunionnais, accusés d’avoir trop d’enfants. Des affiches montrant une boîte de sardines débordant d’enfants étaient placardées dans l’île. L’arrivée dans le jeu politique de l’île de Michel Debré, ancien Premier ministre, n’allait pas arranger la situation. Il allait être un des instigateurs de l’émigration massive d’une partie de la jeunesse réunionnaise. Plus de 100.000 jeunes sont partis en France. Cette politique a amené des dérives aussi graves que la tragédie des Enfants de la Creuse. Et elle n’a pas évité la hausse du chômage à cause des crises touchant des secteurs économiques stratégiques tels que l’agriculture.
Près de 35 années de politique de non-développement avaient eu pour résultat plus de 40.000 chômeurs. C’est égal à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi sous la mandature de Didier Robert. En cinq ans, c’est l’équivalent de 35 ans d’accumulation de crises.

Conséquence de décisions politiques

Dans cette augmentation, la responsabilité de la Région Réunion est pleinement engagée. À son arrivée au pouvoir, Didier Robert a commencé par remettre en cause la politique d’autonomie énergétique. C’est l’arrêt du chantier du tram-train, de celui de la géothermie, le coup de pouce donné aux énergies fossiles avec la promesse d’une route en mer à 6 voies. Ces décisions politiques ont un coût social, car des milliers de Réunionnais devaient travailler pour le tram-train. Les énergies renouvelables pouvaient créer 15.000 emplois. C’est le gâchis de la jeunesse réunionnaise.
Pendant ce temps, l’État a colmaté les brèches. En 2014, il a injecté plus de 200 millions d’euros pour soutenir les embauches d’emplois aidés. Si Paris n’avait pas transféré plusieurs centaines de millions d’euros en cinq ans au titre du traitement social du chômage, quel serait alors le bilan des décisions prises par Didier Robert et son équipe ?

Bientôt la catastrophe judiciaire ?

À cette catastrophe sociale s’ajoute une catastrophe judiciaire qui ne saurait tarder. Entre les conférences de presse de l’union de la droite lors de la campagne des élections départementales et celles tenues par la même union de la droite pour celle des régionales, les rangs se sont éclaircis. N’est-ce pas le signe de la recherche d’une alternative à la candidature du président de Région sortant ?
La menace de plainte contre le service public d’information n’est-il pas le signe d’une tentative désespérée d’échapper à la réalité qui s’imposera ? Quand le scandale de la NRL grandira, que restera-t-il de l’union de la droite ?


Kanalreunion.com