Actualités

Bilan de Didier Robert : désastre culturel

Conférence de presse de Terla

Témoignages.re / 6 novembre 2015

Des grandes troupes théâtrales en grandes difficultés car l’argent est saupoudré à des associations nouvellement créées, voici la vision de la culture selon Didier Robert, le sénateur qui a refusé la ratification de la Charte européenne des langues régionales.

Maya Césari revient sur le plan ordinateur portable, 9 millions d’euros par an, soit au bout de cinq ans suffisamment d’argent pour construire un lycée. Cette « égalité des chances » à la mode du président de la Région Réunion n’en est pas une. « Nous considérons que l’égalité des chances est de diminuer le fossé entre ceux qui sont suffisamment aisés pour payer un ordinateur à leurs enfants, et ceux qui ont besoin d’être accompagnés.L’égalité des chances, c’est garder la propriété publique ».
Au lieu de cela, « c’est ce principe de distribution de chèques qui est mise en avant » par Didier Robert.

« La politique culturelle a été mise à mal. Des troupes historiques de La Réunion mises au tapis, Talipot, Acte Trois et Vollard en grandes difficultés », explique la conseillère régionale. Tout cela pour un « saupoudrage de subventions sans critère objectif. Chaque mardi passent des dossiers d’associations culturelles nées il y a quelques mois à qui ont donne quelques milliers d’euros ».

En tant que sénateur, Didier Robert a voté récemment la question préalable qui a bloqué le dossier qui permettait de consolider la défense de la langue créole. Il s’est donc opposé à la ratification de la Charte européenne des langues régionales ce qui « va à l’encontre de l’identité, de la mémoire et de la culture réunionnaise ».


Kanalreunion.com