Actualités

Biodiversité et transition énergétique : les propositions du Parti Communiste Réunionnais

Conférence organisée par le gouvernement à Paris

Témoignages.re / 15 septembre 2012

Hier et aujourd’hui, se tient à Paris la Conférence sur la transition énergétique et environnementale, en présence du gouvernement, d’ONG, de parlementaires, de syndicats. L’objectif est de préparer un grand débat public pour aboutir à une loi de programmation en 2013 sur la transition énergétique et sur la politique environnementale. Le PCR rappelle ses propositions.

Le PCR a tenu hier une conférence de presse pour exposer les propositions du Parti dans l’environnement et la transition énergétique. À cette occasion Yvan Dejean, Faaïza Ibrahim et Julie Pontalba, membres du Conseil de la Reconstruction, les ont détaillées.
Les trois responsables ont tout d’abord rappelé que l’activité humaine est en grande partie responsable du réchauffement de la planète. Ce réchauffement a des conséquences climatiques extrêmes. Il met en péril des populations et la biodiversité. Depuis plus de quarante ans, le PCR a intégré l’environnement dans son programme. La conférence d’hier a été l’occasion de rappeler les propositions du Parti pour La Réunion.
Elles sont de deux ordres :
- réduction des activités aggravant le réchauffement,
- mesures d’adaptation pour faire face aux conséquences du changement climatique.

Des solutions existent déjà

En la matière, l’automobile et la production d’électricité sont les principaux facteurs de production de gaz à effet de serre qui provoquent le réchauffement du climat.
Le remplacement de l’automobile par un transport en commun (le tram-train) et la production d’énergie à partir de sources renouvelables (le solaire, l’éolien, la géothermie) sont des solutions préconisées depuis longtemps par le PCR et de nature à favoriser le développement de La Réunion.
Concernant les mesures d’adaptation : pour faire face aux changements climatiques, des solutions de bons sens sont à mettre en œuvre. Il s’agit en particulier, comme l’ont rappelé les camarades lors de la conférence de presse, de revoir les constructions sur le littoral — notamment la nouvelle Route du Littoral, de procéder aux endiguements des ravines, de sécuriser la circulation sur les routes en remplaçant des radiers submersibles par des ponts, etc.
Les fortes sécheresses observées actuellement, tant à La Réunion que dans d’autres parties du monde, sont aussi imputées au réchauffement de la planète. Pour que les populations, mais aussi l’agriculture et les autres activités n’en pâtissent pas, une gestion globale de l’eau est nécessaire tout comme l’interconnexion des réseaux, la construction de nouvelles retenues collinaires et la récupération des eaux de la centrale de la Rivière de l’Est (Sainte-Rose).
Les conférenciers ont aussi attiré l’attention sur la nécessité de gérer différemment le traitement des déchets et le traitement des eaux usées. Des solutions écologiques et économiques existent en remplacement des systèmes actuels coûteux et parfois polluants.
C’est ainsi que les membres du Conseil de la Reconstruction ont évoqué la réalisation de centres de tri de proximité dans tous les quartiers, selon la densité de population (tri systématique) ainsi que le traitement des eaux usées par lagunage et par roseaux plantés. Ces solutions existent dans d’autres pays et donnent satisfaction.

Depuis 1975, le premier parti écolo de La Réunion

Enfin, le PCR a rappelé que la mise en œuvre de toutes ces mesures fait appel à une main d’œuvre en grand nombre, et constitue ce qu’il nomme « l’économie verte ». Des milliers d’emplois peuvent être créés dans ces secteurs. C’est ce que réclame le PCR depuis de nombreuses années. Cela permet d’intégrer la préoccupation d’un développement écologique durable. C’est aussi une réponse à l’urgence sociale par la création d’emplois, puisque des dizaines de milliers d’emplois pérennes mêmes à temps partiel peuvent être attribués.
Ces mesures de protection de l’environnement visant à créer sur place les sources d’énergie nécessaires (l’autonomie énergétique) sont une constante dans la politique du PCR. Dès 1975, lors de l’élaboration du "Plan de survie", plusieurs de ces propositions étaient déjà annoncées. Cela a fait dire aux conférenciers d’hier que le PCR est le 1er Parti qui a mis en avant l’écologie à La Réunion.
Ils ont aussi rappelé les initiatives de Paul Vergès pour alerter l’opinion sur le problème de la mise en péril de la biodiversité à cause du système de développement en cours dans le monde entier, et son initiative réussie au Parlement français pour faire adopter une Loi pour que la lutte contre les effets du réchauffement climatique soit une priorité nationale.


Kanalreunion.com