Actualités

Bon point de départ pour 2012

Manuel Marchal / 31 mars 2011

En donnant à la majorité plurielle deux tiers des sièges, le peuple a validé la stratégie du rassemblement et de la volonté de changement. Mais de nombreuses manœuvres ont tenté d’empêcher cette expression populaire.

À 14 mois de la présidentielle, les élections cantonales 2011 sont l’occasion de créer les conditions d’un changement possible en 2012 avec la présidentielle. À La Réunion, la majorité plurielle définit une stratégie de rassemblement. Sur cette base, la présidente du Conseil général s’implique dans les meetings des candidats de sa majorité, indépendamment de leur appartenance politique. 25 sièges sont à pourvoir. Le verdict des urnes donne 18 élus pour la majorité sortante, et 7 pour l’opposition. Dans la nouvelle assemblée, la majorité est donc renforcée. C’est la décision du peuple.
Il appartient donc aux élus de faire respecter cette décision.
Mais nombreux ont été les obstacles à cette expression populaire. Durant la campagne tout d’abord, des diversions ont été lancées. À La Possession par exemple, si l’on se fiait à la grille de lecture gauche-droite importée de France, cela voudrait dire que la droite n’existe plus dans cette commune. Or chacun a pu constater que la candidate des Verts a pu compter sur le report des voix de l’UMP la plus ultra.
Après le deuxième tour, certains ont cru bon d’essayer de construire une majorité qui ne correspondait pas au résultat des urnes, c’est-à-dire une majorité excluant au moins une de ses composantes ou une majorité donnant la direction de la collectivité aux battus des élections.
Le peuple s’est prononcé pour la reconduction d’une direction rassemblant plusieurs composantes : le PCR-Alliance, le PS, Droite sociale et MoDem. Les deux derniers groupes ayant fusionné, la nouvelle direction du Conseil général comportera ces trois groupes. C’est ce que le peuple veut, et il est essentiel dans une démocratie que la volonté populaire soit respectée.

M.M.


Kanalreunion.com