Actualités

Brexit : des conséquences à prévoir pour La Réunion

Le Royaume-Uni va quitter l’Union européenne

Témoignages.re / 28 juin 2016

Jeudi dernier, un référendum organisé dans un État membre de l’UE a donné le résultat suivant : le Royaume-Uni va quitter l’Union européenne. Pour le PCR, le départ de 15 % de la population de l’UE et de sa seconde puissance économique ne sera pas sans conséquence sur le budget et le marché européen. Cela aura un impact à La Réunion.

JPEG - 80.8 ko
Siège de la Commission européenne. Le Royaume-Uni contribue au financement des fonds structurels dont a grand besoin La Réunion. L’enveloppe risque de se réduire.

Après le Brexit : rien ne se fera plus comme avant, c’est une période de grande incertitude qui commence, indique Maurice Gironcel au sujet du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne suite au référendum organisé jeudi dernier. Ce ne sera pas sans conséquence pour La Réunion.

Yvan Dejean et Maurice Gironcel soulignent que le peuple britannique a rejeté la politique actuelle de l’UE. Cette politique est la conséquence de règles découlant d’un traité européen. Ce traité est le traité de Lisbonne qui reprend les recommandations de ce qui avait été rejeté par le peuple français lors d’une consultation en 2005 sur le Traité constitutionnel européen. « Rappelons qu’en 2005 le PCR était le seul parti qui avait fait campagne contre ce TCE », souligne le PCR. À l’époque le Parti communiste réunionnais avait été accusé d’être anti-européen, de donner « un coup de pied dans zassiette manger ».

« Quand on voit ceux qui critiquaient le PCR venir devant les médias et dire que ce modèle européen n’est pas bon, n’oublions pas qu’ils ont appelé à voter pour ce modèle », dit Yvan Dejean pour qui nous assistons au « bien triste spectacle d’un bal des hypocrites ».

Le PCR rappelle qu’au même titre que les autres États membres de l’Union européenne, le Royaume-Uni doit contribuer au budget de l’institution, et donc à celui de la politique régionale qui finance les fonds structurels.

Maurice Gironcel souligne qu’avec le départ du Royaume-Uni, c’est une baisse de 15 % de la population de l’Union européenne, et c’est aussi le départ de la seconde puissance économique de l’UE. Le budget de l’UE va donc diminuer, ce qui aura un impact sur les fonds structurels. Or La Réunion dépend de ces programmes pour réaliser des investissements. De plus, cela signifie la réduction de la taille du marché européen, alors qu’il est le lieu d’écoulement de la production sucrière réunionnaise. Le Brexit renforce donc les incertitudes autour de l’avenir de la filière canne-sucre de La Réunion.


Kanalreunion.com