Actualités

Carburants : 175 millions d’euros de l’État pour baisser les prix aux Antilles

Aux Antilles, l’État paie 100% de la baisse, à La Réunion, l’État paie 0% et les collectivités passent à la caisse

Manuel Marchal / 1er mars 2012

Dans un communiqué diffusé en septembre 2010, Victorin Lurel, député de Guadeloupe, révélait l’ampleur des fonds engagés par l’État pour faire baisser le prix des carburants en réponse aux mouvements revendicatifs : 175 millions d’euros.

Les Mahorais ne sont pas les seuls à avoir fait assumer à l’État ses responsabilités. La sortie de crise aux Antilles en 2009 prévoyait que l’État prenne en charge la baisse des prix des carburants.
En septembre 2010, le gouvernement s’apprêtait à verser aux compagnies pétrolières opérant aux Antillles une somme de 81 millions d’euros. Ceci avait complété deux autres versements engagés à partir d’avril 2009 : 44 millions d’euros puis 50 millions. Ce transfert de fonds était une compensation versée par l’État en échange d’une baisse imposée aux compagnies pétrolières. En février et mars 2009, la Guadeloupe, puis la Martinique et la Guyane ont été plus d’un mois en grève générale. Pour rétablir la confiance, l’État a décidé d’imposer des baisses de prix, en particulier dans les carburants. Et pour convaincre les pétroliers de céder, le gouvernement avait décidé de prendre à sa charge une "compensation" s’élevant au total à 175 millions d’euros.
À La Réunion, deux collectivités ont décidé de se substituer à l’État et aux compagnies pétrolières. Ce sont la Région, le Conseil général et par ricochet les communes qui vont passer à la caisse pour faire baisser le prix des produits pétroliers.
Il est clair que c’est l’approche de la visite de Sarkozy et des élections qui favorise ce pillage irresponsable des fonds publics financés et destinés aux Réunionnais. Car aux Antilles, l’État a assumé ses responsabilités en payant, puisque c’est lui qui a la compétence de fixer les prix. À La Réunion, l’État ne paie rien.

M.M.


Kanalreunion.com