Actualités

Carolle Patiram : « ma vie a toujours été un combat »

Saint-André

Témoignages.re / 19 janvier 2013

Au cours du travail de fourmis dans lequel se sont engagés les membres du collectif provisoire de Saint-André, ceux-ci ont pu constater et vérifier la profondeur de l’enracinement du Parti, la fidélité à ses luttes passées de la part de militants de tous âges, mais aussi la vigilance dans la confiance qu’ils lui apportent.
C’est dire l’enjeu de la reconstruction, qui ne doit pas se résumer à un médiocre rafistolage, ni à un simple ravalement de façade. En politique comme ailleurs, la confiance se mérite.
Nous avons choisi d’en présenter aux lecteurs de "Témoignages" quelques exemples éloquents et significatifs.
Après l’exemple d’un vieux camarade, vétéran du parti, Hubert PARVEDY, celui d’un plus jeune, Olivier AMOURGOM, qui avait 12 ans au moment de la disparition de LAURENT, nous vous proposons aujourd’hui de terminer, dans un premier temps, cette mini-revue de militants saint-andréens, avec une jeune femme dont quasiment toute la vie a été rythmée par les luttes du PCR.

JPEG - 31.7 ko

Carolle Patiram : « un élu n’est pas là pour se mettre en avant, il n’est pas là pour rechercher les honneurs ni parader avec l’écharpe tricolore dans les cérémonies officielles. Quand un communiste est élu, c’est pour être au service de la population, le temps de son mandat » .

Avec ses 40 ans qui ne le paraissent vraiment pas, Carolle Patiram a déjà une longue histoire en compagnie du Parti Communiste Réunionnais. Née dans une famille de 5 enfants dont la maman, Raymonde, a toujours été – et reste encore aujourd’hui – une militante active et dévouée, Carolle a connu très tôt les contraintes qu’entraînait l’engagement militant de la maman pour la vie du reste de la famille.

Nous nous souvenons parfaitement de ce que nous disait il y a 30 ans notre camarade Raymonde. Pour pouvoir concilier vie familiale et tâches militantes, il lui avait fallu confier rapidement des responsabilités à ses enfants : chacun avait, dans la case, sa part de travail et savait le matin ce qu’il aurait à accomplir dans la journée. Ainsi, le travail et les luttes, Carolle connaît.

Malheureusement, aujourd’hui, elle partage le sort de milliers et de milliers de Réunionnaises qui se retrouvent au chômage, après que son emploi de secrétaire sociale au Conseil Général a pris fin. À cela, s’est ajoutée une rupture, moment toujours douloureux dans une vie, ce qui, là encore comme beaucoup, faute de moyens suffisants, l’a ramenée au foyer maternel depuis un an, d’autant plus qu’elle a à sa charge une petite fille de 7 ans.

Ainsi, lorsque l’on évoque avec elle le programme du PCR prévoyant de développer le secteur de l’aide aux personnes, âgées, malades ou handicapées, elle n’hésite pas un instant :  « voilà un travail où je me sentirais à mon aise ; je me sens prête à ce genre de tâches ». Et avec son expérience de la vie, dans une famille militante, elle sait que rien ne s’obtient sans lutte. Mais précise-t-elle avec justesse : « il faut écouter les personnes pour bien comprendre ce que signifie le changement pour elles ; trop souvent, des élus agissent, décident sans consulter, sans discuter estimant qu’eux seuls savent, qu’ils sont capables de faire le bonheur des autres, sans leur demander leur avis » .

Et puis, chose qu’elle rejette par-dessus tout : « un élu n’est pas là pour se mettre en avant, il n’est pas là pour rechercher les honneurs ni parader avec l’écharpe tricolore dans les cérémonies officielles. Quand un communiste est élu, c’est pour être au service de la population, le temps de son mandat » . Autrement dit, la reconstruction, elle l’a parfaitement comprise : clairvoyante, décidée, combative, elle est tout cela, Carolle !

JPC

Aujourd’hui : la refondation de la section PCR

L’Assemblée générale fondatrice de la nouvelle section du PCR de Saint-André aura lieu :

À 16h00 chez notre camarade Marcel Ponapin

936 chemin de l’Étang à Cambuston

en présence du secrétaire général Élie Hoarau

Ordre du jour :

- Analyse de la situation politique en France, à La Réunion et à Saint-André

- Élection du comité et du secrétaire de section

- Questions diverses

Nous comptons sur votre présence et votre participation active. Venez nombreux et nombreuses de manière à montrer notre volonté de « refonder la section ».
Rectificatif

Dans notre édition d’hier, sous la légende de la photo représentant Olivier Amourgom arborant le portrait de Laurent Vergès, prise le 16 mars 2008, nous avons indiqué par erreur que cette action lui a valu d’être expulsé de la permanence du nouveau maire. En réalité, c’est de la place de la mairie qu’Olivier a été chassé le soir là.


Kanalreunion.com