Actualités

« Ce ne sont pas vos problèmes qui vous rendent originaux, mais vos solutions »

Jean-Luc Mélenchon à la rencontre des travailleurs du Port

Céline Tabou / 19 avril 2011

Hier au Port, Jean-Luc Mélenchon, député européen et co-président du Parti de Gauche a rencontré des élus de la mairie du Port et des dockers au Foyer des dockers au Port. Durant une heure, l’homme politique a fait un exposé sur les enjeux de la libéralisation à La Réunion et en France.

Introduit par Michel Séraphine, Henri Hippolythe, Paulette Lacpatia et Alain Dreneau, Jean-Luc Mélenchon a exposé les effets néfastes de « la concurrence libre et non faussée » édictée par l’Union européenne. Il a également salué les avancées en matière d’énergie renouvelable lors d’une visite à la Ravine à Marquet. « Ce ne sont pas vos problèmes qui vous rendent originaux, mais vos solutions », a-t-il déclaré.

Une nouvelle gouvernance pour le port

Dans son allocution, Michel Séraphine a mis en avant les différentes réformes européennes proposées pour transférer l’outillage et le personnel du public vers le privé afin de rendre plus "compétitifs" les ports de France. Face à cette réforme, les dockers avaient tenu à exprimer leur opposition en mettant en place des piquets de grève. « Ce que nous voulons concrètement est une nouvelle gouvernance, aujourd’hui le port est commandé par trois têtes, nous voulons qu’il soit un établissement public avec un conseil de surveillance, un conseil de développement et un directoire ».
Député européen, Jean-Luc Mélenchon siège dans le même groupe qu’Élie Hoarau. Et les deux parlementaires défendent les intérêts des travailleurs menacés par ce projet. Michel Séraphine a expliqué : « nous ne voulons pas que La Réunion soit une économie de comptoir, car le port est d’un intérêt général et un outil au service économique de La Réunion. » En appui, Jean-Luc Mélenchon a expliqué que « tout problème à une solution, pas seulement une, mais plusieurs pouvant servir à tout le monde ».
Fustigeant l’attitude de l’Union européenne qui veut « de manière abstraite et aveugle, sans prendre en compte les spécificités de chacun, mettre en place une concurrence libre et non faussée ». Ce dernier a indiqué que les élus européens ne devaient pas mettre en place cette concurrence « n’importe comment, n’importe où, car cela revient à dire que tout ce qui est du bien commun sera vendu au privé pour le profit ».

«  La sécurité de l’emploi est primo rdiale »

« La sécurité de l’emploi n’est pas un privilège, mais une garantie. Aujourd’hui, ils nous font peur avec leurs contrats précaires », et la crise financière et économique, il est donc « aujourd’hui, normal de se révolter et de rappeler que derrière toute richesse, il y a un être humain ».
Mettant en avant la transmission des compétences et des savoir-faire, il a argué qu’un « ancien peut transmettre ses connaissances à un nouveau, renouvelant le travail et permettant de meilleures conditions de travail et une évolution du métier avec de nouvelles techniques et savoir-faire ». « Dans le travail, il y a une science et un savoir qui perdureront grâce à la sécurité de l’emploi qui doit être conservé ».
« Il y a-t-il une limite à l’exploitation, certains diront non, mais il y a la résistance à l’exploitation. Car à la fin, tout sera emporté par les libéraux, car l’extension sans fin du champ de la concurrence libre et non faussée aura pour résultat des catastrophes économiques, sociales et écologiques. Nous devons donc nous battre et lutter pour une qualité de vie meilleure, ce n’est pas un privilège ».
Cette qualité de vie devra passer par l’autonomie énergétique et alimentaire, « il faut trouver des solutions aux problèmes d’autonomie, car la Droite dit toujours « on va continuer comme ça », ils sont d’ailleurs prêts à vous vendre une centrale nucléaire ». Mais, pour atteindre ces autonomies, Jean-Luc Mélenchon met en avant l’importance de l’éducation tant l’enseignement supérieur que professionnel. « L’éducation ne peut pas être privatisée, il faut se battre pour récupérer les nombreux postes supprimés ». Le co-président du Parti de Gauche préconise le « savoir et l’obligation de progresser », car c’est la « révolution citoyenne qui permettra de mettre en place la solidarité, la coopération, et surtout le pouvoir au peuple ».

Céline Tabou


Réactions à la venue de Jean-Luc Mélenchon

• Jean-Hugues Savigny, organisateur de la venue de Jean-Luc Mélenchon
« Il est venu prendre le pouls économique, social et les voies de développement dans l’Outremer et notamment à La Réunion, qui est le département le plus peuplé. Le débat entre lui et les dockers au foyer a essentiellement porté sur la relocalisation, l’autonomie énergétique et alimentaire à La Réunion, mais dans toutes les îles d’Outre-mer. Nous avons tenu à organiser cette première visite au foyer des dockers car même avec un développement endogène, le port reste un passage obligé. Nous n’avons pas à La Réunion de matière première, les dockers sont en première ligne dans le développement de notre économie. »

• Henri Hippolyte, conseiller général et municipal du Port
« C’est un honneur et un plaisir, car il apporte sa vision par rapport à des problématiques majeurs pour nous notamment dans le social et l’économique. Il parle avec cœur, et dit ce que l’on a toujours prôné “Nou le kapab”, car nos propres solutions peuvent nous permettre d’avancer et de faire face à l’avenir. Demain, l’autonomie énergétique et alimentaire est une idée pour faire avancer l’intérêt général.
Jean-Luc Mélenchon a le même discours que Paul Vergès. C’est intéressant de voir que les solutions sont dans nos mains et qu’une personne venue de Paris ne nous dit pas “La France fera pour vous”. On a là un homme qui croit fermement aux capacités des Réunionnais. Paul Vergès avait raison là-dessus, car on entre dans une ère de responsabilité, ce qu’il disait n’était pas un hasard, car l’avenir de La Réunion est dans nos mains à nous de faire des propositions, mais surtout de prendre nos responsabilités pour notre pays ».

• Paulette Lacpatia, conseillère municipale
« À quelques mois de la présidentielle, la venue de Jean-Luc Mélenchon est une chance pour La Réunion surtout pour son projet, et les propositions qu’il va faire pour La Réunion. L’avenir nous dira, mais ce que nous attendons de l’homme de progrès qu’est Jean-Luc Mélenchon qui partage notre philosophie, est un projet viable pour l’Outre-mer, car nous en avons vraiment besoin. Au-delà des propositions, nous attendons que des choses soient faites pour faire face aux difficultés économiques et sociales dans l’Outre-mer. »


Kanalreunion.com