Actualités

« Ce que j’ai promis, je le tiendrai dans le calendrier tel qu’il est prévu »

Première interview télévisée de François Hollande

Céline Tabou / 31 mai 2012

Invité au 20 heures de France 2, le chef de l’État en fonction depuis le 15 mai a réalisé « un exercice de style et un discours de la méthode ». Dans la ligne d’une présidence « normale », François Hollande a dressé le bilan de ses voyages à l’étranger et évoqué les mesures engagées par son gouvernement.

L’ancien candidat socialiste avait promis le changement tout au long de sa campagne, cette première interview télévisée l’a été. Bien loin de la « méthode » de Nicolas Sarkozy, François Hollande est apparu, selon les observateurs, simple, normal et « parfait ». Ce dernier a d’ailleurs déclaré : « Faire simple, ce n’est pas faire médiocre ou faire banal. C’est au contraire avoir le respect des Français et être exemplaire ». Ce contraste entre Nicolas Sarkozy et François Hollande a toutefois été raillé : « Si normal que cela guette l’ennui », traduit “Le Nouvel Observateur”.

Tenir ses promesses de changement

Le Président François Hollande a également promis de tenir « toutes » ses promesses, ce qui se traduit par les 60 mesures pour la France entière et les 30 destinées à l’Outre-mer. « Ce que j’ai promis — tout — je le tiendrai dans le calendrier tel qu’il est prévu », a-t-il déclaré. Il a également ajouté qu’il était « élu pour cinq ans, pas simplement pour trois mois » et qu’il s’engageait à conserver « le même objectif de réduction des déficits publics » qui doivent être ramenés à 3% du PIB en 2013, et à zéro en 2017.

Pour relancer la croissance du pays, « il va falloir faire un effort, c’est certain, mais cet effort sera justement réparti » avec des « décisions fiscales qui s’adresseront à ceux qui ont le plus » et seront annoncées en juillet et août.
Sur la question de la remise en cause de la réforme des retraites mise en place par l’ancienne mandature, François Hollande a souligné que « c’est une injustice, elle sera réparée ».

Coup de pouce pour le SMIC

Ce dernier est revenu sur les dernières mesures engagées par son gouvernement, notamment le SMIC. Le président de la République a ainsi promis un « coup de pouce » au SMIC, sans pour autant « déstabiliser les entreprises ». François Hollande a déclaré : « Oui, il y aura un coup de pouce, il devra rattraper ce qui n’a pas été accordé cette dernière année. Il devra aussi veiller à ce que cela ne déstabilise pas les entreprises ».

L’objectif du président est de « permettre à des salariés qui sont payés au SMIC, qui n’ont pas été revalorisés en termes de pouvoir d’achat depuis cinq ans, d’avoir un coup de pouce et en même temps de ne rien faire qui puisse déséquilibrer notamment les petites et moyennes entreprises qui sont aujourd’hui dans une difficulté de compétitivité ». Au lendemain de la série de concertations réalisées par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avec les syndicats et le patronat, le gouvernement a mis le dialogue social au cœur de sa politique.

Une majorité à l’Assemblée nationale

A deux semaines du premier tour de l’élection législative, le chef de l’État a dit espérer une majorité « large, solide, cohérente ». Deux semaines après son investiture, François Hollande a tenu à indiquer : « Je ne suis pas le chef de la majorité, c’est le Premier ministre, je ne suis pas le chef du Parti socialiste, c’est Martine Aubry, je suis le chef de l’État ». Ce dernier a ajouté : « En même temps, je vais demander aux Français, je le fais, qu’ils fassent en sorte qu’il y ait une majorité pour le changement ».

La majorité à l’Assemblée nationale permettra de mettre en œuvre ses engagements de campagne dont le slogan était « Le changement, c’est maintenant ». Il a expliqué qu’il ne tiendrait ses engagements « que si j’ai une majorité à l’Assemblée nationale qui me permette de voter des lois qui correspondent. Si (les Français) m’ont choisi, je pense qu’ils auront à cœur de m’accorder une majorité large, solide, cohérente ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com