Actualités

Changement climatique à La Réunion : non à la conspiration du silence

Les élections régionales auront lieu quelques jours avant la COP21

Témoignages.re / 23 septembre 2015

Les effets du changement climatique sont absents de la campagne des élections régionales. Or La Réunion est une île tropicale montagneuse, elle est donc en première ligne. Le Conseil régional a la responsabilité d’importantes compétences dans l’aménagement du territoire.

JPEG - 45.4 ko
Avec une hausse de 6 mètres du niveau de la mer, quel avenir pour l’aéroport de Gillot Roland-Garros, porte de La Réunion vers le monde ?

Hier en conférence de presse, Paul Vergès a tout d’abord rappelé que quelques jours après le vote des régionales, aura lieu la conférence de Paris sur le climat, la COP21. Pour cet événement, le président de la République a pris une position très claire : si cette conférence n’arrive pas à une issue positive, alors la situation sera désastreuse. La Réunion est comprise dans cette situation, car comme toutes les régions du monde elle est touchée par les effets du changement climatique. Des conséquences du réchauffement climatique dans tous les secteurs, y compris La Réunion. Or, « la préparation réunionnaise de cette conférence est inexistante ». Et pourtant, « nous sommes dans une zone de cyclones et d’éléments climatiques qui vont être désastreux. La nouvelle internationale la plus importante, c’est la conséquence de l’augmentation du niveau des océans », a précisé Paul Vergès. La mer montera d’une hauteur comprise entre 6 et 12 mètres. La seule incertitude est le délai, a-t-il dit.

L’aménagement à anticiper

Mais le sénateur a noté que « ce problème n’est pas à l’ordre du jour des prochaines élections ». Il a ajouté qu’à a demande des collectivités locales en France, une expertise a été faite du littoral de toute la France. Des leçons sont tirées dès maintenant. Cette étude n’existe pas à La Réunion, et n’est pas à l’ordre du jour de la campagne électorale des 6 ans de la Région. À 200 kilomètres d’ici, Maurice annonce son plan d’adaptation au changement climatique.

À La Réunion, la population et les infrastructures sont construites sur le littoral.
« Que fait-on des logements touchés sur le littoral, des infrastructures menacées, de l’aéroport de Gillot, des projets annoncés par les éléments qui constituent l’ossature de la liste annoncée par le président de la Région comme la création d’un 2e port à Bois-Rouge ». Et de poursuivre, « que fait-on de l’écocité à Saint-Paul qui va concerner 40.000 habitants sur le littoral de la plaine Chabrier alors qu’il n’y a pas un mètre entre le niveau actuel de l’océan et la plaine Chabrier ».

La montée du niveau de la mer aura d’autres effets. L’alimentation en eau de la ville du Port sera à revoir, car la nappe phréatique de la plaine des Galets ne sera plus composée de la même proportion d’eau douce qu’aujourd’hui. Que deviendront les étangs d’eau douce de Bois-Rouge, Saint-Paul, le Gol ?

D’autres pays ont déjà commencé

À cela s’ajoute la menace pesant sur la barrière corallienne à cause de l’acidification des océans. Paul Vergès a cité une étude laissant aux coraux une espérance de vie de 30 ans. Que restera-t-il alors de ces barrières protectrices dans l’Ouest et le Sud ?
Dans d’autres pays, l’adaptation au changement climatique est une priorité. « On parle des digues en construction pour protéger New-York, de l’équipement pharaonique pour Jakarta : une digue de 35 kilomètres de long, de 18 mètres de haut pour sauver une ville de plusieurs millions d’habitants ».

Pour clore ce chapitre environnemental, Paul Vergès a interrogé sur l’action des maires, de la Région responsable de l’aménagement du territoire et du Conseil départemental compétent dans l’agriculture et la pêche : « Quelles mesures prises à La Réunion face à ces menaces directes ? »


Kanalreunion.com