Actualités

Cinq postes obtenus grâce à la lutte des jeunes Réunionnais

L’administration commence à céder

Témoignages.re / 12 juin 2010

L’avancée obtenue par les jeunes Réunionnais en lutte a permis un premier changement dans le discours. Cette évolution est le résultat de la lutte des jeunes qui ne se sont pas découragés, malgré l’entourloupe que leur a réservé le président de Région lors de la visite de la ministre de l’Outre-mer.

Cinq enseignants en Vente et EPS en lycée professionnel, initialement mutés en métropole à la rentrée prochaine, obtiennent finalement de pouvoir rester pour exercer leur métier à La Réunion. La nouvelle est tombée hier jeudi 10 juin. Les cinq jeunes enseignantes concernées, trois d’entre elles font partie du Collectif des profs 974, ont obtenu une Affectation à titre provisoire (ATP) dans l’Académie de La Réunion. Une vingtaine d’autres enseignants sont dans l’attente d’une solution et sont pour l’heure toujours mutés en région parisienne dans le cadre du mouvement inter-académique.
Un groupe de travail se tenait au Rectorat au début du mois de juin pour identifier les postes vacants à la rentrée prochaine. Ce groupe est constitué préalablement aux commissions d’affectations qui se tiendront dans les semaines à venir.
La vingtaine d’enseignants affectés en métropole qui espèrent toujours obtenir une réaffectation localement ont formulé une demande de recours gracieux auprès du recteur.
Cette victoire remportée par les jeunes enseignants ne doit rien à Didier Robert. Ce dernier avait dit les soutenir dans leur démarche. En échange de l’évacuation de la Région l’avant-veille de la venue de Marie-Luce Penchard, les jeunes avaient obtenu la promesse d’un entretien avec la ministre de l’Outre-mer.
Mais le 20 mai dernier, jour de la visite, les jeunes ont été prévenus à la dernière minute de l’arrivée de la ministre à la Région, et à la place de l’entretien, ils ont eu droit à la répétition du bref discours que la ministre avait prononcé quelques jours plus tôt à l’Assemblée nationale en réponse à une question de Patrick Lebreton, un discours qui fermait toute possibilité de solution et qui tentait de semer la division entre les jeunes en lutte à La Réunion et les Réunionnais émigrés en France qui travaillent dans l’Éducation nationale et manifestent leur volonté de revenir au pays.
Depuis cette date, le président de Région ne s’est plus manifesté pour soutenir ces jeunes. Mais ces derniers ne baissent pas les bras. Malgré l’entourloupe du 20 mai à la Région, ils continuent à lutter et ils ont obtenu jeudi une première récompense de leur ténacité.


Kanalreunion.com