Actualités

Comme à Sainte-Suzanne, le peuple sanctionnera sévèrement les apprentis dictateurs

Fraude à l’élection du président du SIDÉLEC

Témoignages.re / 13 mars 2012

La Réunion a connu hier une bien triste journée avec des élus trahissant le peuple. Une fois de plus se révèle la profonde coupure entre la voix du peuple et des notables qui font tout pour l’étouffer, comme lors des dernières sénatoriales. L’"élection" d’Alamélou à la présidence de SIDÉLEC, c’est du même niveau que la fraude électorale qui voulait empêcher le peuple de s’exprimer. Comme toujours, le peuple sanctionnera sévèrement ceux qui utilisent leur mandat pour combattre le verdict des urnes.

C’est un jour de deuil pour la démocratie à La Réunion, une pantalonnade comme on en a pas vu depuis l’époque de la fraude électorale, avec à la manœuvre des apprentis dictateurs qui, avec leurs complices, refusent le verdict des urnes.
C’est la deuxième fois en six mois qu’à La Réunion, des notables se transforment en apprentis dictateurs. En méprisant le vote du peuple, ils s’assoient sur la démocratie. Ainsi, ils ne valent pas mieux que les fraudeurs qui les ont précédés dans les années 60. Comme les fraudeurs, ces apprentis dictateurs finiront dans les poubelles de l’histoire, car qui se souvient encore des noms des maires de Saint-Paul, de Saint-Leu, de Sainte-Rose, de Saint-André ou de Saint-Denis placés au pouvoir par la fraude électorale de la fin des années 1950 ?

La honteuse mascarade des sénatoriales

En septembre dernier aux sénatoriales, chacun a pu constater le décalage qui existe entre le peuple et ceux qui sont sensés le représenter. Les sénateurs sont élus par un corps électoral composé de délégués des Conseils municipaux, des conseillers généraux, des conseillers régionaux et des parlementaires. Depuis 2001, date du précédent scrutin, mises à part les régionales de 2010, l’UMP a perdu toutes les élections. L’UMP et apparentés détenait 21 mairies, en 2011 elle n’en avait plus que 7. L’UMP avait perdu le Conseil général et avait 4 parlementaires sur 8. Par conséquent, conformément aux votes du peuple, les grands électeurs devaient accorder la plus grande part de leurs suffrages aux progressistes réunionnais de l’Alliance.
Mais c’est l’UMP qui a recueilli la majorité des voix des grands électeurs, ce qui signifie que des délégués du peuple ont trahi le mandat confié par les citoyens.

Alamélou soutenu par Saint-Paul, Saint-André et Saint-Denis !

Hier au Conseil syndical de SIDÉLEC, c’est la même trahison qui a été observée. Contrairement aux sénatoriales où les responsables pouvaient se cacher derrière l’anonymat du vote, cette fois, des masques sont tombés.
Conformément aux règles de la démocratie et à la volonté populaire, c’est le représentant de Sainte-Suzanne, Maurice Gironcel, qui devait être élu président du SIDÉLEC.
Mais vendredi, le maire de Saint-Leu a décidé de choisir Alamélou, chef de l’opposition au maire de Sainte-Suzanne, comme représentant de sa commune. Hier, c’est Lasson, représentant de la maire de Saint-Paul, qui a présenté la candidature d’Alamélou à la présidence du SIDÉLEC. Et finalement, c’est Alamélou qui a été élu grâce au soutien des représentants de la Mairie de Saint-Denis, de Saint-Paul et de Saint-André, notamment.

Halte à la graine de dictature

On a donc vu hier l’élection d’un opposant municipal de Sainte-Suzanne en tant que représentant de Saint-Leu, une commune où il n’est pas élu.
Le message de ces notables est on ne peut plus clair : la population peut toujours voter, il y aura toujours quelqu’un qui se moquera de la volonté du peuple pour imposer des décisions contraires au résultat des urnes. Ce procédé a une définition : c’est la fraude. Il n’y a que des apprentis dictateurs qui peuvent imaginer s’amuser à ce petit jeu en toute impunité.
Fidèle à son idéal de justice et de respect de la démocratie, il est certain que le peuple réunionnais sanctionnera sévèrement ce comportement et étouffera définitivement cette graine de dictature.
Dans ce combat, le peuple pourra bénéficier du soutien sans faille de son parti communiste, qui sera plus fort que jamais au terme de sa refondation.

Ce que dit le peuple : Alamélou doit dégager du SIDÉLEC

Les faits sont implacables, le respect de la démocratie ne donnait d’autre possibilité que d’élire Maurice Gironcel président du SIDÉLEC. Mais il existe à La Réunion des apprentis dictateurs qui méprisent le peuple. Au plus tard dans deux ans, ils auront des comptes à rendre.

Le 6 février dernier, les électeurs de Sainte-Suzanne élisent un nouveau Conseil municipal. Ils décident de confirmer leur contrat de confiance avec Maurice Gironcel et sa liste "Ensemb’ pour un développement solidaire et durable" et le reconduisant à la tête de la Mairie comme en 2008.

En face, Daniel Alamélou avait décidé de renier tous ses engagements pris envers la population et son parti communiste. Il a mené la lutte contre le PCR, soutenu par le représentant de la droite, Antonio Grondin, et par le Front national qui appelait à faire barrage à Maurice Gironcel. Le 5 février, la liste Alamélou est battue, Alamélou devient donc le chef de l’opposition à Maurice Gironcel et au PCR à Sainte-Suzanne.

En cohérence avec la volonté populaire, le nouveau Conseil municipal décide de remettre à plat toutes les délégations et toutes les représentations d’élus de Sainte-Suzanne dans toutes les instances. C’est ainsi que sont désignés de nouveaux délégués pour siéger à la CINOR notamment.

Avant les municipales qu’il a perdues, Alamélou était délégué de Sainte-Suzanne au Conseil du Syndicat d’électricité de La Réunion (SIDÉLEC). En vertu d’un accord impliquant toutes les communes, la présidence du SIDÉLEC est de la responsabilité depuis 2008 de Sainte-Suzanne.

Quand le Conseil municipal élu par le peuple de Sainte-Suzanne décide de choisir son délégué à SIDÉLEC, c’est fort logiquement qu’il choisit un membre de la majorité issue des urnes. Maurice Gironcel est donc le nouveau délégué. Selon la parole donnée par les 24 maires en 2008, c’est donc Maurice Gironcel qui doit être le nouveau président du SIDÉLEC, Alamélou ayant été désavoué publiquement par le peuple.

Tout autre résultat ne peut être qu’une manœuvre frauduleuse visant à mépriser le vote de la population. Or, c’est ce qui s’est passé hier avec des petits dictateurs à la manœuvre.


Kanalreunion.com