Actualités

Conférence extraordinaire du PCR sur l’urgence climatique et l’état de guerre

La COP21 et la guerre contre le terrorisme créent une situation nouvelle

Manuel Marchal / 3 décembre 2015

Urgence climatique, couplée avec une situation géopolitique mondiale extrêmement tendue. Le Parti communiste réunionnais ne pouvait rester silencieux au regard de ces événements, car La Réunion est concernée par la COP21 et l’état d’urgence. Les 4 secrétaires généraux du PCR, Fabrice Hoarau, Maurice Gironcel, Yvan Dejean et Ary Yée Chong Tchi Kan ont annoncé hier un Conseil politique extraordinaire le 21 décembre pour débattre de ces thèmes, dans la perpective d’une Conférence extraordinaire du Parti communiste réunionnais au début de l’année prochaine.

JPEG - 64 ko
Les 4 secrétaires généraux du PCR : Fabrice Hoarau, Maurice Gironcel, Yvan Dejean et Ary Yée Chong Tchi Kan

À 4 jours du premier tour des élections régionales, les quatre secrétaires généraux du Parti communiste réunionnais ont tenu une conférence de presse sur l’urgence climatique et l’état d’urgence de guerre. La direction du PCR a annoncé un Conseil politique extraordinaire du parti le 21 décembre sur ces sujets, qui débouchera sur une Conférence extraordinaire au début de l’année prochaine. « Le constat partagé par 153 chefs d’État du monde entier est que le modèle occidental condamné », a indiqué Yvan Dejean.

La première partie de la rencontre avec les journalistes est revenue sur le rôle du PCR dans la prise de conscience du changement climatique et de ses conséquences.
Depuis le Plan de survie publié en 1975, le Parti communiste réunionnais a intégré les énergies renouvelables dans son programme. Depuis 1996, il y a ajouté la lutte contre le changement climatique. Les communistes avaient lancé la bataille à La Réunion.

La COP21, ce sont 153 chefs d’État et de gouvernement réunis à Paris sous l’égide de l’ONU. La classe politique mondiale prend conscience et se concerte pour trouver un accord juridiquement contraignant opposable à tous. C’est du jamais vu. Si tout va bien, un accord, le Traité de Paris, sera signé le 11 décembre.

Un parti réunionnais

Comment les politiques de La Réunion préparent-ils événement historique ?
Ary Yée Chong Tchi Kan explique qu’aujourd’hui, « c’est la pire des situations : ce sont des assistés politiques. Ils ou elles font des commentaires sur le travail des autres ».
Il rappelle que grâce au PCR et à Paul Vergès en particulier, La Réunion a été à la hauteur des enjeux. Mais « les médias ne font pas de cadeau alors que l’on ne compte plus le nombre de fois où nous avons appelé à l’union sur l’essentiel ».

Le secrétaire général du Parti rappelle le Plan de survie de 1975, l’expérience de la transformation d’une plaine des Galets en un espace boisé au Port, et surtout la conférence de presse tenue il y a près de 20 ans durant une campagne électorale. Paul Vergès avait alerté sur l’importance de la lutte contre le changement climatique, « l’engagement décisif du PCR est pris ». À cette époque, « la France était en retard », précise Ary Yée Chong Tchi Kan, « il a fallu la proposition de Paul Vergès pour qu’ensuite soit créé l’ONERC ». « C’est l’œuvre d’un Réunionnais, d’un communiste, d’un sénateur de La Réunion ».

« C’est une constante du PCR et on a toujours dit agir en tant que Réunionnais », précise Maurice Gironcel. Le secrétaire général du PCR rappelle des applications concrètes de ce dont il est question à la conférence de Paris sur le climat. « On parle d’économie circulaire. Le but est de ne plus importer de charbon, et des industriels réunionnais travaillent à sortir un combustible qui permet de créer de l’énergie à partir des déchets utilisables dans les centrales à charbon du Gol et de Bois-Rouge.

« À La Réunion, nous pouvons avoir des idées originales », ajoute Maurice Gironcel, « à Sainte-Suzanne, nous avons démontré que c’est possible, avec une commune à énergie positive. Nous produisons de l’énergie propre pour 40.000 habitants alors que nous sommes 23.000 ».

« Entendez l’appel de l’histoire »

« La conférence de Paris donne raison à ceux qui se sont engagés de manière décisive il y a 20 ans », poursuit Ary Yée Chong Tchi Kan. Depuis 14 ans, Paul Vergès est président de l’ONERC, tous les ans il remet un rapport au gouvernement avec deux lignes de force : atténuation et adaptation. Ce travail est reconnu par la nomination de Paul Vergès dans la délégation officielle de la France à la COP21.
À la Région, Paul Vergès a lancé la politique d’autonomie énergétique, avec comme témoins les 130 000 chauffe-eau solaires.

« Nos adversaires ont fait appel à la complicité de parti de Paris pour détruire nos acquis et nos avancées. Tout le monde reconnaissait cette avance », souligne Ary Yée Chong Tchi Kan, « mais ils n’ont pas réussi à supprimer la cause. Aujourd’hui il faut proposer et décider car tout le monde est dos au mur ».

« Le silence de nos adversaires montrent qu’ils ne sont ni à la hauteur de l’enjeu, ni au rendez-vous de l’histoire ». Et de rappeler la conclusion du discours de Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, le 30 novembre à Paris : « le monde entier attend de chacun d’entre vous que vous fassiez montre d’un leadership à la hauteur de l’enjeu. Entendez l’appel de l’histoire et répondez-y avec courage et clairvoyance ».

« Quel Réunionnais ou Réunionnaise entend cet appel ? », interroge le secrétaire général du PCR, « peut-on continuer à mentir aux Réunionnais en faisant croire que l’on s’occupe des concitoyens alors qu’au moment décisif ils et elle sont muets ? Peut-on continuer à trahir les Réunionnais au prétexte de combattre le PCR ? Peut-on faire des propositions sans attendre le Traité de Paris ? »

Vers une ère nouvelle

Le PCR note que « les Réunionnais constatent le silence de leurs leaders, qui sont capables de se battre pour des pouvoirs dérisoires que le changement climatique va balayer, et incapables de faire des propositions ».

Le Parti communiste réunionnais ajoute que malgré leurs divergences sur l’immédiat, 153 chefs d’État et de gouvernement se retrouvent pour rechercher des solutions sur le long terme. Pourquoi cette prise de conscience est-elle possible à l’échelle du monde, et pas sur un territoire de 2500 kilomètres carrés, superficie de La Réunion.
Le PCR lance un appel à la classe politique réunionnaise qui a encore une semaine pour répondre aux questions posées par le secrétaire général de l’ONU.

« Répondre à l’urgence sociale et économique appelle à remettre en cause les normes », poursuit Ary Yée Chong Tchi Kan, « le Traité de Paris va déboucher sur une ère nouvelle fondée sur la solidarité et le partage, car nous sommes dans la même maison. Toute la civilisation qui s’appuie sur le gaz, fuel et charbon est remise en cause ».

L’état de guerre

Si la COP21 était prévue de longue date, elle se déroule dans un contexte nouveau, celui d’un pays en état d’urgence de guerre. « En 2016 nous serons toujours en état de guerre », rappelle le PCR. Cette situation d’insécurité « remet en cause est le marché unique mondial, la centralisation des échanges, la tentative de construire un monde pacifié par l’individualisme ». Car la France n’est pas le seul pays à subir des attaques terroristes.

En octobre et novembre : 1500 personnes sont mortes à cause d’attentats. Les pays les plus touchés sont le Nigeria avec 266 morts, la Russie 224 morts, l’Egypte 200 morts, la France 130 morts puis la Turquie 120 morts.
Cette vague de violences se déploie partout dans le monde, même l’Australie est touchée.

La dernière fois que La Réunion a connu une situation de guerre, c’était la période du rationnement. La dépendance vis-à-vis de l’extérieur avait fait souffrir une population soumise à un blocus. Aujourd’hui la dépendance de La Réunion vis-à-vis de l’extérieur est bien plus grande.

Conseil politique le 21 décembre

Le PCR appelle à l’union sur l’essentiel pour produire ce dont nous avons besoin sans attendre. « Comment nous nourrir, protéger notre patrimoine économique ? Nous sommes dans une période extrêmement difficile ». « L’urgence pour La Réunion, c’est la sécurité alimentaire, la sécurité énergétique », ajoute Yvan Dejean.

C’est pourquoi le PCR a décidé d’organiser en 2016 une conférence extraordinaire « pour tirer toutes les leçons de cette situation dramatique que nous sommes en train de vivre. Nous voulons informer nos concitoyens, nos camarades, intéresser les autres membres de la classe politique de La Réunion », conclut Ary Yée Chong Tchi Kan qui précise : « pour préparer cette conférence extraordinaire de 2016, « un conseil politique extraordinaire le 21 décembre qui tirera les conclusions de la conférence de Paris, et de l’état d’urgence de guerre ».

MP3 - 1.5 Mo
Ary Yée Chong Tchi Kan


Kanalreunion.com