Actualités

Conséquence de la politique de Didier Robert :
Les bâtisseurs de la route des Tamarins au chômage

• Il y a un an : la reconnaissance et l’espoir
• Aujourd’hui : la casse des projets et le chômage
• Entre les deux : l’arrivée de Didier Robert à la présidence de la Région

Manuel Marchal / 12 juin 2010

Il y a un an, Paul Vergès rendait hommage aux bâtisseurs de la route des Tamarins. En refusant le tram-train, Didier Robert les met au chômage. C’est la conséquence d’une décision qui prive La Réunion d’un chantier de 1,6 milliard d’euros qui devait démarrer cette année.

Il y a un an, Paul Vergès rendait un vibrant hommage aux bâtisseurs de la route des Tamarins. Une partie d’entre eux s’était rassemblée sur un des deux viaducs de Fleurimont.
Un an plus tard, le nombre de salariés dans le BTP a diminué de plus de 7.000. Sur la lancée de la casse de la Rocade du Tampon, le président de la Région a annoncé son refus de construire la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, la suppression du tram-train et la remise en cause de la date de livraison de la nouvelle route du littoral.
Annuler le tram-train, c’est refuser un investissement de 1,6 milliard d’euros. Un récent fait d’actualité vient de donner un nouvel aperçu du coût humain d’une telle décision. La France a obtenu l’organisation de l’Euro 2016 de football. La construction et la rénovation de stades représentent plus de 1,5 milliard d’investissements, ce qui se traduit en France par 15.000 emplois.
Voilà ce que perd La Réunion… et parmi les travailleurs présents il y a un an sur le viaduc de Fleurimont, nombreux sont ceux qui pensaient continuer à mettre les compétences acquises au service de leur pays en participant à la construction du tram-train.
Une des premières décisions de la nouvelle Direction en place à la Région a été d’effacer toutes les pages relatives à la route des Tamarins du site de la collectivité.
Mais cela n’effacera pas de la mémoire de La Réunion l’hommage rendu aux bâtisseurs de la route des Tamarins qui ont tous été photographiés ce jour-là. Cette mémoire éternellement vivante donne toute la mesure des conséquences des décisions du nouveau président de la Région. Des milliers de travailleurs formés pour bâtir le pays ont été jetés au chômage.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com