Actualités

Daniel Alamélou devra s’expliquer sur les raisons qui l’ont poussé à trahir l’accord municipal de 2008 et l’accord intérimaire de 2009

Sainte-Suzanne : dans 27 jours les élections

J.B. / 2 janvier 2012

A Sainte-Suzanne, les divisions introduites au sein des employés communaux sont utilisées par le candidat UMP Antonio Grondin. Voilà donc le triste résultat de deux ans de manœuvre de Daniel Alamélou : il donne des arguments à l’UMP. Quelle clarification ! Dans cinq mois, Sarkozy doit être battu, Sainte-Suzanne sera le point de départ de sa défaite.

En 2008, Maurice Gironcel constitue une liste aux élections municipales qui sort vainqueur à plus de 60% des suffrages exprimés dès le premier tour. D’un commun accord avec toute la liste, il nomme Daniel Alamélou au poste de premier adjoint. L’équipe est en place pour 6 ans.
Cependant, les perdants vont recourir au pouvoir judiciaire pour faire condamner le maire sur des futilités. Au final, on retiendra la phrase du procureur : « M. Gironcel, nous savons que vous êtes honnêtes et vous ne vous êtes pas enrichi, mais nous devons vous condamner ». La sanction est extrêmement grave car des magistrats se permettent de supprimer des mandats obtenus démocratiquement.

Il pousse à la désorganisation

Maurice Gironcel réunit son équipe municipale ainsi que la section communiste. Devant la sanction disproportionnée, il est convenu de réorganiser les responsabilités de l’équipe de 2008.
Le Maire propose que pendant son absence, Daniel Alamélou occupe sa place au Conseil Général et Yolande Pausé prenne les rênes de la Mairie. Le reste est sans changement. Il est convenu que dès que Maurice recouvre ses droits, il revient comme maire. Tout est clair, simple, et salué par tous les élus, y compris par les élus non communistes.

Cependant, dès son élection au Conseil Général, le premier adjoint va pousser à la désorganisation de la mairie. Il s’oppose au recrutement du directeur de cabinet Yolande Pausé. Il monte des élus contre le maire. Puis, il poussera des travailleurs communaux à manifester. Son objectif est de contraindre Yolande Pausé à la démission. Elle résiste. Devant sa résistance, il prépare une liste municipale pour 2014.
Mais, voilà, Maurice Gironcel recouvre ses droits, en 2011. Le Parti demande le respect des engagements. Il dira à Elie Hoarau qu’il n’en est pas question. Sa liste est prête. Il aura également une réunion avec Yolande Pausé. Il refusera de monter sur la liste de la sortante. Pourquoi ?

On ne trompe pas la population

En clair, ce personnage trahit non seulement l’esprit d’équipe de 2008, mais également celui de 2009. Il veut tout. Il ne respecte rien, même pas ses engagements publics. Il a été surpris par la démission des élus qui ont respecté leur parole. Il avait un tel mépris pour ses collègues qu’il avait prédit que Gironcel n’aura pas le nombre nécessaire pour la démission.
La tenue du scrutin du 29 janvier est déjà une première victoire des élus respectueux des principes et solidaires avec Maurice Gironcel. C’est un camouflet pour lui.

Daniel Alamélou a montré en 2 ans qu’il n’est qu’un simple arriviste avide de pouvoirs, quitte à fouler aux pieds les engagements qu’il a pris collectivement. Durant 2 ans, son objectif c’est d’être maire. S’il était honnête et responsable, il aurait assumé ouvertement ses positions. En s’attaquant à Gironcel, il n’a même pas le courage de ses choix.
A Sainte Suzanne, il a pu tromper la population une fois, mais pas une 2e fois.

J.B.


Kanalreunion.com