Actualités

« Dans l’intérêt de La Réunion, nous voterons Hollande »

Le groupe Jeunes Communistes Réunionnais explique le choix dans les Primaires

Témoignages.re / 14 octobre 2011

Réunie à Saint-Pierre hier pour une conférence de presse, une délégation de jeunes du Parti Communiste Réunionnais a réaffirmé son choix en faveur du candidat François Hollande lors du 2ème tour des primaires citoyennes qui se tiendra dimanche dans toute la République. Selon eux, c’est actuellement le seul candidat socialiste qui s’est engagé formellement sur les projets réunionnais formulés par le PCR pour La Réunion.

Ils avaient appelé à voter Hollande, la semaine dernière. Aujourd’hui, les jeunes du Parti Communiste Réunionnais ont tiré les enseignements de ce premier tour lors d’une conférence de presse à Saint-Pierre au siège du Parti. Fabrice Hoarau, membre du Secrétariat du PCR, Krishna Damour (PCR Saint-Pierre), Julie Pontalba (PCR Saint-Leu), Geoffroy Géraud-Legros (PCR Sainte-Marie), Christophe Rocheland (PCR Sainte-Marie, Saint-Denis), François Valléama et Tony Derfla (PCR Saint-Louis) ont détaillé le sens de cet appel.

« Notre vote ira à La Réunion »

Pour expliquer son choix, la nouvelle génération communiste se positionne pour « celui qui s’est prononcé le plus pour La Réunion actuellement », dixit Julie Pontalba. « Nous abordons cette candidature en Réunionnaises et en Réunionnais. Notre vote ira d’abord à l’intérêt de La Réunion ». Le sudiste Krishna Damour a évoqué à son tour les engagements du candidat socialiste, qui ouvrent la perspective d’un retour des grands projets structurants, indispensables au développement de l’économie et du travail dans toute l’île, et notamment dans le Sud. « Nous devons voir avant tout les intérêts de La Réunion, c’est une chance que ce candidat, qui a de fortes chances de gagner, ait manifesté sa volonté de discuter avec notre Parti des projets d’avenir, plus particulièrement des grands projets d’aménagements de notre territoire comme un véritable transport ferroviaire du Nord au Sud ». Des préoccupations qui se déclinent dans la vie quotidienne, évoquées par David Lebon et François Valléama. Soulignant le déficit de transports organisés dans le grand Sud, le premier a plaidé pour un retour à la dynamique des grands travaux, interrompue par l’UMP. François Valléama a pour sa part dressé le portrait d’une jeunesse confrontée de manière croissante à la pauvreté, aux fléaux du chômage et de la précarité. « Le programme du PCR apporte des réponses à ces questions, par des propositions concrètes de retour à l’emploi. Ce programme est soutenu par un seul candidat aux primaires citoyennes : c’est donc pour celui-ci que nous voterons ».

Vaincre l’UMP

« Battre Nicolas Sarkozy, jeter l’UMP hors de l’Élysée et du Palais-Bourbon, comme elle vient d’être délogée de la direction du Sénat : tel est notre but aujourd’hui », affirme Geoffroy Géraud-Legros. « Et c’est en toute logique que nous choisissons le candidat qui a pris en compte notre programme, fort de points tels que l’autonomie énergétique, l’autonomie alimentaire, le chemin de fer et la création de deux grands services. Le programme du PCR pose les bases du développement et donc de l’égalité réelle. Aller vers une société de travail et de modernité, c’est la seule manière de faire exister des droits réels pour les jeunes, les femmes, et tous ceux qui sont les premières victimes de l’ultralibéralisme ». Et cela doit être réalisé par les Réunionnais eux-mêmes, dans un cadre réellement républicain et non en fonction de directives centralisées, ignorantes de la situation concrète des outremers.

Responsabilité d’une génération

Christophe Rocheland note que François Hollande, « indique sa volonté d’accentuer la décentralisation ». Une perspective qui, selon lui, rouvre la porte à l’émergence de La Réunion sur la scène internationale. « Échanger avec le monde, et en premier lieu avec nos voisins, retrouver une place dans notre environnement géopolitique : tel est le corollaire indispensable de la prise de responsabilité à l’intérieur du pays », affirme le militant internationaliste. Responsabilité : c’est cette notion centrale qu’a déclinée Fabrice Hoarau, en conclusion de cet entretien. Responsabilité d’une génération, qui doit se saisir de son avenir en ayant d’abord à coeur l’intérêt supérieur de La Réunion. Responsabilité envers l’avenir, qui doit mener les jeunes en politique à préférer les projets aux postures, l’anticipation à l’immédiat, la solidarité à l’égoïsme, entre les Réunionnais, mais aussi envers les autres peuples des Outremers, dont les Mahorais en révolte. En s’imposant lors de ces primaires, affirme Fabrice Hoarau, la jeunesse prend au mot le candidat qui affiche sa volonté de « rompre avec les décisions unilatérales » et d’instaurer « une nouvelle relation avec les territoires d’Outre-mer ». Un choix qui doit être exprimé massivement dimanche prochain...



Un message, un commentaire ?



Messages






  • L’intérêt de la Réunion c’est d’avoir un état fort qui relance les emplois aidés, qui impose des prix bas de l’essence ou de la nourriture. Il faut du courage pour ça ! Martine Aubry en a. Je m’appelle David Lebon aussi et je vote Aubry !

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Martine Aubry n’a pas réussi à rassembler dans son propre camp, c’est un premier enseignement. Sur son bilan dans les gouvernements où elle a participé, pas entendu parler de baisse des prix de l’essence ou d’autre chose, son père avait imposé un blocage des prix, mais c’était en 83, au moment du tournant de la rigueur en France. elle était pas pour ça, elle était dans le gouvernement jospin qui a privatisé à tour de bras.

    les emplois-jeunes, c’était une bonne idée, mais que sont-ils devenus ? pourquoi est-ce que la loi n’a pas imposé que les employeurs devaient absolument garantir l’embauche sous peine au moins de rembourser l’aide publique (60 mois X 80% du SMIC). en plus, c’est l’état employeur qui ne montrait pas l’exemple en virant à tour de bras les emplois-jeunes en fin de contrat.

    mais en conclusion, la politique d’emplois aidés de Martine Aubry a fait disparaitre un corps d’emplois statutaire de la fonction publique, qui était réservé aux étudiants boursiers qui voulaient travailler pour payer leurs études, c’est le corps des MI-SE. Le recrutement se faisait uniquement en fonction de critères sociaux, un jeune pouvait rester 7 ans au total à condition de réussir ses examens (ça laissait le temps de voir venir) et d’être agé de moins de 29 ans, les mutations étaient gérées comme celles des profs car le MI-SE était un stagiaire de la fonction publique, donc le jeune n’était pas soumis au bon vouloir d’un chef d’établissement ou d’un élu. donc c’était pas possible d’imposer le recrutement d’une copine ou d’un copain à la place d’un jeune boursier.
    il avait ensuite des ouvertures pour devenir maitre-aux, et passer des concours internes s’il voulait rester fonctionnaire.

    mais tout ça c’est fini, parce que Martine Aubry a envoyé des emplois jeunes (contrats précaires privés de 5 ans) remplacer les MI-SE (stagiaires de la fonction publique d’Etat).

    sans les postes de MI-SE, des milliers de jeunes n’auraient jamais pu faire des études, s’inscrire à la fac, devenir prof ou autre.

    Martine Aubry a cassé tout ça, François Hollande n’aura pas de mal à faire mieux. bon courage pour tout réparer, et bon courage à toi David Lebon si tu veux encore voter pour Martine en sachant cela

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com