Actualités

« De nouveaux horizons qui sont proposés par le peuple pour le peuple »

L’AJFER au meeting du candidat du Font de Gauche

Témoignages.re / 28 mars 2012

Voici des extraits du discours tenu par Béatrice Leperlier, conseillère régionale et membre de l’AJFER (Alliance des jeunes pour la formation et l’emploi à La Réunion) en ouverture du meeting de Jean-Luc Mélenchon, ce dimanche 25 mars au Port. L’AJFER a choisi de soutenir le candidat du Front de Gauche pour la prochaine élection présidentielle.

« Réussir le pari de rassembler en moins de dix jours plus de 3000 personnes c’est notre première victoire à la Réunion. Ici, il ne s’agit pas des représentants de tel ou tel parti ou de telle ou telle catégorie du peuple, ici dans cette salle, nous sommes le peuple.
Le peuple en marche pour l’avenir de notre île, nous sommes le peuple qui entre en marche avec le candidat du Front de Gauche pour la présidentielle qui arrive à grand pas.
Le rassemblement d’aujourd’hui est je pense très réconfortant et encourageant pour tous les citoyens qui luttent souvent depuis des années voire des décennies en faveur des valeurs de progrès.
Cette force que nous constituons aujourd’hui est le commencement d’un nouvel élan pour la Réunion. Cette force s’appuie sur celles et ceux qui subissent au quotidien les injustices du système, injustices qui n’ont que trop durer ; parmi les plus touchés nous retrouvons les jeunes que nos dirigeants ont choisi d’exclure la société.
L’exclusion se fait notamment par le chômage qui touche 30% de la population et fait détenir à la Réunion le triste record de région européenne la plus frappée par le problème de l’emploi. Parmi les jeunes, 60% des actifs de moins de 25 ans sont sans emploi. Ainsi, alors que la jeunesse de notre population devrait être le moteur du développement de notre île, elle est exclue de la société. Pourtant, notre île ne manque pas de jeunes formés, diplômés. Notre île ne manque pas de personnes talentueuses qui souhaitent mettre au profit du développement de la Réunion leur savoir faire. Mais le système les marginalise. Sans emplois ou avec de l’emploi précaire, c’est aujourd’hui la moitié de la population qui vit en dessous du seuil national de pauvreté… Cela ne peut plus durer. (…)

Ce que nous voulons aujourd’hui, c’est une société dans laquelle nous pouvons nous épanouir, nous émanciper. Ce que nous voulons aujourd’hui, c’est notamment, un emploi décent, un emploi qui nous permette de vivre correctement, de répondre à nos besoins vitaux, de pouvoir se nourrir, se loger, se déplacer, se divertir, construire un projet de vie, un emploi pour notre dignité.
Ce que nous voulons aujourd’hui c’est qu’en tant que Réunionnais nous puissions mettre à contribution nos savoir-faire au service du développement de notre territoire, « Nou lé kapab dan nout péi ». Nos jeunes sont de plus en plus formés, diplômés mais sont exclus du marché de l’emploi local, ce mépris doit cesser. L’emploi local doit être la priorité de celles et ceux qui gouvernent ce pays. (…)
Mes camarades, toutes et tous en tant que citoyen, nous sommes appelés à militer pour notre avenir, partout où nous passons, dans notre famille, avec les amis, sur internet, dans la presse ou encore sur les réseaux sociaux. L’avenir nous appartient et notre responsabilité est grande tant les enjeux sont importants, mais nous ne devons pas être seuls et ne le sommes de toute façon pas. (…)
Je crois fermement aux grandes choses qui peuvent être réalisées quand l’expérience et la sagesse des anciens côtoient le feu de l’innovation portée par les jeunes.
C’est dans cette idée de "relais entre les générations" que j’ai eu l’honneur et je tiens à le remercier, d’accompagner notre candidat au Conseil constitutionnel pour le dépôt des parrainages.
C’est aussi un message fort qui a été adressé aux outremers et particulièrement à la Réunion. Dans cette élection présidentielle, parce que nous sommes le peuple et qu’il est urgent de reprendre les choses en main, nous avons toute notre place.

Cher camarade, l’avenir est à nous ! »


Inventer un nouveau modèle

Béatrice en est convaincue, pour y arriver, « il nous faut oser parler d’avenir, parler projet de société. Quelle société, comment, pourquoi, par qui, pour qui ? Autant de questions auxquelles il est primordial de choisir ensemble les réponses. Il s’agit en fait d’imaginer ensemble un nouveau modèle de société et pour ne rien vous cacher, nous avons déjà une petite idée… : un nouveau modèle de société, avec en son cœur, l’humain d’abord. « Place au peuple », ce n’est pas qu’un mot d’ordre, c’est un devoir, c’est la première condition pour un avenir meilleur. Nous devons aussi tout mettre en œuvre pour que les richesses produites soient véritablement partagées, que nous retrouvons les valeurs fondamentales que sont entre autres, la solidarité, la dignité, le respect… valeurs trop souvent oubliées au profit de la finance, valeurs qui ont pourtant porté notre pays vers la réussite.
Ce que certains ont qualifié, qualifient et continueront de le faire, de rêves ou d’utopies, nous, nous savons qu’il est possible. Rendu possible par la mobilisation citoyenne, par l’action militante, par la révolution citoyenne, par la 6ème République devenue urgente, par le vote pour le candidat du Front de Gauche.
Par le projet du Front de Gauche, ce sont aujourd’hui de nouveaux horizons qui sont proposés par le peuple pour le peuple ».


L’AJFER contre le cumul des mandats

Lors de son discours Béatrice Leperlier est revenu sur un sujet cher à l’AJFER, le cumul des mandats qui selon elle confisque le pouvoir aux mains de quelques-uns. « A la Réunion, selon une étude récente de l’Alliance des Jeunes pour la Formation et l’Emploi à la Réunion, 76% des postes d’élus sont occupés par des cumulards ! Cela remet en cause notre démocratie, avec l’absentéisme des élus, tant dans les institutions que dans le peuple. Mais cela pose aussi le problème du sens de l’engagement en politique, parce qui cumulent les mandats, cumulent les indemnités et que le risque est grand de dénaturé le sens des responsabilités qui sont prises (…) Il nuit au renouvellement des générations, nuit à la prise de responsabilités par ceux avec qui on jusqu’à maintenant fait sans : il s’agit des femmes et des jeunes », a souligné la jeune conseillère régional.


50% de la population au bord du chemin, c’est assez !

Pour l’AJFER « il est encore plus important de rappeler et de ne jamais oublier que ces chiffres ont un visage et qu’ils traduisent un fait : plus de la moitié de la population est abandonnée sur le bord du chemin.
Cette situation dure depuis longtemps, trop longtemps. Au fil du temps et plus particulièrement depuis ces toutes dernières années, nous avons vu la situation se dégradée considérablement, chaque jour un peu plus.
Mais il est aussi et surtout primordial de dire haut et fort que cette situation n’est pas une fatalité ! Le contexte social nous oblige à faire de cette élection présidentielle un véritable carrefour dans la construction de notre avenir. L’heure est venue pour l’ensemble des Réunionnaises et des Réunionnais de faire un choix :
- se résigner, en se disant comme ceux d’en haut nous le martèle « c’est comme ça, la situation est dure, on n’y peut rien, supporte ta douleur qui de toute manière ne me concerne pas »

- ou alors, nous pouvons choisir de mener la lutte pour une société plus juste, une société meilleure, une société où femmes et hommes retrouvent leur dignité, une société où le peuple retrouve sa première place !
Ici mais aussi partout en France, c’est un véritable élan qui est lancé : l’élan de la lutte pour notre avenir.
Il nous faut sortir de cet engrenage pour pouvoir avancer vers l’avenir. Que l’on ne vienne pas nous faire croire, qu’à coups de mesurettes, nous règlerons durablement les problèmes auxquels nous sommes confrontés. (…) Ceux qui prônent les contrats précaires pour nous sortir de la précarité et permettre notre émancipation nous mentent et ils nous mentent quotidiennement. Ceux qui le disent, n’écoutent pas le peuple, ceux qui le disent n’ont rien compris et peuvent s’en aller ».


Kanalreunion.com