Actualités

Déclaration du PCR : « 2013 : un recul social sans précédent »

Bilan de l’année 2013 à La Réunion

Parti Communiste Réunionnais / 31 décembre 2013

Dans une déclaration rendue publique ce jour, le Parti communiste réunionnais fait le bilan de l’année 2013, et donne quelques perspectives pour 2014.

JPEG - 70.6 ko
Les jeunes méritent autre chose que le chômage ou l’émigration. (photo C.F.)

L’année 2013 se termine, et conformément aux prévisions elle a été plus difficile que 2012. Le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 8.000, il frôle les 170.000. C’est une catastrophe sans précédent. Pourtant cette année, le gouvernement a mis en place un nouveau type d’emploi aidé, réservé aux jeunes, les emplois d’avenir. Cela n’a pas permis d’inverser la courbe du chômage chez les jeunes, avec 800 jeunes de plus inscrits à Pôle Emploi.

En 2013, 10.000 ont obtenu leur bac. Tôt ou tard, ils revendiqueront un travail à la hauteur de leurs engagements, comme les 10.000 jeunes reçus en 2012, ou les 10.000 prochains bacheliers de l’année prochaine. A eux s’ajoutent les milliers de jeunes exclus du système scolaire sans aucun diplôme. 80% d’entre eux sont condamnés au chômage par le système actuel.

Le chômage a donc continué de s’aggraver, parce les politiques publiques mises en œuvre ne tiennent pas compte de la croissance importante et durable de notre population, et ne créent pas les conditions d’un véritable développement économique. L’application à La Réunion du traitement social du chômage imaginé pour la France ne règle rien.

Ce problème de l’emploi n’est pas le seul, La Réunion toute entière est dans une situation qualifiée de "hors-norme" selon une étude du Conseil général et de l’INSEE. Voici quelques illustrations de la crise.

Données de la crise

Ce document précisait que 343.000 Réunionnais vivaient en 2011 sous le seuil de la pauvreté. C’était à l’époque où les salariés pauvres disposaient de deux mesures pour augmenter leurs revenus : RSTA et prime COSPAR. Cela s’est donc aggravé depuis.

Cette pauvreté est aussi présente dans les conditions de logement. Le parc social est insuffisant, 25.000 familles ont droit à un logement social mais en sont privées. La conséquence, ce sont des loyers trop chers, et la persistance des bidonvilles.

La pauvreté fait que pour de nombreuses familles, il ne reste plus rien à partir du 20 de chaque mois. D’où cette inquiétante statistique de la Banque alimentaire des Mascareignes : plus de 30.000 familles dépendent de l’aide alimentaire pour survivre. C’est la conséquence d’un pouvoir d’achat trop faible pour faire face à un coût de la vie très élevé. Pour en avoir une idée, il suffit d’avoir à l’esprit que l’Etat verse à ses employés titulaires une sur-rémunération de 53% pour compenser la perte de pouvoir d’achat.

A cela s’ajoute un problème essentiel : plus de 110.000 Réunionnais restent touchés par l’illettrisme. Ce nombre n’évolue guère, et se sont principalement les Réunionnais ayant le créole pour langue maternelle qui sont les plus touchés.

La Réunion est une des sociétés les plus inégalitaires. Les 10% les plus riches des revenus comparables à ceux de cette couche sociale en France. Les 10% les plus pauvres à La Réunion ont en moyenne la moitié de ce que gagnent les 10% les moins riches en France.

Ces données sont connues. Tous les gouvernements depuis au moins 20 ans le savent. Force est de constater que les décisions prises cette année ont encore aggravé cette crise.

Décisions aggravant la crise

Le plus grave et le plus immédiat, c’est la décision de arrêter supprimer le RSTA et de mettre fin à la participation de l’Etat au bonus COSPAR. C’est une baisse de salaire pouvant aller par mois jusqu’à 150 euros par personne. Jamais un tel recul n’a été observé.

C’est une véritable attaque contre les revenus des travailleurs les plus pauvres, ceux qui touchent en dessous d’1,4 SMIC par mois. Dans le même temps, les Réunionnais ont constaté l’augmentation de 30% du chariot-type. C’est l’échec de la volonté affiché par ce gouvernement de vouloir augmenter le pouvoir d’achat.

Une autre décision, c’est celle de soutenir la route en mer de la Région Réunion, plutôt que de répondre à la demande unanimement exprimée d’un tram-train. En pleine période d’austérité, il est incroyable de penser que toute la capacité d’investissement de la Région et de l’Etat puisse se concentrer sur 12 kilomètres de route, tout en négligeant le reste du réseau routier et les autres besoins en matière d’équipement.

2014 plus difficile encore ?

Cela amène à constater que si 2013 a été plus difficile que 2012, 2014 sera bien plus dure encore.

Le vote de la réforme des retraites annonce aux Réunionnais salariés du secteur privé notamment, ou à la recherche d’un emploi, la fin de l’espérance d’une retraite suffisante pour vivre dans de bonnes conditions. Cette décision va accentuer encore les inégalités. Pour les retraités de l’agriculture, rien n’est réglé pour faire face à la pauvreté.

De plus, le budget qui vient d’être voté porte en lui tous les germes de l’aggravation de la situation. Il confirme la suppression du RSTA, le désengagement du bonus COSPAR, et accentue les restrictions imposées aux collectivités, les premiers employeurs de La Réunion.

Il ne laisse aucun espoir de redressement.

2014 liste une série de rendez-vous importants.

- avec la fin du quota sucrier en 2017, les planteurs vont-ils replanter de la canne ? Toutes les communes de La Réunion sont concernées.

- les phénomènes climatiques deviennent plus intenses, tout l’aménagement du territoire doit se préparer à cette perspective.

- la mondialisation de l’économie aura encore plus d’effets sur l’économie de notre île.

C’est manifestement une autre politique qui pourra donner des perspectives aux Réunionnais. Le PCR invite toutes les personnes et les organisations concernées à en débattre pour qu’enfin, les politiques publiques tiennent compte de la crise et des besoins des Réunionnais.

 Pour le PCR,
Yvan Dejean, secrétaire général
 


Kanalreunion.com