Actualités

Démocratie en danger à la Région Réunion

Didier Robert incapable de supporter la contradiction

Manuel Marchal / 9 septembre 2011

L’Alliance a mis en évidence la répétition des atteintes à la démocratie perpétrées par Didier Robert. Ce dernier est un président de Région qui ne supporte pas la contradiction, maltraite l’opposition et refuse d’informer les élus que la population s’est choisie. Catherine Gaud et Michel Lagourgue ont rappelé la persistance de ses dérives très inquiétantes pour la démocratie. La Commission permanente de mardi dernier en est le dernier exemple.

« Le droit à l’information, la liberté d’expression sont des droits fondamentaux en démocratie », c’est ce qu’a rappelé hier Catherine Gaud, mais c’est ce qu’ignore Didier Robert, qui est pourtant président de Région.
La conseillère régionale de l’Alliance revient sur le schéma du déroulement d’une Commission permanente dirigée par Didier Robert. Quand l’opposition pose des questions, personne n’y répond, et les propos tenus par l’Alliance sont déformés. Quand des élus de la République demandent par écrit des éclaircissements à Didier Robert, ce dernier ne répond jamais.
Mais mardi, le président UMP a franchi une nouvelle étape en utilisant la tribune de la Commission permanente pour régler des comptes personnels, fidèle à sa ligne de conduite venue tout droit des années 60, époque Perreau-Pradier. Didier Robert demande le respect, chose qu’il est bien incapable de montrer à ses interlocuteurs de l’opposition alors que ces derniers ne lui en ont jamais manqué. Où sont les comptes rendus des multiples missions payées par l’argent public ? Que cache cette volonté de refuser systématiquement d’informer les représentants élus de l’opposition ?
« Le président de la Région ne supporte pas la contradiction. Nous ne tenons que notre rôle d’opposition. Nous sommes dans une institution et nous représentons nos électeurs. Un respect est dû aux élus de l’opposition », rappelle Catherine Gaud.
Michel Lagourgue insiste sur la gestion pour le moins opaque des marchés publics. Il constate que les dossiers ne sont jamais transmis aux élus avant la tenue de la Commission d’appel d’offres. Les procès-verbaux de cette commission ne sont pas mis à disposition de l’opposition. Et ce manque de transparence continue, car le 30 juin dernier en Assemblée plénière, Didier Robert a fait délibérer les élus pour qu’il puisse avoir délégation sur l’ensemble des marchés. Michel Lagourgue constate que cette délibération vieille de plus de 2 mois n’a toujours pas été publiée. Comment sont prises les décisions en matière d’attribution ? Qui a délégation ? C’est une insécurité juridique très inquiétante pour l’institution, déplore le conseiller régional.
Tout cela contribue à de sérieuses inquiétudes sur le respect de la démocratie à la Région Réunion. Il est donc essentiel que Didier Robert puisse enfin être digne de ce qui est sa fonction principale. « Le seul qui pourra assurer cette sérénité, c’est le président de la Région, personne d’autre ne le fera », a conclu en substance Catherine Gaud.

Manuel Marchal


Feu d’artifice de la com’

Michel Lagourgue est revenu sur ce qui s’est passé mardi en Commission permanente. Il s’agissait du dossier de la journée de célébration du maloya. Après avoir rappelé que c’est grâce à l’équipe de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise que le maloya fait partie du Patrimoine de l’humanité, les élus de l’Alliance ont demandé à Didier Robert des explications sur un montage financier pour le moins détonnant. En effet, sur près de 300.000 euros prévus, 200.000 euros sont attribués à Cilaos, pourquoi ce choix ? Sur cette somme, 37.000 euros doivent payer un feu d’artifice, quant au poste de communication, il est annoncé à 75.000 euros et il est prélevé sur le budget "Culture". Feu d’artifice et com’ sont les seules dépenses communiquées aux élus, pour le reste, le dossier est vide.
Une élue du groupe socialiste a également demandé les mêmes précisions à Didier Robert.
Tout cela a fait sortir Didier Robert de ses gongs, il s’est lancé dans une violente charge contre des élus qui soi-disant ne le respecteraient pas et contre des médias qui le critiquent. Outre le fait qu’il lance des accusations gratuites à la figure d’élus du peuple dans un lieu où les représentants du peuple sont là pour travailler, Didier Robert semble ignorer que la liberté de la presse est un fondement de la démocratie.


90 salariés à l’Ile de La Réunion Tourisme, record à battre !

Les élus de l’Alliance ont mainte fois demandé des précisions sur les embauches importantes de conseillers techniques par Didier Robert. Ces personnes sont en effet payées par l’argent du peuple, mais les représentants du peuple n’ont aucune information sur le travail réalisé. Les élus n’ont pas non plus accès à l’organigramme des services de la Région.
Ces embauches sur fonds publics de "conseillers techniques" sont-elles un moyen de détourner la limite du nombre des collaborateurs de cabinet fixé par la loi ?
Quant à l’Ile de La Réunion Tourisme (IRT), c’est devenu une véritable structure d’accueil avec 90 salariés. Ce gonflement brutal des effectifs de cette association financée par la Région suscite les interrogations des élus du peuple. La Réunion peut maintenant se vanter d’avoir le Comité du tourisme le plus pléthorique des Régions de la République, avec un nombre de salariés plus important qu’en Ile de France. Tout cela a un coût : une rallonge de 6 millions d’euros votée en catastrophe par l’UMP en décembre 2010 pour boucler l’année. Malgré toutes les demandes des élus de l’opposition, Jacqueline Farreyrol n’a jamais eu à donner la moindre explication aux représentants du peuple.


Kanalreunion.com