Actualités

Démographie : les plus grandes migrations de l’Histoire sont à venir

Bilan de l’année 2015

Témoignages.re / 23 décembre 2015

Plus d’un million de personnes ont traversé la Méditerranée au péril de leur vie en 2015. Ces déplacés sont des réfugiés qui fuient la guerre dans leur pays, et aussi des conditions économiques difficiles. Mais avec l’inévitable aggravation des effets du changement climatique, les plus grandes migrations de l’Histoire de l’humanité sont encore à venir. Les événements tragiques de l’année 2015 ont permis à l’opinion de prendre conscience de ce phénomène.

JPEG - 403.3 ko
La marine italienne sauve des réfugiés sur la Méditerranée. Entre les côtes africaines et italiennes, environ 3.000 personnes ont perdu la vie en 2015. (photo Alfredo d’Amato/UNHCR)

En Europe, la crise des migrants a eu un impact en Europe. Au-delà de l’émotion, elle a pesé sur le renforceement de la droite en sur ce continent, notamment dans les pays d’Europe centrale et orientale. La Hongrie avait été en 1989 le prix pays à ouvrir une brèche dans le Rideau de fer qui divisait l’Europe. Elle a été cette fois la première à dresser une barrière sur ses frontières pour empêcher des migrants venus du Moyen-Orient de la traverser.

Jusqu’à présent, les regards se tournaient d’abord vers l’île de Lampedusa, première terre sous souveraineté européenne au large des côtes de l’Afrique. Mais en 2015, la guerre en Irak et en Syrie a poussé des centaines de milliers de personnes à tenter le passage vers l’Europe.

2,5 milliards d’habitants en plus

Ces chiffres sont impressionnants, cinq fois plus importants qu’en 2014. Ils montrent une accélération de la migration. Mais la plus grande crise est à venir, avec la conjonction de la croissance démographique et du changement climatique. D’ici à 2050, la population mondiale passera de 7 à 9,5 milliards. Cette hausse de 2,5 milliards en 35 ans correspond à la population humaine de 1950. L’Afrique hébergera alors 2,5 milliards d’êtres humains. Notre région sera concernée par cette poussée. Madagascar sera alors proche de 50 millions d’habitants, au lieu de 24 aujourd’hui. Mayotte sera proche de 500.000 habitants. Quant à La Réunion, elle sera proche du million.

Pendant ce temps, le changement climatique continuera de produire ses effets. Le Sud de Madagascar a subi une forte sécheresse, tout comme l’Ethiopie. Des millions de personnes sont touchées. Le maintien de ce dérèglement les poussera à chercher à vivre ailleurs. C’est la montée du niveau de la mer qui est le phénomène le plus préoccupant. Il a déjà poussé des millions de paysans du Bangladesh à quitter leurs terres devenues improductives pour s’entasser dans les bidonvilles de Dhaka, la capitale. La plupart des grandes villes du monde se situent au bord de l’eau. New-York a prévu d’investir des milliards dans la construction de digues pour se protéger de la montée des eaux. Ailleurs dans le monde, des villes bien plus peuplées, comme Shanghai, risquent d’être des zones inondées en permanence. Des centaines de millions de personnes vont donc chercher refuge ailleurs, ce qui accélérera les migrations.

La Réunion concernée

La Réunion sera touchée elle aussi. La montée du niveau de la mer remettra en cause un aménagement qui a jusqu’à présent privilégié le littoral. Elle devra également faire face aux effets de ce phénomène sur Mayotte. Les près de 500.000 Mahorais de 2050 vivront dans un pays qui commencera à être rongé par la hausse du niveau de l’océan Indien. Ils devront alors chercher une issue. Dans le cadre actuel, le département français le plus proche est celui de La Réunion. Naturellement leurs regards se tourneront vers notre île.

C’est donc un environnement bouleversé qui se prépare. Les pays de notre région connaîtront la plus forte croissance démographique de leur histoire, ainsi que les effets du changement climatique. Les plus grandes migrations du monde sont devant nous, et les images de la Méditerranée ne sont qu’un premier aperçu de ce qui va arriver.

M.M.


Kanalreunion.com