Actualités

Démonstration de force de François Hollande

Sommet des socio-démocrates européens à l’Elysée

Céline Tabou / 2 septembre 2014

Critiqué au sein de son parti politique, le PS, François Hollande maintien le cap, comme il l’avait annoncé le 19 août, avant sa venue à La Réunion. Désireux de faire assouplir la discipline budgétaire de l’Europe, le chef de l’Etat a convié, samedi 30 août à Paris, l’ensemble des sociaux-démocrates européens à l’Elysée.

JPEG - 30 ko
François Hollande continue de tenir le cap fixé avant son voyage à La Réunion.

Le but de cette rencontre, quelques heures avant le Conseil de l’Europe est une démonstration de force de François Hollande pour peser sur ce conseil et ainsi éviter à la France, les sanctions qui l’attendent en raison de mauvais chiffres, comme la croissance nulle et le déficit public au-dessous des 3%.

Des objectifs communs

Réunis pour un sommet informel autour de François Hollande, les chefs de file de la social-démocratie européenne tiennent à peser ensemble en Europe. Hormis les dix chefs d’État ou de gouvernement présents, dont le Premier ministre italien Matteo Renzi, le sommet a réuni quatre membres de gouvernements de coalition, dont le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel (SPD), et le président du Parlement européen, Martin Schulz.
« Nous sommes d’accord pour soutenir la candidature de notre collègue Federica Mogherini », a annoncé le vice-chancelier. Cette dernière est soutenue « pas seulement parce qu’elle est sociale-démocrate », a de son côté affirmé le président français François Hollande. Cette candidature est selon les rumeurs courue d’avance, cette dernière succéderait en novembre à la Britannique Catherine Ashton à la tête de la diplomatie européenne.
Le prochain président du Conseil européen devra sera officiellement désigné samedi 6 septembre, une nomination que les sociaux-démocrates veulent par consensus, sans considérations partisanes, a indiqué Sigmar Gabriel. « Nous avons tous admis que ce soit une démarche de consensus qui puisse l’emporter, a affirmé pour sa part M. Hollande. L’avenir de l’Europe ne se négocie pas à l’aune des partis qui composent les 28 pays membres », a indiqué ce dernier.
À l’issue de la rencontre, François Hollande a annoncé la tenue le 6 octobre en Italie d’un sommet de l’Union européenne « sur la question de la croissance et de l’emploi ». Celui-ci « sera suivi d’un sommet de la zone euro si nos partenaires l’acceptent ». Des doutes persistent sur la position de la chancelière allemande, Angela Merkel, et de son ministre des Finances, Wolfgang Schaüble, qui restent inflexibles sur le respect des objectifs de réduction des déficits.
Ce sommet aura lieu après l’annonce des récents chiffres du chômage dans la zone euro, qui a atteint 11,5% dans les pays de la zone et 10,2% au sein des 28 pays qui composent l’Union européenne. En juillet, 24,850 millions d’européens sont au chômage (au sens du BIT), dont 18,409 millions dans la zone euro, a annoncé vendredi 29 août, l’institut de la statistiques, Eurostat.

Chômage : la France, mauvaise élève

L’institution a comparé les chiffres de juillet 2014 à ceux de juin 2014, ceux-ci mettent en évidence une diminution de 41.000 chômeurs dans l’UE28, tandis que le chiffre est resté quasi-stable dans la zone euro. Comparé à juillet 2013, le chômage a reculé de 1,634 million de personnes dans l’UE28 et de 725.000 dans la zone euro.
Ainsi, « le taux de chômage s’est établi à 10,2% en juillet 2014, stable comparé à juin 2014, mais en baisse par rapport au taux de 10,9% de juillet 2013 », a indiqué Eurostat dans sa note. Les taux de chômage les plus faibles sont constatés en Allemagne et en Autriche, avec 4,9% chacun et les plus élevés en Grèce (27,2% en mai 2014) et en Espagne (24,5%).
La France, cinquième puissance économique mondiale et seconde européenne, compte 6,0802 millions de demandeurs d’emploi inscrits au Pôle Emploi, d’après les statistiques parues le 27 août, par le ministère du Travail et Pôle Emploi. Le pays fait partie des Etats ayant un taux de chômage en hausse. Fin juillet, 3,424 millions de Français étaient classés en catégorie A c’est à dire sans aucune activité.
La France compte 500.000 chômeurs de plus qu’au début du quinquennat, en mai 2012. La hausse atteint 120.000 depuis le début de cette année, ce qui se traduit par un rythme à peine moins soutenu qu’en 2013 et qui tend à s’accélérer ces derniers mois. A La Réunion, ils sont 136 020 Réunionnais inscrits à Pôle emploi en catégorie A, soit une stabilisation par rapport au mois précédent. Sur un an, leur nombre a augmenté de 1,0%. 174 430 Réunionnais sont å la recherche d’un emploi, toute catégorie confondue, ce qui reste le plus fort taux de la République, comme l’a rappelé François Hollande, lors de sa venue à La Réunion, le 21 août.


Kanalreunion.com