Actualités

Des atouts à valoriser aux Antilles, des projets à supprimer à La Réunion

Géothermie et énergie thermique marine

Manuel Marchal / 16 août 2011

Jusqu’à l’arrivée de l’UMP à la Direction de la Région, un mot d’ordre était inscrit dans le logo de la collectivité : « Valorisons nos atouts ». Avec la suppression de la géothermie et de l’énergie thermique marine à La Réunion, on comprend la raison profonde de la suppression de ce mot d’ordre par l’UMP.

Jeudi dernier, l’opinion apprenait que l’expérimentation de l’énergie thermique marine qui devait avoir lieu à La Réunion était transférée à la Martinique. La raison : l’UMP n’en veut pas pour notre pays. Sinon il est évident que Didier Robert aurait fait la petite démarche nécessaire à la concrétisation du travail de son prédécesseur à la présidence de la Région.
Un peu plus d’un an plus tôt, Didier Robert avait affirmé qu’il allait supprimer la géothermie. Cette annonce a été confirmée dans les semaines qui suivirent la prise de contrôle de la Région par l’UMP grâce à un candidat à l’investiture PS aux Sénatoriales.
Rappelons que l’énergie thermique marine et la géothermie ont deux points communs. Ce sont tout d’abord des énergies renouvelables et donc gratuites, disponibles en abondance à La Réunion. Ensuite, l’énergie fournie est constante, ce qui signifie que la puissance est produite jour et nuit, en toute saison au même niveau.
En effet, la géothermie et l’énergie thermique marine ne sont pas, à la différence du photovoltaïque, de l’hydraulique ou de l’éolien, des énergies intermittentes. Elles peuvent donc être injectées massivement et dans l’état actuel des connaissances sans crainte de faire capoter le réseau EDF. L’opérateur se dit en effet incapable de gérer un réseau où la part des énergies intermittentes est supérieure à 30%. Avec la géothermie et l’énergie thermique marine, aucun risque de ce côté, ce qui signifie que les centrales à charbon peuvent être envoyées à la réforme et remplacées par l’énergie de la mer et du volcan.
Ce sont donc deux atouts, et nombreux sont les pays qui aimeraient les posséder sur leur territoire.

« Supprimons nos atouts »

Mais depuis mars 2010, l’UMP Didier Robert a un mot d’ordre : supprimer les atouts des Réunionnais. Il y eut d’abord la géothermie, puis l’énergie thermique marine.
À quelques milliers de kilomètres de notre île, le discours est tout autre, et il dépasse les sectarismes.
En Guadeloupe, l’usine de Bouillante est une centrale géothermique qui fournit près de 10% de la consommation de l’île en électricité. C’est un atout considérable qui permet donc d’économiser du charbon. En Guadeloupe, même lorsque l’UMP était aux commandes de la Région, le projet n’a pas été arrêté. Et désormais, cet atout est exploité.
En Martinique, les caractéristiques de l’océan permettent de produire de l’électricité à partir de l’énergie thermique marine. Voyant que Didier Robert était peu empressé à faire avancer le projet à La Réunion, les Martiniquais ont fait le maximum pour valoriser leurs atouts. Résultat : c’est en Martinique que l’énergie thermique marine sera exploitée.

Aux Antilles, la géothermie et l’énergie thermique marine sont des atouts et c’est la mobilisation pour faire progresser ces outils de l’autonomie énergétique. À La Réunion, l’UMP entreprend de supprimer les projets d’utilisation de la géothermie et de l’énergie thermique marine. On comprend donc pourquoi Didier Robert a fait enlever du logo l’ancien mot d’ordre de la Région qui était « valorisons nos atouts ». Et dans les faits, force est de constater que celui de l’UMP est “supprimons les atouts des Réunionnais”.

M.M.


Kanalreunion.com