Actualités

Des élus réunionnais lancent un SOS à l’État

Rassemblement devant la Préfecture hier

Témoignages.re / 1er décembre 2010

Des élus progressistes se sont rassemblés hier matin devant la Préfecture pour solliciter une rencontre avec la ministre de l’Outre-mer. Objectif, alerter l’État sur la dégradation de la situation sociale.

Un comité d’accueil un peu spécial s’est réuni hier devant la Préfecture pour la visite dans l’île de Marie-Luce Penchard, la ministre de l’Outre-mer. Des dizaines d’élus, pour certains parés de leur écharpe tricolore, sont venus dans l’espoir de rencontrer d’urgence la ministre. Parmi eux, des maires : Claude Hoarau (Saint-Louis), Thierry Robert (Saint-Leu), Éric Fruteau (Saint-André), Gilbert Annette (Saint-Denis), Roland Robert (La Possession), Yolande Pausé (Sainte-Suzanne), Jean-Luc Saint-Lambert (La Plaine-des-Palmistes), et leurs conseillers municipaux ; des conseillers généraux : Jean-Claude Fidji, Robert Nativel ; des conseillers régionaux : Béatrice Leperlier, Aline Murin-Hoarau, et le député européen Élie Hoarau… En somme, des élus progressistes, PCR ou PS. Mais aussi d’anciens élus, comme Pierre Vergès, ou encore des militants associatifs tels que Jean-Hugues Ratenon, Brigitte Malet.

L’emploi, le logement, l’illettrisme

Pourquoi un tel rassemblement alors que la TNT déferle ? Les élus sont en fait « en colère » et « inquiets ». Non pas à cause de la TNT, mais en raison de la dégradation de la situation sociale que l’État ne veut pas regarder en face : le chômage qui explose, les besoins en logements, l’illettrisme, le désespoir de la jeunesse... C’est en tout cas ce que plusieurs élus ont exprimé hier matin. « Nous assistons à un désengagement de l’État, à une baisse des crédits pour le logement, et l’État invite la population à regarder la télé », constate Éric Fruteau, maire de Saint-André et vice-président du Conseil général. Roland Robert, maire de La Possession et président de l’AMDR, a également insisté sur le gel des dotations de l’État pendant 3 ans alors que les budgets des communes sont en préparation. Or, dans une situation sociale difficile, les élus sont les premiers interlocuteurs de la population, ont souligné Gilbert Annette, le maire de Saint-Denis et conseiller général, ainsi que Thierry Robert, maire de Saint-Leu et conseiller général.

Les jeunes à l’abandon

« Ce qui nous rassemble, c’est la gravité de la situation. Une situation très grave qui échappe peut-être à nos élus parisiens. Nous lançons un SOS au gouvernement, la situation se dégrade dangereusement. Il y a aujourd’hui un désespoir inquiétant chez les jeunes et une volonté de se déchaîner chez certaines d’entre eux », a affirmé Gilbert Annette. Pour l’élu PS, ce n’est pas de 10 chaînes de télé dont a besoin La Réunion, mais de 10.000 emplois pour des jeunes désespérés au risque de voir la situation s’embraser. Car il n’existe plus, selon lui, de dispositifs d’aide pour les jeunes de moins de 25 ans, dont 55% sont au chômage. Thierry Robert a directement fait référence aux CAE (Contrats d’accompagnement dans l’emploi) non renouvelés pour 2011. « Même si l’État a des difficultés financières, La Réunion a besoin de moyens exceptionnels », a-t-il déclaré. Pour lui, il ne pas s’agit pour les élus de « pleurer », mais « d’avoir le courage de défendre les Réunionnais ». « Je suis persuadé que même à l’UMP, il y a des élus inquiets, mais qui ne disent rien », a-t-il affirmé.
Le député européen Élie Hoarau a regretté que Marie-Luce Penchard « snobe » les élus et a dénoncé « une visite ministérielle qui passe sur l’essentiel ». La ministre de l’Outre-mer a finalement proposé un rendez-vous aux élus vers midi, mais ceux-ci n’ont pas jugé utile de répondre à l’invitation tardive.

Édith Poulbassia


1er décembre Journée mondiale du Sida :
L’ARPS reste mobilisée

À l’occasion du 1er décembre, Journée mondiale du Sida, l’Association Réunionnaise pour la Prévention du Sida (ARPS) réalise diverses actions de prévention et de sensibilisation.
Du 30 novembre au 2 décembre 2010, les animateurs de l’ARPS renforceront leur présence sur le terrain pour répondre au mieux aux attentes du public.
Le but de ces actions est d’aller à la rencontre de la population réunionnaise afin de les informer sur les risques liés à la sexualité et les moyens de s’en prémunir. De la documentation et des préservatifs seront mis gratuitement à leur disposition.
Ainsi, l’association continue sa lutte contre cette maladie en sensibilisant au mieux les personnes de tout âge.


Kanalreunion.com