Actualités

Des orientations budgétaires 2015 « insincères »

La Région Réunion va droit dans le mur

Correspondant Témoignages / 18 octobre 2014

Basé sur trois mots « Action, Rythme, Cohérence », les orientations budgétaires de 2015 présentées par Didier Robert sont tout l’inverse : « Incohérent, sans vision globale et électoraliste », pour les élus de l’opposition, l’Alliance.

JPEG - 19.6 ko
De décisions modificatives en budget supplémentaire, une gestion catastrophique qui met en danger une institution de la République.

Pour Catherine Gaud, conseillère régionale de l’Alliance, « les orientations arrivent dans un contexte particulier », cependant « on a affaire à un hymne d’autosatisfaction, sans décence de retenue avec comme d’habitude une communication particulière ». Cette dernière a ainsi expliqué qu’ « on voit un besoin de communication sur le mode de publicité ».

Un contexte dégradé

Depuis 2010, le contexte économique et social s’est dégradé, et « la Région a sa part de responsabilité parce qu’elle est en charge du développement économique. La Région parle de nouvelle dynamique économique, mais il y a des chiffres, qui sont têtus ». Catherine Gaud a relevé les chiffres du chômage : 130.000 demandeurs d’emploi en 2011, 129.600 (2012), 135.500 (2013) et 173.000 (2014). « Je ne vois pas la dynamique » a-t-elle assuré.
Catherine Gaud a contesté les déclarations de la Région déplorant un manque d’étude en début de mandat. Cette dernière a rappelé la suppression des projets de la précédente mandatures, comme le tram-train, indiquant que « les études étaient déjà faites ». « Vous voulez vous battre pour l’égalité des Réunionnais avec la continuité territoriale, mais quatre ans après la prise de vos fonctions, vous auriez pu vous battre pour la dotation ferroviaire », acquise dans l’ensemble des régions de France, sauf à La Réunion. L’élue a également évoqué « l’abandon de la MCUR, alors que l’enquête publique était faite, la réapparition de la géothermie après l’avoir enterré et l’oubli du lycée de Petite Île ». Ces projets qui auraient pu contrecarrer les effets de la crise européenne sur La Réunion.

Concernant le tourisme, l’élue a dénoncé des « orientations particulières ». Dans le rapport, « les aides sont mises en avant mais pas les chiffres, alors que lorsqu’on fait une action, il faut évaluer le retour sur investissement ». Or les chiffres de ce secteur sont en bernes, avec -6,8% en 2013, « quasiment identique au chiffre de 2010 ». « C’est de l’inconscience ou un humour audacieux de la Région » de constater que « les aides apportées sont à pertes ». D’ailleurs, cette dernière s’est insurgée contre le parallèle fait entre la crise requin « qui a eu un impact, certes, mais n’explique pas tout », et le virus Chikungunya. Pour L’Alliance, la politique touristique de la Région est un échec, il a une régression de la situation, ce qui met en danger les finances de la collectivité ».

Des “incohérences” sur les projets

Catherine Gaud a ainsi dénoncé les “incohérences” de la majorité régionale car « vous avez passé tout le mandat à dire que le budget de la NRL ne comprend pas d’entrée de ville, mais dans ces orientations 2015, vous dites que vous allez vous occuper des entrées de villes, surtout l’entrée ouest de Saint Denis. C’est l’inverse même de vos propos ».

Des incohérences ou contradictions également mises en avant avec la volonté de la Région de mettre l’accent sur la transition énergétique, alors que « vous avez fait des demandes de dérogations pour détruire l’environnement », a ironisé Catherine Gaud. En effet, la Région a obtenu les autorisations d’occuper le domaine public maritime, pour des travaux qui vont détruire une partie de la biodiversité de la zone, perturber les oiseaux et entraver l’habitat des baleines, a expliqué cette dernière. En parallèle, la Région veut faire à La Réunion, « une Révolution verte », par sa présence à des événements mondiaux sur le développement durable.

Face à cela, « la Région est prise dans un effet ciseau avec une hausse des recettes qui est moins importante que les dépenses et l’épargne brute a diminué », a expliqué Catherine Gaud. « La Région a consommé toutes ses marges de manœuvre », d’autant pour que L’Alliance, la majorité « ne tient pas ses engagements, avec des modifications budgétaires chaque année pour des hausses de dépense. On doute alors de la capacité de la Région à tenir le budget 2015. Les chiffres annoncé ne correspondent pas aux dépenses d’où cette seconde modification budgétaires ».


Kanalreunion.com