Actualités

Des personnalités des Outre-mer au gouvernement

Premier Conseil des ministres de François Hollande

Céline Tabou / 18 mai 2012

Le premier conseil des ministres du nouveau gouvernement de François Hollande a été marqué la prise de fonction des 34 ministres, dont 17 femmes, et 3 originaires des DOM. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a annoncé que le gouvernement « est déjà au travail », jeudi 17 mai.

Le gouvernement est composé de 34 ministres, dont 17 femmes, 3 ultramarins, 7 jeunes et 6 représentants issus de l’immigration. Ce gouvernement s’est voulu jeune, ouvert et tourné à gauche comme annoncé par François Hollande. En effet, toutes les sensibilités du Parti Socialiste sont représentées dans cette équipe, mais ni le Front de Gauche, ni le NPA n’ont été nommés. Cécile Duflot d’Europe Ecologie Les Verts s’est vue confier les clés du ministère de l’Egalité des territoires et du Logement.
Trois ultramarins font désormais partie du nouveau gouvernement, signe de François Hollande de mettre en place une nouvelle relation entre l’hexagone et les départements d’Outre-mer. Christiane Taubira, Victorin Lurel et George Pau-Langevin sont devenus ministres. Malgré des résultats historiques à La Réunion, aucun responsable socialiste réunionnais ne fait partie de la nouvelle équipe gouvernementale. Pour William Kromwel, chef du service politique de la chaîne de télévision France Ô, « C’est un symbole fort dans la mesure où ça ne s’est jamais produit. Il faut remonter à 1986 pour trouver deux personnalités de l’outre-mer — Gaston Flosse et Lucette Michaux-Chevry — réunies dans un même gouvernement », a-t-il déclaré sur Europe1.fr.

Un symbole fort vers les Outre-mer

Considéré comme l’homme fort de la gauche en Guadeloupe, Victorin Lurel a été nommé ministre des Outre-mer. Ce dernier a pris ses fonctions lors de la passation de pouvoir avec Marie-Luce Penchard, qu’il rencontrera lors des élections législatives. De son côté, la Guyanaise, Christiane Taubira — candidate du Parti radical de gauche à l’élection présidentielle de 2002 et députée de 1993 à 2012 — est devenue Garde Sceaux. C’est son prédécesseur, Michel Mercier, qui l’a accueilli au côté de la ministre déléguée à la Justice Delphine Batho, afin de lui céder les rênes de ce ministère qu’il a décrit comme « difficile mais passionnant ». La nouvelle ministre de la justice a promis une « justice indépendante », dans le « respect, le dialogue et la confiance ». Cette dernière devra travailler autour des trois principes exprimés par François Hollande, notamment « à rendre la justice accessible à tous les citoyens ».

La Guadeloupéenne George Pau-Langevin, députée de Paris est devenue ministre déléguée à la réussite éducative. Cette dernière travaillera avec le nouveau ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, qui s’est engagé à mettre en place un « plan d’urgence » pour la rentrée scolaire de septembre 2012, avec notamment des créations de postes pour l’école primaire, une priorité du quinquennat. William Kromwel a expliqué que Christiane Taubira, Victorin Lurel et George Pau-Langevin, « sont tous les trois des politiques qui, au-delà de leur seule condition d’ultra-marins, peuvent se lancer dans des dossiers qui dépassent l’Outre-mer ».

Une mesure symbolique en temps de crise

Le premier Conseil des ministres du quinquennat de François Hollande a adopté jeudi 17 mai la réduction de 30% du salaire du président français et de ses ministres. À son arrivée à l’Elysée, Nicolas Sarkozy avait augmenté de 170% en 2007, passant à 21.300 euros bruts (avant impôts et cotisations sociales) après l’élection de Nicolas Sarkozy, le salaire sera abaissé à un peu plus de 14.910 euros bruts mensuels. Le premier ministre percevra une rémunération identique.
Le salaire mensuel des ministres sera de 9.940 euros bruts, contre 14.200 euros bruts auparavant, a annoncé la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem à l’issue du conseil. Les dotations financières des cabinets ministériels diminueront de 10% et le nombre de collaborateurs affectés aux ministres, de 15 personnes, ou aux ministres délégués de 10) diminuera également, a précisé Mme Vallaud-Belkacem.
De plus une « Charte de déontologie » s’engageant à l’exemplarité. Celle-ci stipule, selon l’AFP, que chacun doit se garder de tout conflit d’intérêt et ne peut cumuler son poste ministériel avec un mandat parlementaire ou au sein d’un exécutif local. « Nous ne sommes pas là seulement pour gérer mais pour réformer le pays, pour vaincre les privilèges, pour améliorer la vie des Français. Et rien de tout cela ne peut attendre. Il va nous falloir nous y consacrer immédiatement ».

Céline Tabou



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Oui, l’Outre-Mer est bien répresenté,une Guyanaise et deux Guadeloupéens.Avec plus de 71% de voix à la Réunion,on aurait souhaité voir une ou un élu de La Réunion. En tant que Réunionnais ,je suis très,très heureux de leur nomination,ces trois personnes consacrent beaucoup de leur temps à leurs compatriotes dans l’hexagone.Alors ! c’est aux Réunionnais de réfléchir, de cesser leurs guéguerres stupides,de ne pas se couper avec une partie de ses enfants.Faire de la Politique,donner son temps ,son énergie à son pays ,c’est un don du ciel . Comme beaucoup de compatriotes de l’hexagone qui ont pu les côtoyer ,nous sommes sûr qu’ils sauront nous faire entendre.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Ce sont des personalités prochent du peuple,ils participent et répondent toujours présents aux initiatives de l’Outre-Mer dans l’hexagone, que ce soit sur le plan syndical ou Associatives. Bravo et bonne chance

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com