Actualités

« Des Réunionnais debout et responsables »

Le niveau supérieur de responsabilité de l’Alliance

Manuel Marchal / 24 janvier 2011

La certitude d’être accepté dans l’Alliance en tant que personne ayant une part de vérité à apporter, sans risque d’être l’objet d’une récupération politique : Paul Vergès a décliné le niveau supérieur de responsabilité qu’amènent les défis que les Réunionnais ont à relever à notre époque.

Dans la clôture de la rencontre visant à structurer l’Alliance, Paul Vergès souligne un des fondements de l’Alliance, « on a tous une parcelle de vérité ». Le défi est considérable, il s’agit de « trouver la solution spécifique en tenant compte d’un environnement nouveau », rappelle le président de l’Alliance.
Cela passe par des questions qui amènent de profondes remises en cause (voir encadrés).
Paul Vergès a tout d’abord accordé une large place à l’autonomie énergétique dans son intervention. Le développement d’un pays est en effet lié à l’énergie que ce pays est capable de produire. Pour La Réunion, c’est un modèle extérieur qui a été plaqué sur notre réalité, ce sont des centrales qui fonctionnent au charbon et au fuel : le développement est dans des mains extérieures, constate Paul Vergès.

Rompre avec un modèle

Pourtant l’alternative est possible, et l’ancienne direction de la Région l’avait impulsée quand elle avait lancé le mot d’ordre d’autonomie énergétique pour 2025. À ce moment, le gouvernement avait commandé une étude affirmant que ce mot d’ordre est réalisable, à condition de rompre avec le modèle en cours. Paul Vergès indique que l’utilisation des énergies renouvelables permet d’ailleurs de réintégrer l’énergie dans le domaine national. La Réunion a la capacité de faire cette démonstration, poursuit le président de l’Alliance. Et c’est ce qu’elle a commencé à faire entre 1998 et mars 2010.
Cet exemple de l’énergie exprime la capacité des Réunionnais à trouver des solutions innovantes à leurs problèmes spécifiques.
L’Alliance affirme la capacité de réflexion des Réunionnais par la mise en place d’un modèle de développement durable, souligne Paul Vergès. Notre île a des atouts, mais aussi des urgences à régler.
Les urgences, ce sont tous les Réunionnais qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, ou tous ceux qui sont privés d’un logement décent, ou alors qui sont frappés par l’illettrisme. Aucun développement durable n’est possible avec de telles inégalités.
Les atouts, c’est une jeunesse formée. Dans un rayon de 6.000 kilomètres, il n’y a pas une proportion aussi importante d’une population qui a un tel niveau de formation. Et c’est pour exploiter cet atout que l’Alliance avait travaillé au Conseil régional sur le co-développement avec les pays de la région. Car dans un bassin de population de plusieurs dizaines de millions de personnes à l’horizon 2050, il n’y aura pas assez de jeunes Réunionnais diplômés pour occuper tous les postes qui seront créés. Mais au lieu de valoriser cet atout, « le système organise le chômage des jeunes diplômés réunionnais », constate Paul Vergès.

Nouvelle ère, nouvelle responsabilité

Il conclut son intervention en rappelant le but de l’Alliance : apporter la contribution réunionnaise pour trouver des solutions. « Soyez des Réunionnais debout et responsables », appelle Paul Vergès.
Paul Vergès fait également état d’un « niveau supérieur dans l’esprit de responsabilité de l’Alliance ». Chacun est invité à participer sans se prévaloir d’appartenir à un parti politique. Chacun est donc le bienvenu, et doit être certain de ne pas être l’objet d’une manipulation politicienne.
C’est la condition nécessaire de l’engagement, c’est un niveau supérieur de l’esprit de responsabilité au service des Réunionnais pour le développement durable.

Manuel Marchal


Comment maintenir le niveau de vie ?

La prochaine signature d’un accord de partenariat économique entre l’Union européenne et les pays voisins de notre île veut dire que La Réunion fera partie d’une zone de libre-échange. Dans ce nouveau cadre, comment maintenir le niveau de vie de la population avec une intégration dans un ensemble aussi différent de La Réunion ?


Comment rattraper le retard dû à la situation coloniale ?

Autre question soulevée lors de la clôture de la réunion de samedi :
Comment obtenir les crédits nécessaires pour rattraper le retard dû à la situation coloniale ?


Quelle gouvernance ?

Comment renouveler l’appareil politique dont l’objectif est de maintenir le passé ?
Du fait du non-développement, le moyen privilégié pour être considéré comme un notable est d’être un élu. C’est ce qui explique pourquoi les candidats sont souvent des personnes qui recherchent d’abord la notabilité.


Comment réussir le développement pour tous les Réunionnais ?

Plus de la moitié des Réunionnais vit en dessous du seuil de pauvreté. Cette exclusion est le résultat du non-développement.


Kanalreunion.com