Actualités

Deux services publics pour faire face à la hausse démographique et à l’urgence sociale

La Réunion île du développement durable — 1 —

Céline Tabou / 5 mai 2011

Lors de sa participation au Forum des idées sur l’Outre-mer, organisé par le Parti socialiste à Paris, le Parti communiste réunionnais a présenté quelques-unes de ses propositions pour atteindre l’objectif du développement durable. La première d’entre elles est une réponse apportée à l’urgence sociale en faisant de notre croissance démographique un gisement d’emplois : un service public d’aide à la personne.

« Il y a suffisamment de jeunes pouvant accéder à ce secteur, porteur d’activités et créateur d’emplois », a indiqué Paul Vergès, mardi 3 mai, au cours de la conférence de presse du PCR rendant les conclusions de la rencontre avec le PS.

Le président de l’Alliance a expliqué qu’il fallait répondre à l’urgence de la crise sociale, mais « avoir conscience de la fragilité des emplois aidés. La solution durable est plutôt dans la création de grands services publics, un dédié à l’aide à la personne, dans une société où le nombre de personnes âgées augmente, l’autre consacré à la sauvegarde de l’environnement ».

Un secteur d’activité pour la population

Concernant l’aide à la personne, Paul Vergès propose la création d’un service public, compte tenu de l’importance du secteur. Il s’agit également d’éviter toute dérive électoraliste, car, actuellement, des maires peu scrupuleux ont la main sur ce type d’emploi et recrutent en contrats précaires des travailleurs lors des campagnes électorales. Pour le PCR, ce service public s’appuiera sur un tissu associatif qui devra « respecter un statut pour garantir la formation des agents et le financement » de ce service public, l’aide à la personne reste un « préalable absolu » à la gestion de la hausse démographique.

L’INSEE explique dans son rapport sur le service à la personne, daté de novembre 2009, qu’en 2006, près de 12.000 personnes travaillent dans le secteur des services à la personne à La Réunion, et pourraient être entre 9.000 et 25.000 de plus en 2020. En France, les derniers chiffres de 2010 font état d’un bénéfice de plus de 16 milliards d’euros dans ce secteur et l’emploi de 2 millions de salariés.

Céline Tabou


Kanalreunion.com