Actualités

Développement durable : la trahison des socialistes donne le leadership à la Martinique

La Réunion n’est plus l’exemple à suivre

Manuel Marchal / 8 septembre 2014

Avant que les socialistes n’organisent la défaite des forces de progrès réunionnaises aux élections régionales, La Réunion était citée en exemple pour ses réalisations et ses expérimentations dans les énergies renouvelables. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. La Martinique a comblé le vide et c’est désormais elle qui a le leadership dans ce domaine. La ministre de l’Ecologie vient d’y signer un accord-cadre pour « Martinique, ile durable, territoire à énergie positive ».

JPEG - 52.6 ko
Extrait de France Antilles du 1er septembre 2014.

« Vous avez un siècle d’avance », a dit en substance un ministre de l’Ecologie aux Réunionnais. C’était en 2008, lors de la visite de Jean-Louis Borloo pour la Conférence internationale sur la biodiversité et le changement climatique. Le chef de file de la politique environnementale en France était admiratif des réalisations impulsées par la Région dirigée par Paul Vergès. Il avait le même sentiment vis à vis des projets lancé par la Région Réunion, comme le tram-train et l’autonomie énergétique.
En janvier 2010, le président de la République en personne venait à La Réunion pour se donner une dimension « développement durable ». Deux des plus grandes entreprises françaises, EDF et Renault, étaient là pour annoncer qu’elles allaient faire de La Réunion le terrain d’expérimentation des voitures électriques. Le développement durable était alors le fédérateur des forces progressistes de La Réunion.

Les socialistes font perdre les forces de progrès

Mais l’attitude du Parti socialiste lors des élections régionales de mars 2010 a tout bouleversé. Au premier tour, l’Alliance conduite par Paul Vergès est arrivée en tête avec 30% des suffrages. Ce score traduisait tout de même un encouragement à poursuivre les projets engagés, notamment le tram-train et les énergies renouvelables. Avec 13% au premier tour, le PS avait perdu la partie. Il pouvait appliquer la décision de désistement républicain prôné par sa direction. L’Alliance lui a même proposé de venir élargir le rassemblement. Les socialistes ont refusé, en sachant pertinemment que leur décision allait faire perdre les forces de progrès.

Le résultat a été si conforme à ce qu’espéraient les socialistes que leur chef de file, Michel Vergoz, a même publiquement félicité l’UMP pour sa victoire en pleine séance publique du Conseil régional. Un an plus tard, Michel Vergoz était promu sénateur.

Depuis 2010 : priorité aux énergies fossiles

Au lendemain du second tour des régionales, il était clair que la trahison des socialistes allait être une décision politique dont les répercussions allaient se faire ressentir pendant de très nombreuses années. Elle a en effet cassé tout espoir de redressement à court terme. Et aujourd’hui, avec plus de 175.000 demandeurs d’emploi pour 850.000 habitants, le moyen terme est compromis.
Didier Robert a bénéficié de cette trahison pour devenir le président de la Région. Il a été conforme aux prévisions : le tram-train arrêté et la priorité a été donnée au tout-automobile. Bien que la Région n’ait pas pu construire de kilomètre de route supplémentaire depuis 2010, elle persiste à vouloir engloutir les crédits négociés pour la construction d’une ligne de chemin de fer dans une route en mer.
Avec une telle politique, il n’est pas étonnant que La Réunion ne soit plus un exemple. Le projet d’énergie thermique marine a ainsi filé en Martinique.

Reprise du projet VERT

La perte manifeste du leadership réunionnais s’est concrétisée le lundi 1er septembre 2014. La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, était en visite en Martinique. La veille, elle avait salué le projet de démonstrateur de centrale électrique utilisant l’énergie thermique marine. Elle a constaté l’implication des autorités martiniquaises dans le développement durable. Cela tombe à point nommé, car cela peut être une vitrine pour montrer ce que peut être la transition énergétique.
Avec le président de la Région Martinique, la présidente du Conseil général et la ministre des Outre-mer, Ségolène Royal a signé une déclaration d’intention visant å concrétiser le « projet « Martinique Ile Durable » pour entrer dans une démarche de "territoire à énergie positive pour la croissance verte" ».

Ainsi, parmi les actions concrètes envisagées dans ce document, « l’expérimentation de bornes de recharges de véhicules électriques alimentés en autoconsommation par des énergies renouvelables ».
C’est l’équivalent du projet VERT de Renault et EDF signé à La Réunion en janvier 2010 lors de la visite de Nicolas Sarkozy.

Ce document montre que La Réunion est maintenant bien à la traine. C’est la Martinique qui est désormais l’exemple à suivre.Voilà un résultat concret de la trahison des socialistes de La Réunion.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Tous cela confirme qu’il faut le plus tôt possible, à la prochaine élection, un suffrage majoritaire pour remettre le projet ’Tram-Train TER PEI OI" sur les rails. Et rendre la Réunion autonome en énergie propre (volcan comme en N-Zélande, Islande, force de la houle, l’éolien et le soleil des tropiques).

    On peut redevenir la vitrine progressiste de la Région Réunion et au delà. Positiver en espérant que les citoyens fassent cette fois-ci le bon choix. Mais au fait quand aura lieu cette alternance ? En 15 ? 16 ? Quand je pense qu’il y avait un réseau qu’il suffisait d’agrandir, moderniser, électrifier, doubler et que des travailleurs venus d’Italie, du Piémont réputé pour ces bons maçons se sont tués à la tâche pour le construire.

    Hélas, l’esprit de liberté, d’individualisme est passé avant. Quel gâchis !
    Qu’ils y aient des bus pour aller dans les hauts, mieux, des téléphériques, soit, mais que pour les passagers, les élèves, les gramounes, la canne, on emploie le rail, plus économique, propre et pourvoyeur d’emplois, voilà un beau projet. Certains résignés, affirment que c’est trop tard, trop cher... Ils ne réalisent pas que tous ces camions, bus, voitures, motos vont accroître la "pollution péi" engendrer des maladies, ashme, rhinites, allergies, déchets non recyclés abandonnés dans les ravines, les "centres d’enfouissement techniques". Quels beaux cadeaux issus d’un territoire classé au patrimoine de l’UNESCO pour nos futures générations !

    Tout ça pour le profit de quelques uns dans l’immédiat, rien ou si peu pour le "Vrai" avenir, la politique véritable, celle qui veut améliorer les choses de tous et toutes de tous âges et milieux.


    Au fait, la fête de l’Huma approche, avec cette année, entres autres, Bernard Lavilliers, ex ouvrier méanicien ajusteur de la métallurgie, est-ce que le PCR y sera ? Y présentera-t-il le projet tram-train-Ter Péi Océan Indien ? Idem pour l’indépendance énergétique.

    Bonne continuation et poursuite avec "C dans l’Air" de France 5 où on peut participer, faire entendre sa voix en direct, même de si loin...


    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com