Actualités

Didier Robert contre le président de l’UMP

À quatre jours des élections, l’union à l’UMP est une illusion

Manuel Marchal / 16 mars 2011

L’affaire du SCOT Grand Sud rappelle que du côté de l’UMP, les divisions s’accentuent. Didier Robert, qui fait figure de directeur de campagne de l’UMP pour les Cantonales, n’hésite pas à affronter Michel Fontaine, président de la fédération UMP.

Le chef de la campagne UMP des Cantonales contre le président de la fédération de l’UMP : voilà un symbole des divisions de l’UMP à La Réunion. Manifestement, la division de l’UMP dans les 25 cantons n’est que l’illustration d’un phénomène bien plus profond. C’est ce que révèlent les débats autour du SCOT du Grand Sud. Chacun peut constater une nouvelle fois la tentative d’hégémonie du président de la Région sur le Sud. Cela s’est déjà manifesté par le transfert du siège de l’école d’ingénieurs de Saint-Pierre au Tampon, cela s’est vu par la position prise par Le Tampon, devenue capitale de La Réunion des visites ministérielles au détriment des autres communes du Sud.
Cette fois-ci, c’est dans l’intercommunalité que se manifeste cette volonté d’hégémonie. Dans le débat sur le SCOT, Didier Robert intervient en qualité de président de la CASUD, et au lieu d’être le partenaire du président de la CIVIS, il cherche l’affrontement. Voilà qui en dit long sur l’état de la division dans le camp de Didier Robert et Nicolas Sarkozy.

M.M.


Un étrange appel

Dans l’édito du "JIR" d’hier, il est question d’un axe "Didier Robert-Patrick Lebreton" au sein du SCOT Grand Sud, qui pourrait préfigurer un étonnant rapprochement entre le PS et les candidats UMP au Conseil général. En tout état de cause, l’éditorial du "JIR" semble raisonner comme un appel au PS à s’associer à Didier Robert pour la conquête de la présidence du Conseil général. C’est un bien étrange appel.


Kanalreunion.com