Actualités

Didier Robert croit-il gérer Air Austral comme sa commune ?

Gérard Ethève obligé de rappeler les règles au nouveau président

Manuel Marchal / 18 janvier 2012

Vendredi lors de la conférence de presse suivant la prise de pouvoir de Didier Robert à la présidence, ce dernier a dû être rappelé à l’ordre par Gérard Ethève, président du Directoire de la compagnie. Gérard Ethève a dû rappeler une règle de fonctionnement de l’entreprise : son directoire met au point une stratégie que le Conseil de surveillance valide.
Or, Didier Robert venait de déclarer qu’il allait réunir le Conseil de surveillance le 3 février et donner une feuille de route à la Direction de la compagnie. Manifestement, Didier Robert imagine qu’il va gérer Air Austral comme la Mairie du Tampon quand il était maire. D’ailleurs, "Le Quotidien" d’hier révèle que Didier Robert a toujours les vieux réflexes des maires des années 60, qui se croient maître d’un fief et qui donnent des ordres par écrit à des conseillers.
L’affirmation de Didier Robert a été tellement dégradante pour Air Austral que son directeur, Gérard Ethève, s’est senti obligé de s’opposer publiquement à ce que venait de dire le président du Conseil de surveillance.
Pour que le président du Directoire prenne ainsi la parole, il a vraiment fallu que Didier Robert franchisse la ligne jaune. Ce dernier doit savoir que n’est pas expert-ès-transports aériens qui veut. En France, son chef Sarkozy n’oserait pas s’octroyer la présidence d’Air France pour dicter ses exigences au directoire de sa compagnie nationale, la moindre tentative dans ce sens soulèverait une levée de boucliers au sein de la Direction d’Air France, du personnel et des médias.

M.M.


Kanalreunion.com