Actualités

Didier Robert veut priver 24 communes de 23 millions d’euros de recettes

Grave menace sur la démocratie à La Réunion

Manuel Marchal / 3 mars 2012

Non content de gaspiller l’argent épargné par Paul Vergès, Didier Robert décide d’entraîner les communes dans sa coûteuse politique clientéliste. Afin d’essayer d’acheter la paix sociale à quelques semaines de la visite de Sarkozy, son représentant à La Réunion veut imposer la suppression de l’octroi de mer sur les carburants afin que les pétroliers ne soient pas obligés de prendre sur leurs profits pour baisser les prix. Didier Robert veut donc diminuer le budget des communes de près de 23 millions d’euros.

Depuis 1983, la décentralisation a donné davantage de compétences aux collectivités. Elle a également mis fin au principe de la tutelle des collectivités. Avant la décentralisation, le préfet pouvait juger de l’opportunité d’une délibération avant qu’elle soit prise et donc l’empêcher. Depuis 1983, le représentant de l’État n’a plus cette possibilité, son contrôle de légalité se fait après que la décision soit prise, et en cas de litige, c’est le juge administratif qui tranche. Le seul cas où une collectivité peut être placée sous tutelle, c’est lorsqu’elle a un budget en déséquilibre. C’est alors le préfet qui règle le budget, et c’est ce qui risque d’arriver bientôt au Tampon à cause des conséquences de la gestion de Didier Robert.
La décentralisation impose également qu’une collectivité ne puisse pas non plus imposer une tutelle à une autre. Chaque collectivité est en effet librement administrée par ses élus que le peuple a choisis. Et pour mener à bien les projets, cette institution vote un budget constitué de recettes et de dépenses. En pleine offensive démagogique à quelques semaines de la visite du candidat Sarkozy à La Réunion, Didier Robert annonce qu’il va mobiliser de l’argent public pour financer une baisse du prix du carburant à la pompe à la place des compagnies pétrolières. Il a donc fait voter en vitesse une subvention de 6,5 millions pour deux mois. Mais pour tenter de tenir jusqu’à la Présidentielle et au-delà, le président de la Région veut supprimer l’octroi de mer sur les carburants.
Cet octroi de mer génère un produit de près de 30 millions d’euros. De ce total, près de 23 millions d’euros abondent les recettes des communes. Le président de la Région veut donc priver 24 communes de 23 millions d’euros de recettes pour faire de la démagogie à quelques semaines des élections.
Selon "Le Quotidien" d’hier, la majorité UMP de la Région Réunion est prête à passer en force sur ce dossier, même si les 24 communes ne sont pas d’accord.

Didier Robert protège les pétroliers

Tout cela, c’est parce que Didier Robert est incapable de se dresser contre les compagnies pétrolières exogènes afin de défendre l’intérêt du peuple réunionnais. Au lieu de lutter pour que les pétroliers diminuent leurs profits, Didier Robert fait passer à la caisse tous les Réunionnais pour tenter d’acheter la paix sociale le temps que Sarkozy vienne faire campagne.
Voilà comment l’UMP considère les élus que le peuple réunionnais s’est choisis : la Région dirigée par l’UMP s’arroge le droit de mettre sous tutelle les communes en leur imposant une baisse de leurs recettes. Ce n’est pas une simple question de budget, c’est un principe de la démocratie qui est remis en cause par le parti de Didier Robert et Nicolas Sarkozy.
Comment, en effet, les élus du peuple pourront-ils mener à bien le projet pour lequel le peuple a voté si l’UMP décide de prélever 23 millions d’euros sur leur budget pour protéger les pétroliers ? C’est une remise en cause du suffrage universel.
Il est grand temps que cessent ces comportements qui nous ramènent plus de 50 ans en arrière, quand le peuple réunionnais était privé de droit de vote par l’ancêtre de l’UMP et les complices du pouvoir postcolonial.

M.M.


Kanalreunion.com