Actualités

Discours de politique générale : le PCR annonce une dégradation accélérée de la situation

Après le discours de Manuel Valls à l’Assemblée nationale

Témoignages.re / 9 avril 2014

Hier après-midi, Manuel Valls, nouveau Premier ministre, a prononcé son discours de politique générale à l’Assemblée nationale suivi d’un vote de confiance qui a déterminé les contours de la majorité parlementaire. La présentation de ces orientations aura des répercussions à La Réunion. Pour le PCR, elles seront négatives.

GIF - 28.3 ko
Les mesures annoncées ne laissent rien présager de bon pour l’évolution du chômage.

À l’Assemblée nationale, le nouveau Premier ministre a présenté ce mardi 8 avril les orientations générales de la politique qu’il mènera. Il a ainsi détaillé les options budgétaires, fiscales, énergétiques et institutionnelles. Rappelons que l’arrivée de Manuel Valls à Matignon fait suite à une défaite électorale de la majorité aux municipales. Ses composantes ont perdu la direction de plus de 150 villes grandes et moyennes, ainsi que la future direction de toutes les Métropoles.

À La Réunion, la politique du gouvernement avait aussi pesé sur le résultat des municipales. Ce qui a été sanctionné va-t-il continuer ? C’est justement là que réside la première remarque du Parti communiste réunionnais. Yvan Dejean, secrétaire général du PCR, constate qu’« après les élections municipales des 23 et 30 mars, le message des Réunionnais n’est pas arrivé aux oreilles du gouvernement ». « Pas un mot sur l’Outre-mer, et pourtant François Hollande doit beaucoup à l’Outre-mer », note Yvan Dejean.

Les annonces du Premier ministre n’annoncent pas une remise en cause de la politique menée depuis 2012. « Le message est clair, nous devrons arracher par nous mêmes de nouvelles conquêtes sociales et économiques. Le PCR y prendra sa part et appelle les Réunionnais au rassemblement », affirme le responsable communiste.
Car le gouvernement confirme une politique d’austérité. « Elle s’adresse à la France et ne répondra en aucune manière à celle de La Réunion qui est qualifiée de hors-norme : 3 fois plus de chômeurs qu’en France, la moitié de la population sous le seuil de pauvreté », dit en substance Yvan Dejean. « Quand le Premier ministre dit qu’un jeunes sur cinq est au chômage, c’est la réalité vécue par trois sur cinq à La Réunion ».
C’est dans ce contexte que « le Premier ministre annonce 10 milliards d’économies pour les collectivités ». Par conséquent « les Réunionnais vont être encore davantage mis à contribution, la situation va se dégrader », cela va exploser.

En tout état de cause, « ce discours ne répond pas aux attentes des jeunes, des demandeurs d’emploi, des planteurs, des élus ». Tout cela concourt donc à une aggravation accélérée de la crise.

Enfin, concernant la réforme des institutions, « nous prenons acte du calendrier donné par le Premier ministre ».

Quelques annonces de Manuel Valls


Budget révisé


- fin avril : présentation de la trajectoire budgétaire ;

- fin juin ou début juillet : vote du budget rectificatif

Pacte de responsabilité


- baisse du coût du travail : 30 milliards d’euros d’allègement d’ici 2016 ;

- suppression des cotisations URSAFF pour les salaires au SMIC ;

- baisse de 1,8 point des cotisations familiales pour les salaires inférieurs à 3,5 SMIC ;

- baisse de l’impôt sur les bénéfices des sociétés à 28% ;

- diminution de la part salarié des cotisations de 500 euros par an pour un salaire égal au SMIC, avec une dégressivité jusqu’à 1,3 SMIC ;

- diminution de 5 milliards des impôts payés par les ménages les plus modestes.

Transition écologique


- organisation de la conférence mondiale sur le climat à Paris en 2015 ;

- diminution de 30% de la consommation d’énergies fossiles d’ici 2030 ;

- diminution de 40% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 ;

- diminution de 50% de la part du nucléaire dans le mix énergétique.

Dette publique


- 50 milliards d’économies sur 3 ans, de 2015 à 2017 ;
dont : 19 milliards pour l’État, 10 milliards sur l’assurance maladie et 10 milliards prélevés sur les collectivités.

- demander à la Banque centrale européenne de revoir sa politique monétaire pour faire baisser l’euro.

Réforme institutionnelle


- division par 2 du nombre de Région sur la base de la fusion volontaire, à défaut par la loi avec application au plus tard le 1er janvier 2017 ;

- donner aux régions tous les leviers pour accompagner la croissance ;

- nouvelle carte de l’intercommunalité au 1er janvier 2018 ;

- suppression de la clause de compétence générale ;

- débat sur la suppression des Conseils départementaux en 2021.


Kanalreunion.com