Actualités

Dominique Bussereau : encore plus de transport ferroviaire Didier Robert : encore plus de bus !

Le ministre des Transports confirme l’engagement de l’État dans les réseaux ferrés

Témoignages.re / 6 mai 2010

Quand il est venu à La Réunion, le ministre des Transports avait expliqué que le nécessaire sera fait pour que les Réunionnais puissent avoir droit à un financement équivalent à la dotation ferroviaire pour la réalisation du tram-train. La semaine dernière, le même ministre a réaffirmé toute l’importance du transport par rail.

Interrogé mardi 27 avril par le député Vert Yves Cochet évoquant les perturbations engendrées par le nuage de cendres volcaniques et la fin prévisible du pétrole bon marché, le secrétaire d’État chargé des Transports, M. Dominique Bussereau, a souligné toute l’importance du transport par rail.
« Il est vrai que les récents événements ont montré la fragilité de notre système et révélé que, dans une société moderne, certaines fonctions peuvent à tout moment s’arrêter, ce qui nous invite à l’humilité face à la nature et aux éléments. Mais l’aménagement du monde laisse présager une évolution différente.
D’abord, au niveau régional et national, le transport ferroviaire à grande vitesse prend de plus en plus le relais du transport aérien ».
Mais, à La Réunion, pas de soucis pour nous. Plutôt que le train, on roulera avec les 800 bus actuels auxquels vont venir s’ajouter les 2.000 bus de M. Didier Robert et toutes les voitures qui se vendent chaque année.
Les embouteillages, le gaspillage d’énergie fossile, la catastrophe économique causée par la perte de milliers d’heures de travail passées à bouillir dans sa voiture arrêtée ou avançant au ralenti, les 500 millions d’euros annuels (le prix d’une route des Tamarins tous les deux ans) dilapidés pour l’achat d’un pétrole dont le prix ne cesse d’augmenter, tout cela ne dissuade pas M. Didier Robert de sortir de cet aveuglement partisan au nom duquel il assassine le projet Tram-train et met à mal l’avenir de La Réunion.
Voilà les raisons pour lesquelles, en 2012, le tram-train sera plus que jamais au centre du débat politique.

Jean Saint-Marc


Kanalreunion.com