Actualités

Éducation et Illettrisme : deux grands défis

Dans 8 jours, l’élection présidentielle

Témoignages.re / 14 avril 2012

Depuis 2007, l’Éducation nationale a été détruite par la suppression de poste, la diminution des budgets et la remise en cause des secteurs de la recherche et de l’innovation. Tout démantèlement de ce service public ne peut que favoriser la progression de l’illettrisme, fléau qui touche 120.000 Réunionnais.

Les jeunes les principales victimes

Les jeunes sont les premières victimes du démantèlement de l’Éducation nationale et de l’illettrisme. Les mesures de Nicolas Sarkozy dans l’Éducation nationale ont bradé ce service public, qui permet l’épanouissement et la réussite aux jeunes. Parmi les nombreux problèmes que connaissent les jeunes Réunionnais, le décrochage scolaire est en augmentation, ce qui se traduit entre autres une politique éducative ne prenant pas en compte les difficultés des élèves ou encore des formations qui ne sont pas adaptées aux attentes.
Sortis du système scolaire et universitaire, les jeunes ont du mal à trouver un emploi, cela se traduit par un taux de chômage chez les jeunes de 15 à 24 ans de 60%. Mais le chômage touche une bonne partie des jeunes qui ont un taux de réussite de 82,4% au bac. 7.000 jeunes entrent sur le marché du travail chaque année.
La situation s’aggrave et demande une politique volontariste pour former, éduquer et permettre aux Réunionnais de lire et écrire avec aisance.
La Réunion abrite 120.000 illettrés. Dans une société de l’information dominée par l’écrit, ils n’ont aucune autonomie, ni liberté pour trouver un emploi, durable se déplacer, communiquer ou lutter contre la consommation à outrance.
D’après l’Insee, en janvier 2011, « près de 30 % des personnes qui ne parlaient que créole durant l’enfance sont illettrées à l’âge adulte, parmi les natifs réunionnais âgés de 15 à 64 ans ». Et en dépit des nombreuses promesses faites par les gouvernements précédents, aucune politique de soutien et de dépistage n’a été réalisée, seul le PCR a mis en avant une série de propositions pour lutter contre l’illettrisme, qui est une réelle catastrophe sociale.

Les données de la crise

- 120.000 Réunionnais touchés par l’illettrisme.

- Taux de réussite supérieur à 80% au bac, et des milliers de jeunes au chômage.

- Celui qui ne parle que la langue maternelle réunionnaise risque l’illettrisme une fois sur trois.

- 60% des jeunes au chômage.


Kanalreunion.com