Actualités

Egalité réelle : l’Outre-mer en dernière position

Communication en Conseil des ministres

Manuel Marchal / 20 mai 2016

Mercredi en Conseil des ministres a eu lieu la première communication sur la mise en œuvre de l’égalité réelle. C’est la première fois que le sujet est abordé dans cette instance. Le compte-rendu du Conseil des ministres est sujet à plusieurs remarques.

JPEG - 56.5 ko

En mai 2015, le président de la République s’est rendu en Guadeloupe pour inaugurer un mémorial sur l’histoire de l’esclavage. À cette occasion, il a prononcé un discours donnant sa feuille de route pour l’Outre-mer. La dernière partie du mandat de François Hollande devra donc donner lieu à l’adoption d’un texte qui amènera l’Outre-mer à l’égalité réelle avec la France, au terme d’une période de 20 ans.

À la suite de cette déclaration, un député en mission, Victorin Lurel a été nommé. Il devait organiser la concertation avec les partis politiques et les parlementaires des territoires concernés. Une secrétaire d’État a été nommée pour s’occuper de cette question, Ericka Bareigts. Quand cette dernière a rencontré le Premier ministre, il s’est avéré que son champ d’action devait dépasser l’Outre-mer. En effet, le gouvernement a décidé que l’égalité réelle était une question qui devait être réglée dans toute la République. Victorin Lurel a ensuite rendu son rapport, contenant une proposition de loi sur l’égalité réelle. Lors de la remise de ce document au Premier ministre, ce dernier a annoncé le vote d’une loi d’orientation avant la fin de l’année. La communication lors du dernier Conseil des ministres est le premier acte concret qui permet de juger l’état d’avancement du projet.

Mesures liées à la réalité de la France

Entre le discours du président de la République et la communication en Conseil des ministres, un an s’est écoulé. Force est de constater qu’entre le discours et cet acte, bien des choses ont changé.

L’égalité réelle n’est donc plus un chantier spécifique à l’Outre-mer. Les mesures mises en œuvre concerneront toute la République. Comme souvent, la question de l’Outre-mer vient à la fin. C’est le dernier des quatre points de la communication. Il apparaît donc que ce qui était le centre du discours du chef de l’État est devenu une déclinaison d’un plan national. On revient donc à la mise en œuvre classique des politiques publiques décidées à Paris.

Les priorités affichées sont en effet bien éloignées de la réalité de La Réunion. La première mesure pour l’égalité réelle vise à favoriser la maîtrise du français. Au bout de 70 ans d’intégration à la France, La Réunion compte plus de 110.000 illettrés. De plus, la langue créole est la langue maternelle sur son territoire. C’est aussi à La Réunion que la langue régionale est la plus dynamique. C’est une situation totalement différente des régions en France, où la politique d’assimilation a fait du français la langue maternelle de quasiment toute la population.

La lutte contre le racisme et la discrimination est le second point des mesures pour l’égalité réelle. Si elle s’explique par les situations de conflit qui peuvent exister en France, à La Réunion la situation est totalement différente. Tous les Réunionnais sont des descendants d’immigrés. Ces derniers sont venus de civilisations très diverses et ont réussi à construire un peuple, une culture et une langue différente du français. D’ailleurs, La Réunion est souvent citée comme exemple dans ce domaine.

Simple déclinaison pour l’Outre-mer

L’Outre-mer n’apparaît qu’à la fin de la communication, en dernier point. À La Réunion, le PCR a été le seul parti à présenter des propositions dans le cadre de la concertation, aucun n’a été retenue. Manifestement, les mesures annoncées mercredi en Conseil des ministres ne placent pas comme première priorité des mesures spécifiques à l’Outre-mer pour régler les problèmes qui persistent depuis 70 ans. Elles mettent en avant l’intégration avec des mesures telles que la priorité à l’apprentissage du français. C’est pourtant cette politique d’intégration qui a donné les résultats qui ont justifié le concept d’égalité réelle.

M.M.


Kanalreunion.com