Actualités

Elus et syndicats de La Réunion invités à prendre position

Paul Vergès et la future loi d’orientation découlant du rapport Lurel

Témoignages.re / 23 mars 2016

Les propositions et les absences du rapport Lurel sont publiques depuis la semaine dernière. Paul Vergès tire la sonnette d’alarme. « Quelle position doit prendre La Réunion, ses citoyens et ses élus face à un projet concret, voté dans quelques mois pour un projet qui figera la situation de La Réunion pour un demi-siècle ? Pourquoi une apathie totale à La Réunion ? »

JPEG - 64.1 ko

En effet, les 11 parlementaires de notre île devront voter sur le texte qui découlera du rapport dans quelques mois. « Le plus grand bouleversement se prépare. Les Réunionnais ne sont pas informés de l’ampleur et de l’urgence, et ils auront 11 parlementaires qui prendront position d’ici quelques mois », souligne le sénateur.

« Pourquoi cette passivité ? Alors que l’on va sceller l’avenir pour 40 ans, les textes existent… Sur 11 parlementaires, seulement 2 ont fait une contribution écrite au rapport. Et les autres ? ».

Le sénateur constate qu’on ne tire pas les leçons des 70 ans qui viennent de se passer. En 1946, les initiateurs du 19 mars abolissant le statut colonial avait obtenu le soutien unanime de l’Assemblée constituante pour la loi d’égalité. En 70 ans, on a vu exactement le contraire, rappelle Paul Vergès : sur-rémunération, retard d’un demi-siècle dans l’égalité sociale, deux générations de jeunes sacrifiés par la politique menée à Paris.

Quand Paris se donne une perspective de 40 ans, l’enjeu est le même : « que vont devenir les classes moyennes, les générations qui se lèvent ? ». « On a jamais vu une autorité d’État dire voilà votre avenir pour le demi-siècle qui vient, sans concertation préalable », indique le sénateur.

S’il n’est pas remédié à toutes ces lacunes dans le texte définitif, « nous ne pourrons qu’être opposés à cela, car l’avenir de La Réunion est en jeu ». « Les parlementaires de La Réunion vont engager l’avenir de leurs pays pour un demi-siècle, ils ne disent rien ». Et les syndicats sont tout aussi silencieux. « Quelle est leur position sur la remise en cause de la sur-rémunération ? ». Si les propositions contenues dans le rapport sont mises en œuvre, alors « les classes moyennes de La Réunion vont être fusillées ».


Kanalreunion.com