Actualités

En finir avec l’oppression des peuples

Festival mondial de la jeunesse en Afrique du Sud

Céline Tabou / 29 décembre 2010

Sous thème de la paix et de la solidarité, les différentes délégations présentes ont appelé à la fin de l’oppression des peuples par quelques pays dominants. Palestine, Cuba, Sahara Occidental, Inde, Corée du Nord, tous ont témoigné des atrocités pour certains, d’une pression économique et politique pour d’autres.

Au cours du Procès symbolique anti-impérialiste organisé lors du 17ème Festival mondial de la jeunesse, de nombreux intervenants ont témoigné des horreurs qu’ils ont vécues. Principaux témoins de la domination étrangère, le Sahara Occidental a été l’espace de dix jours, l’acteur principal, d’une bataille de longue haleine. De même, les Palestiniens ont en profité pour dénoncer les pressions subies du fait du gouvernement d’Israël.
Face à un système capitaliste qui a atteint ses limites, les gouvernements ont le devoir de mettre en place une politique économique et sociale la plus a même au bonheur de son peuple.
Le Festival Mondial de la Jeunesse et des Étudiants a mis en avant le droit, et la légitimité des pays du monde à être indépendant, et libre de circuler sur son sol. L’appel à la paix, la solidarité, la transformation sociale, et la fin de l’impérialisme par les centaines de délégations montrent qu’aujourd’hui, chacun a des droits, notamment celui d’avoir sa propre culture, son propre territoire.

Céline Tabou


Sahara occidental : le plus ancien contentieux territorial d’Afrique

En novembre 2010, vingt mille Sahraouis ont demandé la fin de la discrimination et du pillage de leurs richesses. En réponse à leur revendication, les autorités marocaines ont étouffé la contestation, par la force, et la violence. La violence, le peuple sahraoui la vit chaque jour : tortures, passage à tabac, humiliation, menaces, enlèvements, assassinats, absence de soins médicaux, assimilation forcée, monopolisation des richesses …
Le conflit sahraoui est le plus ancien contentieux territorial d’Afrique. « 80% du territoire du Sahara occidental est colonisé par le Maroc, qui a laissé la partie désertique aux Sahraouis », a expliqué l’un des délégués de ce pays lors du Festival Mondial de la Jeunesse et des Étudiants.
Une jeune femme a expliqué devant la cour contre l’impérialisme, les tortures qu’elle a subies : « La police marocaine m’a frappé à l’œil sans aucune raison, je saignais énormément, mon œil est sorti de mon orbite, je n’ai pas pu avoir de soin, parce que les médecins marocains ne veulent soigner les Sahraouis. Il a fallu attendre, des jours, avant de voir un médecin ». De même, un jeune homme de 19 ans, étudiant dans une université marocaine, a raconté comment l’an dernier, un chauffeur avait foncé sur lui et ses amis. Blessé au bras, il n’a pas reçu de soin.
Des émissaires tels que James Baker, avocat et diplomate américain, n’ont pas pu mettre en place de médiation entre les Sahraouis, et les autorités marocaines. L’actuel envoyé de l’ONU, Christopher Ross, était certes parvenu à trouver un terrain d’entente entre les deux parties, mais Rabat a décidé de garder sa ligne officielle, vieille de 35 ans. Le Maroc a expulsé des parlementaires étrangers, des journalistes et des médias, pour qu’ils ne diffusent pas d’information sur le Sahara occidental. La chape de plomb est maintenue sur ce territoire.
À l’instar de la militante espagnole, Isabel Terraza et du Mexicain, Antonio Velazquez, de nombreuses personnalités ont dénoncé ce qu’ils nomment un génocide contre le peuple sahraoui. Ils réclament une intervention urgente de l’ONU, de son côté, le Parlement européen a condamné la violence marocaine, le 8 novembre dernier, contre les civils sahraouis à Gdeim-Izik, demandant une enquête « indépendante et transparente ».


"Les 5 Cubains"

Cette affaire symbolise l’impérialisme américain contre Cuba. Arrêtés par le FBI en 1998, "les 5 Cubains" (Cuban Five), Gerardo Hernandez, Antonio Guerrero, Ramon Labanino, Fernando Gonzalez, et René Gonzalez, ont été condamnés à plusieurs dizaines d’années de prison chacun, aux États-Unis. Accusés d’espionnage, les cinq hommes tentaient d’infiltrer les activités de groupes terroristes implantés aux États-Unis, afin d’éviter des attentats à Cuba. Le gouvernement américain les a accusés de faire partie, eux-mêmes, d’une mouvance terroriste.
Face à ces accusations, la communauté internationale appelle à la libération des cinq hommes.
La justice américaine ajoute aux chefs d’accusation : conspiration en vue de commettre un assassinat, contre Gerardo Hernandez. S’ensuivent des pressions, expulsions, et menaces, auprès des familles pour qu’elles témoignent contre eux. Les 5 Cubains adressent un courrier à l’opinion publique américaine, en expliquant qu’ils voulaient éviter un attentat terroriste sur le sol cubain, mais en vain, la justice décide de les condamner, sans commune mesure.
Kurt De Loor, homme politique belge, explique qu’une « campagne pour la liberté des Cuban Five est menée au niveau mondial, appuyé entre autres par dix lauréats du prix Nobel et par des centaines de personnalités. En outre, Amnesty International pose des questions quant à la procédure judiciaire. Je suis très content qu’en Belgique, au-delà des frontières linguistiques et de parti, nous puissions donner un signal indiquant que même pour une superpuissance comme les États-Unis, les droits de l’Homme ne puissent rester lettre morte. Dans notre lettre nous invitons nos collègues d’outre-mer et le président Obama à amnistier les cinq Cubains ».


La Palestine occupée et expropriée

Le conflit israélo-palestinien débute officiellement le 14 mai 1948, jour de la création de l’État d’Israël. Ce conflit, non résolu à ce jour, a un caractère principalement nationaliste, mais il inclut une dimension religieuse, avec d’un côté, les Israéliens, principalement de religion juive, et les Palestiniens, à majorité musulmane. Le conflit prend une tournure politique en 1947, lorsque l’ONU vote un plan de partage de la Palestine donnant un État distinct à chaque communauté et plaçant Jérusalem sous contrôle international. Depuis, les Nations unies ont émis des centaines de résolutions par le Conseil de Sécurité et l’Assemblée générale, pour résoudre le conflit, mais celles-ci n’ont eu aucun résultat.
Soutenu par le gouvernement américain, Israël est parvenu au fil des années à coloniser la Palestine, notamment en logeant des Israéliens sur les propriétés appartenant aux Palestiniens. Cette colonisation, et occupation forcée, mettent à mal les négociations de paix entre les deux parties. D’autant plus que les dirigeants israéliens ont affirmé que la construction de logements dans les quartiers juifs de colonisation à Jérusalem-Est allait se poursuivre, quitte à défier le président américain Barack Obama et la communauté internationale.
Le gouvernement d’Israël use de tous les artifices pour empêcher les Palestiniens de vivre dignement en Cisjordanie : blocus économique, pressions, menaces, tortures, meurtres.
Face à cette situation, Jamil Majdalawi, membre du Bureau politique du FPLP, a mit l’accent sur la nécessité pour l’unité nationale palestinienne de faire face à l’occupant et de construire la résistance face à toute la répression, lors du 43ème anniversaire du Front Populaire pour la Libération de la Palestine, le 15 décembre. Ce dernier a indiqué que « le peuple palestinien a droit à toutes les formes de résistance, y compris la résistance armée, populaire et économique, et que la résistance est la seule solution à l’occupation ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Merci de foutre la paix au peuple Palestinien et aux populations du Sahara Marocain.
    N’instrumentalisez pas (plus) la cause Palestinienne pour vos calculs politiciens.... vos idéologies ont fait leur temps et sont maintenant très marginalisées dans le monde entier. Vous avez besoin d’un grand coup de modernisation si vos partis politiques souhaitent survivre. Vous avez bernés tout le monde arabe avec votre soutien (calculé) de la cause Palestinienne…. On est toujours au point mort sur ce problème, et la situation du peuple Palestinien est encore plus dégradée que dans le passé… Maintenant que vous instrumentalisez le conflit Maroco-Algérien concernant le Sahara Marocain tout le monde se rend compte, en fin qui vous êtes ? et quels sont vos réelles motivations… C’est dommage car sur le dossier Palestinien il y avait vraiment des gens parmi vous (j’en fait partie) qui n’ont que la motivation humanitaire comme mot d’ordre, qui ont fait et continuent à faire beaucoup de sacrifices pour apporter leur soutien au peuple Palestinien. Maintenant que vous touchez injustement au Maroc et vous essayer de montez les Marocains contre les Marocains, j’espère que ces bonnes volontés continueront leur combats et leur action avec d’autres organisations loin de vos manipulations politiciennes….
    C’est quoi ce mélange des genres (Cuba, Corée du Nord, Palestine et Sahara Marocain) il y a un gros problème, ça pue grave la manipulation.... Arrêtez de prendre les gens pour des (....)

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Est ce que c’est normal de parler des territoires marocains colonisés par l’Espagne au sud comme au nord et ce n’est pas encore terminé avec les villes de CEUTA et MELILIA pour dire aux gens que le Sahara est colonisé par les marocains à 80 % ????!!!!!!......

    Vous trouvez que c’est normal de dire aux gens que le Maroc occupe un territoire ayant à sa tête un président marakchi ( marocain) ayant un père retraité de l’armée marocaine en l’occurrence les F.A.R. et membre à part entière du CORCAS et un ministre (algérien) ex adjudant de l’armée algérienne ??????!!!!!!!!!.......

    QU’EST CE QUE VOUS DITES ET QU’EST CE QUE VOUS FAITES ????????.

    A moins que vous ignorez comme les espagnoles et les algériens, la réalité des choses comme leurs journaux et presses qui ont émis des photos qui n’ont rien à voire avec les événements de GDIM IZIK à Laayoune.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com