Actualités

Enquête sur la Nouvelle route du littoral : accélération toujours plus rapide des événements

Didier Robert sur la défensive

Manuel Marchal / 9 septembre 2015

Samedi dernier, 10 jours après une conférence de presse sur ce sujet, Paul Vergès avait annoncé de nouveaux développements dans la semaine au sujet de l’enquête qui passionne La Réunion, celle qui s’intéresse aux marchés de la nouvelle route du littoral. Il n’a fallu attendre que trois jours pour constater une accélération des événements. Et hier soir, Réunion Première indiquait que la Région envisageait de se porter partie civile dans cette affaire. C’est précisément ce que Paul Vergès avait demandé à Didier Robert lors de sa conférence de presse du 25 août dernier.

JPEG - 48.4 ko
L’attribution des marchés d’un chantier pharaonique pose question.

Après la conférence de presse du conseil politique du PCR samedi dernier à Sainte-Suzanne, Paul Vergès avait fait part de quelques éléments de sa réflexion aux médias. Elles confirmaient ce qu’avait dit le sénateur lors de sa conférence de presse du 25 août, le rendez-vous avec les journalistes qui avait mis le feu aux poudres et commencé à fissuré l’union de la droite.

Différentes informations amenaient samedi le sénateur à prévoir une accélération des événements lors de cette semaine au sujet de l’enquête sur l’attribution des marchés de la route en mer, dite nouvelle route du littoral. Sur la base de ces informations, Paul Vergès concluait à la présence à La Réunion d’enquêteurs et d’un juge venus de Paris, à de prochaines auditions et à la publication d’un premier article dans la presse en France. Tout cela dans un délai d’une semaine à compter du 5 septembre.

Confirmation

Lundi, soit 48 heures plus tard, Imaz Press Réunion et Réunion Première, ainsi que Zinfos974 annonçaient la présence d’enquêteurs et d’un juge venus de Paris. Il était aussi question d’auditions de quatre élus nommément cités à partir de mercredi. Ce n’est que tard lundi soir qu’une première réaction est venue de Paris, démentant la présence d’un magistrat du Pôle financier.

Hier mardi, « le Quotidien » a publié un dossier de trois pages sur l’affaire. Il est en particulier revenu sur les procédures employées par la Région Réunion pour attribuer les marchés. Concernant les deux principaux lots d’un total de plus d’un milliard, « le Quotidien » a rappelé les protestations de l’Alliance. Les élus de l’opposition avaient en effet constaté qu’ils n’avaient pu avoir accès aux volumineux dossiers d’appel d’offres que pendant la séance où ils devaient voter. Il était donc matériellement impossible de prendre connaissance de manière suffisante du dossier.
Notre confrère donne un coup de projecteur sur un marché non attribué, mais qui a été suivi d’accords-cadre entre des entreprises et la Région.
« Le Quotidien » n’hésite pas à interroger sur « un appel d’offres taillé sur mesure ? ». La date de remise des offres pour les trois lots les moins importants était fixée un mois avant celle des deux plus gros lots, viaduc de 5,4 kilomètres et digue. Un échelonnement qui est anormal pour l’association ATR-FNAUT citée par « le Quotidien ».

Les silences de Didier Robert

Pour donner une dimension contradictoire à son dossier, notre confrère donne la parole au président de la Région Réunion. Mais Didier Robert a encore accentué le trouble en refusant de répondre à 3 des 7 questions. Voici les points sur lesquels le président de Région est resté muet :

Vous avez déclaré que l’enquête préliminaire portait sur un marché d’approvisionnement en matériaux, examiné en 2012 par la commission d’appel d’offres. Pourquoi et dans quelles conditions ce marché a-t-il été partiellement annulé ?
Pas de réponse.

L’opposition a dénoncé un manque de transparence des commissions d’appel d’offres attribuant les marchés de la Nouvelle route du littoral. Pourquoi les élus n’ont-ils pas eu accès aux rapports d’analyse ?
Pas de réponse.

Que répondez-vous à ceux qui considèrent que l’appel d’offres a favorisé le groupement Bouygues-Vinci au détriment d’Eiffage ?
Pas de réponse.

Encore des plaintes

Quelques heures après la publication de ce dossier, Jean-Louis Lagourgue annonçait que la Région Réunion allait porter plainte contre Imaz Press Réunion et Réunion Première pour contester les informations diffusées la veille.
La journée s’est conclue par un coup de théâtre. Didier Robert a annoncé par voie de communiqué que si un juge d’instruction était désigné, « la Région se constituerait immédiatement partie civile ».
Rappelons que c’est ce que Paul Vergès avait demandé à Didier Robert dans sa conférence de presse du 25 août.

Un plan B pour les régionales

Au moment où les événements s’accélèrent, Didier Robert lance sa campagne pour les régionales. Lors de la conférence de presse, les médias invités ont pu noter des absences remarquées de responsables de l’union de la droite : Joseph Sinimalé, maire de Saint-Paul, Nassimah Dindar, présidente du Conseil départemental et Michel Fontaine, sénateur-maire de Saint-Pierre.
Un plan B se précise, impliquant Michel Fontaine, écrit « le Quotidien ».
Le scénario présenté par les sondages commence à se fissurer. Et la semaine est loin d’être finie…


Kanalreunion.com